La décentralisation est retardée, car les communautés ignorent les possibilités qu’elle offre

le 26 octobre 2016.

La réforme administrative permettant aux districts administratifs de se rassembler dans des communautés a été mise en place en Ukraine depuis plus d’un an. Au total, 160 communautés ont été fondées. Cependant, si les grandes villes comprennent de mieux en mieux les raisons de s’unir, les petites villes ignorent le sens de la réforme et ses avantages. La chef du village de Stepove dans la région de Dnipropetrovsk a été l’une des premières à rejoindre une communauté. 

Kiev, le 26 octobre 2016 – Le petit village de Stepove dans la région de Dnipropetrovsk survivait avec seulement 1 million d’UAH par an versé par l’État. Il a fini par rejoindre la communauté des Slobodes avec comme centre le village de Slobojanske. Et, en 10 mois, cette communauté a ressemblé plus de 200 millions d’UAH, dont 25 millions seront destinés à Stepove. «Tout d’abord, la population ne comprenait pas pourquoi s’unir avec d’autres villages. Mais, maintenant, ils sont très satisfaits des changements», a déclaré Evgenya Korina, chef de Stepove, lors d’une conférence de presse à l’Ukraine Crisis Média Center.

Tous les documents sont établis sur place

Un des premiers avantages de cette réforme, c’est que les habitants des petits villages ne doivent plus se déplacer au centre du district pour obtenir des papiers, des subventions etc. Désormais, tous les chefs des villages possèdent les tampons permettant de valider tous les documents.

D’où vient l’argent et comment il est dépensé

Maintenant, les impôts, qui restent sur place au lieu d’être transférés à Kiev, représentent la source principale de financement du budget local. «Avant la fin de l’année, nous prévoyons d’investir 25 millions d’UAH dans le développement du village, tandis qu’auparavant, nous disposions de 50 à 100 milles UAH. Nous espérons rénover l’école, construire une salle de sport, rénover la maison de la culture et réparer les routes aussi».

La raison pour laquelle d’autres villages ne souhaitent pas intégrer les communautés

Selon la feuille de route, deux autres villages Tchoumakivka et Balivska souhaitaient aussi intégrer la communauté des Slobodes. Cependant, ils ont fini par refuser car, par manque d’informations, ils ne voient pas les avantages liés à ce processus. 

La terre comme problème le plus important

Selon le chef de village, la législation actuelle retarde aussi la réalisation de la décentralisation. «Il est très important de remettre la terre, située en dehors des localités habitables, aux communautés. Il y a des terres qui ne sont tout simplement pas utilisées, l’administration ne s’y intéresse pas, mais nous en avons besoin. Toute la terre doit être travaillée, elle ne doit pas rester vide».

Les priorités :

Parmi les priorités du village de Stepove figure la construction des routes, les travaux de rénovation du foyer, la construction de logements sociaux pour attirer plus de médecins et de pédagogues.

 

 

Partager sur les réseaux sociaux

Twitter