En 9 mois, les membres de la coalition interfactionale «Euro-optimistes » ont préparé plusieurs projets de loi importants, notamment, dans les domaines de l’énergie, du service public, des organismes d’application de la loi et des médias

En 9 mois, les membres de la coalition interfactionale «Euro-optimistes » ont préparé plusieurs projets de loi importants, notamment, dans les domaines de l’énergie, du service public, des organismes d’application de la loi et des médias
le 21 décembre 2015.

Kiev, le 21 décembre 2015 – En 9 mois, les membres de la coalition interfactionale «Euro-optimistes» en coopération (avec les membres de la société civile et des experts) ont élaboré et préparé un certain nombre de projets importants dans plusieurs domaines. Les députés ont organisé plusieurs rencontres avec la société civile et ont créé des liens avec la communauté internationale pour la convaincre de prendre des décisions favorables à l’Ukraine. Il est très important aussi que la coalition soit devenue un modèle de coopération avec des membres de différentes forces politiques ayant les mêmes objectifs pour le bien de l’Ukraine et dont le fonctionnement ne dépend pas des oligarques. «Pour réussir au XXI siècle, il faut savoir travailler en équipe», a souligné Olexyj Mouchak, député ukrainien du Bloc de Petro Porochenko et membre des «Euro-optimistes », lors d’une conférence de presse à l’Ukraine Crisis Média Center.

«Nous avons élaboré plusieurs projets de lois révolutionnaires et nous continuons les réformes nées au cours des dernières décennies dans les cabinets de différents centres d’analyses et d’ONG », a déclaré Svitlana Zalichtchouk députée ukrainienne du Bloc de Petro Porochenko. Les projets de loi les plus importants sont les réformes dans le domaine de l’énergie ( les lois «Sur la transparence dans les industries extractives», «Sur les sources d’énergies renouvelables» et «Sur le marché du gaz naturel »), dans le domaine du service public ( la loi «Sur le service public» qui prévoit que tous les fonctionnaires seront nommés selon les résultats à des concours transparents), dans le domaine de la lutte contre la corruption (les lois «Sur la prévention de la corruption» qui prévoient le financement des partis politiques par l’argent du budget d’État et donc, l’indépendance à l’égard des oligarques et «Sur la transparence des registres d’État», la transparence des registres permettra aux journalistes d’obtenir librement l’information sur les fonctionnaires et découvrir plus facilement les faits de corruption). Les «Euro-optimistes » se sont beaucoup investis dans la création de la police nationale. Les membres de la coalition ont souligné que la préparation de tous les projets se faisait en coopération étroite avec les membres de la société civile. Plusieurs débats et tables d’experts ont aussi été réalisés.

Un secteur important du travail des «Euro-optimistes » concernait l’activité diplomatique à travers diverses organisations internationales, en particulier, l’APCE, l’OSCE, l’Union interparlementaire, la Commission politique de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN et de la Communauté de l’énergie et le Forum économique de Davos. Grâce à ces rencontres, les députés ont réussi à créer un réseau de contacts personnels au plus haut niveau et faciliter la prise de décisions importantes favorables pour l’Ukraine. «Grâce à nos activités dans les organisations internationales, nous avons obtenu plusieurs résultats positifs pour l’Ukraine, notamment les résolutions en faveur de l’Ukraine votées par nos collègues des organisations internationales qui, au début, ne soutenaient pas forcément les projets de résolutions, mais qui finalement se sont laissés convaincre », a déclaré Ivanna Klympouch-Zynzadze, députée ukrainienne du Bloc de Petro Porochenko et membre de la coalition «Euro-optimistes».

L’année prochaine, les membres de la coalition prévoient de travailler sur les réformes clés, définies dans l’Accord de coalition et l’Accord d’Association avec l’Union Européenne, notamment la lutte contre la corruption, la réforme électorale, la loi sur le référendum, le développement du marché boursier, la réforme fiscale, la réforme de l’administration publique, la réforme du secteur de l’énergie et la réforme du système judiciaire.

Partager sur les réseaux sociaux

Twitter