Kyiv
,

La mission de suivi de l’ONU en Ukraine : «130 civils ont été victimes du conflit armé dans le Donbass »

La mission de suivi de l’ONU en Ukraine : «130 civils ont été victimes du conflit armé dans le Donbass »
Kyiv, le 15 mars 2017.

Le nombre de victimes civiles dans le Donbass ne cesse d’accroitre. Du 16 novembre 2016 au 15 février 2017, la guerre dans le Donbass a fait 130 victimes, dont 23 personnes tuées. Fiona Frazer, chef de la mission de suivi de l’ONU en Ukraine l’a déclaré lors d’une conférence de presse à l’UCMC.

Les conséquences de l’isolation

Le territoire contrôlé par des groupes armés devient de plus en plus isolé. «L’entrave à liberté de mouvements contribue à la division des communautés et cela pourrait empêcher le rétablissement d’une paix durable en Ukraine », a déclaré Fiona Frazer. Au minimum 160 000 retraités vivant sur le territoire contrôlé par des unités armées sont privés de leurs retraites depuis novembre 2014. «Nous conseillons au gouvernement de rompre le lien entre le droit à la retraite et le statut de personne déplacée», a-t-elle ajouté.

Les arrestations illégales

Les arrestations continuent des deux côtés de la ligne de démarcation. Cependant, l’Ukraine laisse l’accès aux prisons et aux cellules d’isolement sur le territoire qu’elle contrôle, tandis que les républiques séparatistes interdisent l’entrée dans des lieux de détention. «Les républiques autoproclamées de Lougansk et de Donetsk continuent d’emprisonner un nombre indéterminé de personnes. Nous nous inquiétons qu’ils puissent être victimes de tortures, de maltraitance ou de violence sexuelle. Nous sommes inquiets du fait que nous n’ayons pas le droit de les voir confidentiellement», a souligné la chef de la mission de suivi.

Les violations des droits de l’Homme en Crimée continuent

Le rapport évoque aussi des violations sérieuses des droits de l’Homme en Crimée, notamment par rapport aux prisonniers. «Le régime d’occupation en Crimée force des prisonniers à faire des aveux en les torturant. Souvent, ils sont transférés dans des prisons russes, ou ils souffrent de l’absence d’aide médical. Nous avons même constaté le décès d’un prisonnier».

La chef de la mission de suivi de l’ONU en Ukraine a exprimé sa plus grand inquiétude au sujet de la nouvelle tendance : la pression que le gouvernement exerce contre les avocats pour leur activité professionnelle.

Partager sur les réseaux sociaux

Twitter
Plus d’infos sur le sujet