Ce sont eux qui ont sauvé Nadia Savtchenko

Ce sont eux qui ont sauvé Nadia Savtchenko

Yuriy Boutousov pour CENSOR.NET

Quand on parle de la libération de Nadia Savtchenko, il faut commencer par mentionner leurs noms. Et en tout premier lieu, celui de Vadym Pougatchev, sergent de la 92ème brigade mechanisée . C’est lui qui a alerté son unité, quand le groupe de forces spéciales de la 3ème brigade de la Fédération de Russie a attaqué le point de base appelé «Façade».

Vadym est né à Tomsk, en Russie, en 1975. Pendant des années, il a travaillé dans le service de distribution de gaz à Krementchoug, une ville au centre de l’Ukraine. En août 2014, il s’est engagé volontairement en laissant sa famille, et notamment son fils Cyril.

Les russes sont entrés sur le territoire du point de base et Vadym les a vus. Il aurait pu se cacher, mais il a crié pour donner un signal d’alarme afin de prévenir ces camarades.

Les soldats des forces spéciales russes lui ont tiré dessus. Il est mort sur place.

Mais grâce au crie de Vadym, son camarade Evgen Zalogine, jeune soldat de 24 ans, mécanicien, a vu l’ennemi et a ouvert le feu. Tout le point de base de «Façade» s’est réveillé et a tiré sur les assassins russes. Viktor Nykoluk, colonel et commandant de la 92ème  brigade est arrivé avec ses militaires pour organiser la poursuite des militaires russes avec l’aide des quelques hommes d’Aydar, venus volontairement. Au cours de la poursuite, trois militaires ukrainiens ont été blessés.

original

La mère de Vadym Pougatchev, retraitée, a besoin d’aide pour trouver un avocat et déposer une plainte auprès de la Cour européenne des droits de l’Homme contre la Fédération de Russie, pour le meurtre de son fils. La famille de Vadym a aussi besoin d’aide.

La libération de Nadia Savtchenko est un événement de grande importance. Vladimir Poutine a transformé la prise d’otage en un symbole de l’anarchie et de l’impunité. Mais Nadia a été sauvée.

Je ne vais pas évaluer cette histoire du point de vue moral, car nous avons laissé partir les assassins de Vadym Pougatchev en les échangeant contre une personne innocente, capturée par les occupants russes sur la terre ukrainienne.

Mais en exprimant sa joie suite à la libération de Nadia Savtchenko, il faut commencer par les mots de respect et de gratitude à la famille de Vadym Pougatchev, qui est restée sans père, fils, frère…Qu’avons nous avons fait, en tant qu’Etat ou société, pour les aider?

640x471

Il faut redire ces mots de respect et de gratitude aux militaires de la 92ème brigade qui ont capturé les assassins russes et au commandant de Vadym Pougatchev, Yuriy Bondarenko. Est-ce que l’ensemble de leurs droits sont protégés, est-ce que l’État fait tout pour leur rendre hommage suite à leurs actes héroïques, car en dehors du commandant, les autres étaient des gens simples, des ouvriers.

Nous tous, le peuple ukrainien, tous les politiciens doivent se rendre compte que tous les succès diplomatiques et la libération ont eu lieu uniquement car le répartiteur de gaz de Krementchoug a donné un signal d’alarme, car le mécanicien de Melitopole a ouvert le feu, car un colonel et ses subordonnés se sont mis à poursuivre les assassins. Aucun art politique n’aurait été possible sans le sang de Vadym et sans cet acte héroïque.

À chaque fois, nous devons nous rappeler de ce prix qui est payé pour nos succès et les succès des politiciens.

Merci pour la libération de Nadia, merci pour la liberté de notre Patrie. Vadym, nous ne t’oublierons jamais.


À lire aussi:

Mort pour la libération de Nadia Savtchenko. Sa maman a besoin d’aide

Les terroristes construisent des camps d’instruction dans le Donbass

Les histoires venues du front: des carrés d’aneth à la frontière, des varenykys aux cerises et un gilet par-balles offert par des prisonniers

Les plus cruels combattants dans le Donbass sont des mercenaires du Caucase, ainsi que les cosaques du Don

Partager sur les réseaux sociaux

Twitter