Kyiv
,

Qui forme l’image de l’Ukraine dans le monde? – l’étude des médias étrangers

Kyiv, le 02 mars 2017.

Les experts ont analysé les medias étrangers qui couvrent l’Ukraine pour comprendre comment ils créent son image dans le monde et quels sujets intéressent le public.  

Les médias étrangers qui couvrent le plus souvent les événements en Ukraine

L’année dernière, 400 000 articles sur l’Ukraine ont été édités en 10 langues différentes. Les médias où les articles étaient les plus populaires sont Ukraine Today, New York Times et Russia Today. New York Times a édité moins d’articles sur l’Ukraine, mais la publication sur Paul Manafort, ex-conseiller de Victor Yanoukovitch et conseiller de Donald Trump lors de sa campagne électorale, a eu beaucoup de succès.  Ces trois médias sont suivis par BBC, Daily Mail et Sputnik news. «Après la suppression d’Ukraine Today, il ne reste plus que 2 éditions anglophones qui écrivent rarement sur l’Ukraine et 2 éditions de propagande », a déclaré Serhiy Korniluk, expert du Centre des studios politiques et d’analyse Eydos lors d’une conférence de presse à l’Ukraine Crisis Média Center.

Les sujets des publications

Les sujets les plus populaires l’année dernière étaient la victoire de Jamala à l’Eurovision, Paul Manafort et les nouveaux détails de la catastrophe du vol MH-17. Plusieurs médias ont publié les articles sur «Pizza Veterano », tandis que les éditions de mode, telles que «Vogue » s’intéressaient à des chemises traditionnelles ukrainiennes brodées et des couronnes de fleurs.   Cependant, l’Ukraine-même ne propose que trop peu de publications sur la culture.

«Les résultats de suivi montrent que la culture et le sport restent les sujets les plus populaires, car ces deux sujets provoquent l’intérêt  émotionnel et l’envie de chercher encore plus d’informations sur l’Ukraine », explique Anastasia Gaydoukevitch, experte de l’Agence de l’image de l’Ukraine.

Les conseils des experts sur des sujets susceptibles d’intéresser les journalistes

Les experts conseillent de trouver des auteurs qui écrivent sur l’Ukraine et les encourager d’écrire à nouveau, leur proposer  des sujets. «À titre d’exemple, In features propose des sujets que des journalistes étrangers pourraient couvrir en Ukraine. C’est un très bon outil pour renforcer la position de l’Ukraine dans le monde », a souligné Iryna Kouptchynska, rédactrice en chef du projet OKO.

 

Partager sur les réseaux sociaux

Twitter