D’où venait Motorola. 11 faits de la biographie du terroriste. La liste des chefs de guerre séparatistes éliminés

D’où venait Motorola. 11 faits de la biographie du terroriste. La liste des chefs de guerre séparatistes éliminés

Les 11 faits de la biographie du terroriste Motorola 

Le 16 octobre 2016 au soir, la nouvelle a ébranlé l’Ukraine et la Russie: ArseniyPavlov, alias Motorola, un des chefs de guerre des séparatistes de Donetsk les plus célèbres, connu pour ses nombreux crimes de guerre, a été tué dans l’ascenseur de l’immeuble où il habitait. Une bombe a causé au combattant pro-russe des blessures incompatibles avec la vie. L’édition Glavkom a proposé à ses lecteurs un excursus de la biographie de Motorola. L’UCMC a traduit cet article en français.

La naissance et l’enfance.Dans une interview pour le journal «Demain», Arseniy Pavlov, alias Motorola, a raconté qu’il était né en 1983 dans la République des Komis, sujet de la Fédération de Russie. Ses parents sont morts quand il avait 15 ans. Le futur terroriste a été élevé par sa grand-mère.

La guerre en Tchétchénie et le début de sa «carrière». L’origine de son surnom. Selon les informations de l’agence de presse russe «RIA Novost », Arseniy Pavlov a servi pendant 3 ans au sein de la 77ème brigade d’infanterie marine en tant que signaleur et c’est de là que vient son surnom. A deux reprises, il a participé à des opérations anti-terroristes en Tchétchénie, chaque service a duré 6 mois. Son dernier lieu de travail a été une station-service à Rostov-sur-le-Don.

14681888_1217714138301111_1775031354006123635_n

La popularité. Les médias ont évoqué pour la première fois en 2014 le nom d’Arseniy Pavlov, un citoyen russe venu se battre dans le Donbass. En mai 2014, il a participé à la bataille de Slovyansk, plus tard aux batailles d’Ilovaysk, Debaltseve et à l’aéroport de Donetsk. Quand Motorola est devenu populaire, on a découvert qu’il avait aussi participé à un rassemblement de radicaux optant pour la fédéralisation en Ukraine, qui a eu lieu le 16 octobre 2014 à Kharkiv. Lors de cette réunion, les participants ont lancé des appels à la Russie et, plus particulièrement, au président russe Vladimir Poutine.

Le mariage à DNR. Le 11 juillet 2014, le terroriste a épousé Olena Kolenkina, originaire de Slovyansk, âgée de 21 ans, qu’il a soi-disant sauvée lors d’un bombardement de Slovyansk. C’était le premier mariage enregistré par les autorités de la prétendue république. Ils ont eu deux enfants: une fille née en 2015 et un fils né quelques semaines seulement avant la mort de Motorola.

1196

La visite en Crimée. Le 18 juin 2014, Arseniy Pavlov et sa femme sont allés en Crimée. Il prétend être parti sur la péninsule pour se faire soigner après une blessure grave. Les jeunes mariés sont revenus dans le Donbass en août 2014.

Les sanctions de l’Union Européenne. En  janvier 2015, le combattant a été inscrit sur la liste des sanctions, établie par l’Union Européenne.

L’enquête criminelle en Ukraine. En février 2015, le Service de sécurité d’Ukraine (SBU) a accusé Arseniy Pavlov d’avoir violé l’article 438 du Code pénal (violation des lois de guerre). Il était soupçonné de violer les lois de la guerre, de torturer, humilier et fusiller publiquement les prisonniers. Selon Vasyl Vovk, chef du Service d’enquête du SBU, Motorola «s’approchait des personnes et les tuait d’un coup de feu». Ce sont les témoignages des Ukrainiens, libérés de leur captivité chez les séparatistes. Krasimir Yankov, membre du groupe de suivi d’Amnesty International, a déclaré qu’au moins 5 témoins avaient confirmé que Pavlov avait assassiné ainsi Igor Branovytsky, défenseur ukrainien de l’aéroport de Donetsk, qui avait été fait prisonnier par les séparatistes lors de la dernière journée de combat.

640x754

Igor Branovytsky, défenseur ukrainien de l’aéroport de Donetsk, tué par Motorola. photo: uapress.info

Le monument à l’effigie de Motorola. En février 2016, les employés de la station-service de Rostov-sur-le-Don où Motorola avait travaillé lui ont souhaité un bon anniversaire et ont déclaré aussi qu’ils collectaient de l’argent afin de construire un monument à l’effigie du «commandant légendaire».

Interpol a refusé de rechercher Motorola. En juin 2016, Interpol a refusé le dossier rassemblé par le SBU pour l’inscrire sur la liste des personnes recherchées. Selon Vitaliy Mayakov, chef adjoint du Service d’enquête du SBU, «Interpol a estimé que les accusations avaient un caractère politique.

918771973583f6cabc3071d1ae547aef

photo:Dialog.ua

La mort. Arseniy Pavlov, terroriste russe, a été tué le 16 octobre 2016 par une explosion. Une bombe était fixée à l’ascenseur dans l’immeuble où il habitait. Selon le service de renseignement ukrainien, il est mort en raison de blessures incompatibles avec la vie. Les autorités de DNR ont immédiatement accusé des saboteurs ukrainiens. Le «chef» de DNR Olexandre Zachartchenko a déjà promis de venger la mort du mercenaire: «Porochenko nous a déclaré la guerre en tuant Motorola».


La liste des combattants pro-russes tués dans le Donbass s’allonge. Les plus connus sont :

Evgen Ponomaryov, alias Dingo, était le chef de l’Unité des loups dans l’armée des Cosaques du Kouban. Il est mort fin août 2014 dans la région de Lougansk.

Evgen Ichtchenko, alias Malych (Bébé-cadum), le maire auto-proclamé de la ville de Pervomayske (région de Lougansk), commandant de la soi-disant Garde des Cosaques. Fin janvier 2015, des inconnus ont ouvert le feu sur la voiture de Ichtchenko, dans laquelle il se trouvait en compagnie de trois «bénévoles» russes qui avaient «apporté de l’aide humanitaire» aux mercenaires russes. Les autorités de LNR ont immédiatement accusé le gouvernement ukrainien.

Olexandre Bednov, alias Batman, commandant d’une unité d’intervention d’urgence et ministre de la Défense de LNR. Il a été tué au début de 2015. Il paraît qu’il aurait trop tenu tête au «gouvernement légitime» de LNR.

56e94465ecde9

Olexandre Bednov. photo: news.online.ua

Olexiy Mozgovy, commandant du 4ème bataillon de la défense territoriale de la «police populaire de LNR».  Il a été tué le 23 mai 2014. La voiture avec Mozgovy, son attaché de presse, ses deux gardes du corps et son chauffeur avançait sur la route entre Altchevsk et Lougansk quand une bombe a explosé juste devant eux. Ensuite, des inconnus ont ouvert le feu sur la voiture. Tous les passagers ont été tués sur place.

Pavlo Dryomov, alias Batya (Papa) était l’un des chefs de guerre des soi-disant Cosaques du Don. Sa voiture a explosé le 5 décembre 2015 sur la route Stachanov-Pervomaysk. Dryomov est mort sur place. Son chauffeur, grièvement blessé, est décédé sur la route vers l’hôpital.

Gennadiy Zypkalov, le prétendu premier-ministre de la République auto-proclamée de Lougansk. Il a été arrêté et placé en cellule d’isolement où il se serait suicidé le 24 septembre 2016. Zypkalov était accusé de vouloir préparer un coup d’État dans la République.


À lire aussi:

Qui a tué le commandant «Batman» ?Il y a quelques mois, «L’Obs» avait rencontré ce chef séparatiste pro-russe. Notre enquête sur son assassinat révèle un trafic d’aide humanitaire de grande ampleur qui remonterait jusqu’à Moscou. Le 1er janvier, dans l’est de l’Ukraine, le chef de guerre prorusse Alexandre Bednov, dit «Batman», et ses six gardes du corps, tombent dans une embuscade au sud de Lougansk. Les assassins laissent derrière eux deux épaves et sept cadavres. Un meurtre spectaculaire contre un homme qui en savait trop.

Les combattants les plus cruels dans le Donbass sont les mercenaires du Caucase, ainsi que les cosaques du Don. Entretien avec Adam Novak, ancien policier polonais et l’un des auteurs du rapport sur les crimes de guerre commis par les Russes en Ukraine par Wojciech Pięczak. La version originale de l’article est disponible sur InoSmi, la version en ukrainien sur 112.

Ukraine : Le “putsch de Lougansk” donne des sueurs froides aux chefs séparatistes. Le retour des luttes de clan dans la “République populaire” la plus turbulente d’Ukraine révèle des dissensions entre Moscou et les séparatistes de Lougansk.Une tentative de putsch a-t-elle eu lieu chez les séparatistes de Lougansk à la mi-octobre? Le 17 octobre 2015, une opération conjointe du ministère de l’Intérieur (MVD) et du ministère de la sureté d’Etat (MGB) de la République populaire de Lougansk (LNR) aboutit à l’arrestation musclée de Dmitri Liamine, ministre de l’Energie et de l’Industrie houillère.

Plus de 4000 militaires et mercenaires russes ont été tués dans le Donbass.Elena Vasileva est une activiste civile russe, membre de la direction de l’ONG russe «Régiment oublié» et membre du «Front civil». Au printemps 2014, elle a mis en place le projet «Cargaison- 200 d’Ukraine en Russie», dont l’objectif est d’identifier les citoyens russes tués au cours du conflit dans le Donbass. Dans son interview exclusive à l’Ukraine Crisis Média Center, Elena Vasileva explique pour quelle raison elle a créé ce projet, comment il fonctionne, comment les Russes changent leur vision du conflit dans le Donbass et de quelle façon ce conflit doit se terminer.

photo principale: http://glavcom.ua/

.

Partager sur les réseaux sociaux

Twitter