Kyiv
,

L’Ukraine a rempli 60% des exigences des partenaires occidentaux

Kyiv, le 11 juillet 2017.

Le Centre de prévention de la corruption a présenté un outil qui permettra de contrôler en ligne si l’Ukraine met en œuvre les exigences anti-corruption de ses partenaires internationaux. Une liste des exigences et les documents qui stipulent ces exigences se trouvent également sur le site. «L’Union Européenne et le FMI veulent absolument voir les changements et suivre le cours des enquêtes anti-corruption », a déclaré Daria Kalenyuk, directrice du Centre de prévention de la corruption.

Comment ça marche

Sur le site, toutes les exigences anti-corruption sont classées dans 4 groupes différents: les enquêtes sur les actes de corruption et leur poursuite, le retour des actifs, la prévention de la corruption et l’accès à l’information. «La société et les journalistes doivent savoir qui possèdent quoi en Ukraine», a souligné Kalenyuk.

La lutte contre la corruption : les écuries d’Augias ukrainiennes

L’Ukraine a satisfait 20 exigences de ses partenaires internationaux sur 35. Ce sont les exigences du FMI liées au régime sans visas. C’est grâce à cela que l’Union Européenne a annulé les visas de courte durée pour le séjour en UE.

Cependant, actuellement, on observe le retour des anciens schémas de corruption et la discréditation des institutions anti-corruption. «Le régime sans visas avec l’UE, c’est très bien. Désormais, les fonctionnaires doivent se trouver une autre motivation», a souligné Serhiy Lechtchenko, député ukrainien et membre du Comité du Parlement ukrainien de la prévention et de la lutte contre la corruption.

À titre d’exemple, l’Ukraine n’a pas encore créé une Cour anti-corruption indépendante. «Nos juges sont totalement corrompus. Il y a des observateurs qui viennent aux audiences dans les tribunaux ukrainiens et ils voient clairement les manipulations dans les procès», a-t-il déclaré.

Hanna Hopko, députée ukrainienne et chef du Comité des affaires étrangères du Parlement, a souligné qu’il fallait absolument bloquer le retour vers le passé, car beaucoup de personnes ne voient aucun intérêt dans un fonctionnement efficace du Bureau national de lutte contre la corruption de l’Ukraine. «Espérons que les députés vont aider à surveiller la situation et à voter les nouveaux documents », a-t-elle déclaré.

 

Partager sur les réseaux sociaux

Twitter
Plus d’infos sur le sujet