Oliver Stone vs Laurent Chamontin, poison et antidote

Oliver Stone vs Laurent Chamontin, poison et antidote

“Ukraine et Russie, Pour comprendre”, note de lecture

La diffusion, cette semaine sur France 3, des entrevues de Vladimir Poutine et d’Oliver Stone suscite, à juste titre, un émoi considérable et de nombreuses réactions d’indignation. Il est probable que le scandale, assurant une large promotion gratuite, était souhaité par ses initiateurs et par la chaîne de télévision. Le réalisateur ne prétend pas créer une œuvre journalistique ou documentaire. Il fait son cinéma avec un acteur dont il est un fan et qui lui garantit de l’audimat, Vladimir Poutine.


Ce dernier, nous délivre ses messages propagandistes, ses post-vérités, sa ré-écriture de l’histoire et son fatras méphitique de complots, auxquels il ne croit pas nécessairement mais dont il a besoin pour maintenir son pouvoir. Oliver Stone, «l’interviewer», se garde de contredire les propos de Vladimir Poutine, se contentant de leur donner un écho favorable et le plus large possible, leur assurant une publicité, sans égale, à ce jour, dans l’hexagone.

Il avait été possible de se réjouir du fait que «Russia Today» et «Sputnik» aient, enfin, été dénoncés, à Versailles, par le Président de la République Française. Pourtant, la manipulation, expulsée par la porte, rentre par la grande lucarne du petit écran, celle du service public audiovisuel national. Le tandem Stone-Poutine y administre son poison par de longues et répétées injections.

Alain Guillemolles, “Ukraine, le réveil d’une nation”, moins d’un an après Maïdan, avait livré un nombre précieux de clefs pour expliquer la «Révolution de la dignité». En février 2016 est sorti le rapport Nemstov, «Poutine et la guerre». Dans les deux cas, la vision façonnée par le Kremlin en était quasiment aux antipodes. Cécile Vaissié, «Les Réseaux du Kremlin en France» – mars 2016, et Nicolas Hénin, «La France Russe» – mai 2016, ont décrit les moyens utilisés pour inculquer cette vérité alternative au sein de l’opinion française. Enfin, le «Que sais-je», «Géopolitique de l’Ukraine» – novembre 2016, d’Emmanuelle Armandon, présente une documentation précise et complémentaire sur le progressif « retour à l’Europe » de l’Ukraine engagé dès son indépendance ainsi que sur les relations ukraino-russe depuis 1991.

Les cinq parutions précédentes sont précieuses pour le lecteur francophone. Il manquait toutefois le mortier qui les assemblerait. C’est tout l’intérêt, entre autre, de l’ouvrage de Laurent Chamontin: «Ukraine et Russie, Pour comprendre». Ce contre-poison à la complaisance pro-poutine d’Oliver Stone, est, après sa diffusion en ligne sur le site du Diploweb, maintenant disponible en version imprimée et reliée sur Amazon.

Laurent Chamontin, russophone, passionné par l’espace de l’ex URSS, observateur et penseur géopolitique, auteur de « L’Empire sans limites» aux Éditions de l’Aube, rédacteur d’articles de géopolitique, conférencier (France, Pologne, Ukraine…), procure un éclairage terrain, replacé dans un contexte historique documenté et érudit. Néanmoins, là, rien de pompeusement universitaire. L’approche est pédagogique et pragmatique.

Chaque chapitre correspond à un thème de la propagande moscovite ou à la vision occidentale du conflit en Ukraine. Ces thèmes sont systématiquement, scientifiquement et de façon probante mis en perspective, voire démentis.

L’idée est de donner, sous une forme accessible un panorama de chacun des acteurs et de leur interaction. Ce qui, à notre connaissance, n’est fait nulle part ailleurs, y compris chez les Anglo-saxons. Voilà donc une sorte de manuel de décontamination et d’explication que tout homme politique, tout historien, tout chercheur, tout journaliste ou tout étudiant, voire tout citoyen français conscient, se doit de posséder.

Il y trouvera des cartes, des exemples tangibles, des découvertes, des inédits, des témoignages et des références bibliographiques. Ce qui se passe en ce moment dans un pays dont la frontière se trouve tout juste à 1 200 km de la Strasbourg, par la route ne peut pas, de toute façon, laisser indifférent. En effet, la stabilité de l’Ukraine est un enjeu majeur de sécurité pour la France, quoi qu’en pense quelqu’un comme Hubert Védrine.

Le travail de Laurent Chamontin permettra au lecteur d’avoir un regard lucide, indépendant, argumenté et prospectif sur la guerre hybride que mène le Kremlin contre l’Europe et contre ses États, dont la France. Il y moissonnera une collection irréfutable d’arguments de contre-propagande. Ce livre lui permettra de dépasser le brouillard de désinformation, de “fake news”, d’intox, de naïvetés et de postures idéologiques ou manichéistes, qui contaminent le corps social et contrarient la juste perception des événements passés ou en cours, dès lors qu’il s’agit de la Russie.


Il faut ajouter que l’écriture de Laurent Chamontin séduira, aussi, les amateurs de littérature. De facture classique et vivante elle se lit fluidement comme celle des bons auteurs. Nul doute que «Ukraine et Russie, pour comprendre» sera un incontournable de toute bibliothèque française consacrée au monde slave ou de toute bibliothèque francophone, non censurée, dans ce même monde slave.


«Ukraine et Russie, pour comprendre»  peut se commander sur Amazon pour 8,44 Euros, le prix d’une place de cinéma pour une acquisition durable.

Bernard Grua, Nantes, Bretagne, France – 28/06/2017

Photo: Photo Bernard Grua, DR

Page Facebook de l’ouvrage: Russie et Ukraine pour comprendre, retour de Marioupol

Page Facebook du Diploweb: Géopolitique et Enseignement Supérieur

 

Partager sur les réseaux sociaux

Twitter