Les hauts et les bas à l’est de l’Ukraine

Les hauts et les bas à l’est de l’Ukraine

Olexandre Nikonorov, Volodymyr Yermolenko

Le chef de la République populaire auto-proclamée de Donetsk Olexandre Zachartchenko et son collègue Igor Plotnytsky participent à une conférence de presse à Donetsk le 8 juillet 2015 REUTERS / Igor Tkatchenko

Les prétendues Républiques de Donetsk et de Lougansk sont des entités auto-proclamées, apparues sur la carte de l’Ukraine en 2014, à l’est de l’Ukraine, avec le soutien puissant de la Russie. Les efforts que l’Ukraine a entrepris pour récupérer ces territoires ont été anéantis par l’intervention sur une grande échelle des forces armées russes en août 2014. Cela a conduit à la création, par les Accords de Minsk, d’une ligne de démarcation entre les territoires contrôlés par l’Ukraine et les territoires pro-russes contrôlés par les séparatistes. Depuis les LDNR ont mis en place leurs propres institutions politiques et une économie entièrement dépendante du financement russe.

En nous basant sur un suivi constant de sources ouvertes, nous avons analysé certaines tendances clés dans les territoires séparatistes.

La mort progressive des anciens leaders

Une des tendances clés des années 2016-2017 est la mort des anciens leaders ou des chefs de guerre des Républiques auto-proclamées de Donetsk et de Lougansk. Certains ont été tués dans des attentats, d’autres sont morts en Russie dans des circonstances non élucidées.

Mychaylo Tolstych, dit Givi, l’un des chefs de guerre principaux, a été tué le 8 février 2017 dans son bureau à Donetsk. Son ami proche, Arseniy Pavlov, dit Motorola, a été tué dans l’ascenseur de son immeuble en octobre 2016. Oleg Anachtchenko, chef de la police de la LNR, est mort dans l’explosion de sa voiture le 4 février 2017. Valery Bolotov, premier chef de la LNR, est mort à Moscou le 27 janvier, la cause officielle du décès est un empoisonnement. En septembre 2016, Oleg Zhiline, ancien chef de l’unité militaire «Oplot », a été tué à Moscou.

Les séparatistes accusent l’Ukraine de ces meurtres, mais il est peu probable que les Forces armées ukrainiennes puissent intervenir sur les territoires qu’elles ne contrôlent pas et effacer toutes leurs traces. Ces meurtres sont probablement le résultat des tentatives des chefs des LDNR (et de leurs coordinateurs russes) d’éliminer les chefs de guerre qui échappent à leur contrôle, afin de pouvoir placer aux postes clés des personnes proches de l’ancien parti des régions ou du Kremlin.

Les tendances dans la République auto-proclamée de Donetsk

En 2016, le régime politique autoritaire, avec Olexandre Zachartchenko à sa tête, a essayé de renforcer son influence dans la DNR et les opposants de Zachartchenko ont été éliminés peu à peu de la scène politique. Voilà la liste de ces gens et des forces politiques :

1. Olexandre Khodakovski, chef de guerre séparatiste et fondateur du bataillon «Vostok». En septembre 2016, après être revenu de Crimée à Donetsk, Khodakovski renforce son activité d’opposition. En conséquence, les gens de Zachartchenko ne lui ont pas permis de pénétrer au sein des dirigeants politiques de la DNR, il a été exclu du poste du secrétaire du «Conseil de sécurité de la DNR » et ses partisans au «Conseil municipal » ont dû démissionner.

2.Andriy Pourguine, fondateur d’une organisation séparatistes «République de Donetsk ». Il a aussi fondé un projet séparatiste «Sud de la Russie», soutenu par Vyatcheslav Volodine, un politicien russe influent, destiné à consolider les unités des séparatistes radicaux. Néanmoins, Pourguine a été écarté du processus politique et les médias de la DNR n’en parlent plus.

3. Les communistes dirigés par Boris Litvinov, ancien chef du parlement de la DNR. Malgré le retour des LNR-DNR aux idéaux et aux discours soviétiques, les communistes sont marginalisés.

4. Les partisans du projet politique «Novorossia », dont l’objectif est l’extension des territoires pro-russes en Ukraine ont perdu leur influence en 2016. Certains ont été fait prisonniers, d’autres ont été obligés de partir. Le groupe politique de ce projet, représenté par l’équipe de Pavlo Goubarev, a perdu toute influence sur la politique de la DNR et n’apparaît plus dans les médias.

Aujourd’hui, l’équipe de Zachartchenko est divisée en plusieurs groupes, contrôlés par des personnages clés :

1. Olexandre Timofeev et Constyantin Koulechov coordonnent les activités du «Ministère des revenus et des dépenses de la DNR » qui se résument à la saisie des marchés, à la politique fiscale et aux revenus de la contrebande. Olexandre Timofeev est le ministre des revenus et des dépenses, proche de Vladislav Sourkov, conseiller de Volodymyr Poutine et le principal coordinateur des républiques séparatistes au sein du gouvernement russe.

2. Serhiy Zavodeev – chef de guerre, dont le groupe coordonne les activités du bataillon «Légion», se spécialise dans les saisies forcées des marchés sous couvert de la «Rada populaire ». Zachartchenko l’utilise en contrepoids de Timofeev.

3. Les organisations militaires, les services de renseignement et de sécurité représentés par Arseny Pavlov, Mychaylo Tolstych, Ivan Kondratov et Andriy Borysov. Ils ont perdu la plus grande partie de leur influence après la mort de Pavlov et Tolstych suite à des actes terroristes. Quant à Kondratov, il a démissionné de son poste de la «Garde républicaine». Actuellement, les forces de l’ordre de Zachartchenko sont composées de quelques bataillons seulement.

Les clans principaux dans le groupe de Zachartchenko se battent constamment pour le contrôle des différents secteurs de la vie dans la DNR. C’est la raison pour laquelle Zachartchenko développe «Oplot du Donbass », une organisation dirigée par Zavdoveev. Elle emploiera probablement les personnes suivantes :

1.Denis Pouchyline est le chef de la Rada populaire, le parlement de la DNR. Ce groupe est très influent et n’arrête pas d’accroître sa puissance. Les sources locales laissent entendre qu’une tension existe entre Pouchyline et Zachartchenko surtout concernant les Accords de Minsk et l’avenir de la DNR. En raison de cette tension, la position de Pouchyline peut se retrouver menacée.

2.De nouveaux centres d’influence sont apparus au sein de la direction de la DNR en 2016. Il s’agit de Dmytro Trapesnikov, adjoint du Premier ministre de la DNR; Olexiy Granovsky, ministre de l’Industrie et du Commerce; Maxime Lechtchenko, chef de l’administration de la DNR. Actuellement, la position de Lechtchenko s’affaiblit tandis que les positions de Trapesnikov et Granovsky se renforcent. Granovsky a trouvé un soutien auprès de mécènes russes, ce qui lui a permis de créer un nouveau centre d’influence. De ce fait, il est considéré comme un remplaçant possible de Zachartchenko, même s’il n’est pas le seul.

Les tendances dans la République auto-proclamée de Lougansk

Contrairement à la DNR, dans la LNR un pouvoir vertical a été créé depuis 2015, tout de suite après l’élimination des chefs de guerre indépendants qui soutenaient le projet «Novorossia». Donc, la LNR n’a que quelques politiciens importants:

1.Durant toute l’année 2016, Igor Plotnytsky, le leader de la LNR, a critiqué les groupes d’opposition. Il a déclaré qu’un attentat avait été préparé contre lui en août 2016 et il en a profité pour pourchasser ses opposants. Comme résultat, Gennadiy Tzypkalov a été tué dans une cellule d’isolement du Bureau du Procureur général de la LNR, Olexiy Karyakine s’est enfui en Russie. Plusieurs autres personnes, soupçonnées d’être proches du groupe Tzypkalov et Karyakine ont été tuées ou arrêtées.

2. Après son arrivée en Russie, Karyakine a continué son activité politique, liée à la LNR. Il était probablement en relation avec Valery Bolotov, ancien chef de la LNR. Bolotov a fondé un nouveau mouvement «Unité», qui reprend le projet de Novorossia, il soutient le séparatisme à l’est de l’Ukraine et tente de discréditer l’activité politique de Plotnytsky. Il est mort dans des conditions non élucidées à Moscou en janvier 2017.

3. Léonid Pasetchnik et Volodymyr Payo ont beaucoup d’influence. Leur groupe coordonne le ministère de la Sécurité d’État de la LNR : Pasetchnik est à la tête de cette institution, tandis que Payo est le chef officiel du Service de renseignement et supervise les séparatistes au nom du Service fédéral de sécurité de la Russie. Les deux sont en concurrence ouverte avec le groupe de Plotnytsky. L’objectif de cette confrontation est d’établir le contrôle sur la contrebande du charbon, de la drogue et des armes. Selon certaines rumeurs un coup d’État se prépare entre ces deux groupes.

4. Parallèlement, les mouvements d’opposition, comme le parti communiste de la LNR, perdent de leur influence en 2015.

L’année dernière, un conflit entre Zachartchenko (DNR) et Plotnytzky (LNR) s’est activé à cause de la réunion possible des deux républiques en un seul quasi-état. À partir de 2017, Plotnytsky a renforcé le contrôle douanier sur la frontière avec la DNR, en limitant le nombre des marchandises transportées entre les deux républiques.

Les différents groupes se battent pour le pouvoir dans les républiques séparatistes à l’est de l’Ukraine et cette lutte pour le pouvoir est loin d’être démocratique. Dans cette lutte, les rivaux sont marginalisés ou tués.

Olexandre Nikonorov, journaliste de Depo.ua et déplacé de Lougansk. Volodymyr Yermolenko expert d’Internews et coordinateur d’UkraineWorld Group..

 

Partager sur les réseaux sociaux

Twitter
Теги:
Plus d’infos sur le sujet