Le retour de Saakachvili

Le retour de Saakachvili
le 12 septembre 2017.

Le show politique. Le 10 septembre, Mikheil Saakachvili, ancien gouverneur de la région d’Odessa, est arrivé en Ukraine. Au début, il a essayé de pénétrer la frontière en train, mais « Oukrzaliznytsya » a bloqué ce train.  Donc, l’ancien gouverneur d’Odessa s’est approché de la frontière en bus. Après de longues négociations, la foule, venue l’accueillir, a repoussé les gardes-frontières et l’a déplacé de l’autre côté de la frontière. Parmi les partisans de Saakachvili, plusieurs députés ukrainiens étaient présents, y compris Yulia Timochenko.

Saakachvili a déclaré qu’il avait l’intention de demander un justificatif en temps que  personne sans nationalité, ce qui obligerait la partie ukrainienne à le laisser entrer en Ukraine. Après son arrivée sur le sol ukrainien, Saakachvili est parti à Lviv.

Le 26 juillet 2017, Petro Porochenko a signé un décret privant Mikheil Saakachvili de nationalité ukrainienne, au prétexte que Saakachvili n’aurait pas divulgué le fait qu’il était poursuivi en justice en Géorgie. Le ministère de la Justice ukrainien a confirmé que la Géorgie avait envoyé une demande d’extradition de Saakachvili.

La réaction des forces de l’ordre. Yuriy Loutsenko, Procureur général de l’Ukraine, a déclaré que tous ceux qui avaient organisé la traversée illégale de la frontière ukrainienne seraient traduits en justice. Selon le Service des gardes-frontières de l’Ukraine, suite à l’affrontement à la frontière, plusieurs agents du Service de sécurité et de la Police nationale ont été blessés. Selon Arsen Avakov, ministre de l’Intérieur de l’Ukraine : Saakachvili devrait soit revenir au point de contrôle pour passer selon la procédure légale, soit se rendre dans un département du Service de migration ».

Réactions de la société. Le retour du politique est devenu un vrai scandale. Plusieurs Ukrainiens ont condamné ses actes, car l’ancien gouverneur de la région d’Odessa a montré qu’un groupe de personnes non-armées pouvait traverser la frontière de l’État.  Voldymyr Groisman, premier ministre de l’Ukraine, a déclaré qu’il s’agissait « d’une attaque envers l’État ukrainien », quant à Iryna Gerachtchenko, première adjointe du speaker du Parlement ukrainien, elle a déclaré que c’était « une humiliation pour l’État ».  Cependant, beaucoup de personnes ont souligné que Saakachvili avait riposté, car il avait été déchu de sa nationalité ukrainienne pour  des raisons politiques. Entre outre, le 10 septembre, le gouvernement ukrainien a violé à plusieurs reprises la législation ukrainienne : il a ordonné d’arrêter le train de manière illégale, fermer la frontière et déclarer que le point de contrôle « avait été miné ». La situation est sortie du domaine légal et se trouve actuellement dans le champ d’un affrontement politique et tout cela est plutôt mauvais pour toute la société ukrainienne.

Partager sur les réseaux sociaux

Twitter
Теги:
Plus d’infos sur le sujet