Kiev
,

Kyiv manifeste, “Rapport du Kremlin”/Sanctions, Pologne/Loi “Anti-Bandera”, FMI/Conditions

Kyiv manifeste, “Rapport du Kremlin”/Sanctions, Pologne/Loi “Anti-Bandera”, FMI/Conditions
Kiev, le 06 février 2018.

La situation dans la zone du conflit

Au cours de la semaine, dans la zone de l’ATO les hostilités ont été plus intenses que la semaine précédente, les combattants pro-russes ont violé la trêve 31 fois, 3 soldats ukrainiens ont été tués et 12 blessés.

Rencontre dans le format Normandie. «Les réunions des chefs des MAE des pays du «format Normandie» (Ukraine, Allemagne, France, Russie) pourraient avoir lieu le 16 février dans le cadre de la Conférence de Munich sur la sécurité», a déclaré le ministre des Affaires Étrangères ukrainien,

Pavlo Klimkine, lors d’une conférence de presse conjointe avec le chef du ministère italien des Affaires étrangères, Angelino Alfano.


Kyiv manifeste

Au cours du week-end du 3 au 4 février, plusieurs manifestations ont eu lieu à Kyiv, en particulier la soi-disant « marche pour l’avenir», organisée par les partisans de Saakachvili et le «Mouvement des forces nouvelles », ainsi qu’une manifestation contre la création de la soi-disant « Garde populaire» liée à Azov.

«La marche pour l’avenir». Environ un millier de partisans de Saakachvili se sont rassemblés dans le parc Chevtchenko avec des pancartes: «Impeachment du Président Poroshenko». Alors que la colonne avait commencé à avancer, des personnes continuaient à la rejoindre. La police a estimé le nombre des manifestants à 7 mille. Selon les médias, ils étaient de 5 à 10 mille. «Nous avons avancé des revendications très simples: adopter une loi sur la mise en place de l’impeachment, créer un tribunal anti-corruption, adopter une nouvelle loi électorale et abolir l’immunité parlementaire. Au lieu de cela, nous avons eu la terreur et la répression politique, les arrestations, le harcèlement et des affaires criminelles fabriqués », a déclaré Mikheil Saakachvili.  Lors de la précédente «marche pour la destitution» qui avait eu lieu le 17 décembre, les manifestants avaient dû affronter les forces de l’ordre sur les marches du Palais d’Octobre. Mikheïl Saakachvili promet de publier la liste de ses candidats à des postes dans le gouvernement ukrainien lors de la prochaine réunion, le 18 février. Par ailleurs, les avocats de Saakachvili ont fait appel contre le verdict de la Cour géorgienne qui le condamnait à 3 ans de prison.

Une mini-manifestation contre la «Garde populaire». À Kyiv, quelques dizaines de personnes ont participé à un rassemblement contre «La Garde populaire», une organisation civile fondée par des anciens combattants du régiment Azov. Les participants tenaient des pancartes: «Nous ne voulons pas de gardes», «Pour une société sans violence!». 

Des unités paramilitaires ou une action publicitaire? 10 faits sur la “Garde populaire”


Le «Rapport du Kremlin»: les nouvelles sanctions américaines contre la Russie seront-elles efficaces?

Quelle est la signification du «Rapport du Kremlin»? La semaine dernière, le Département du Trésor américain a présenté le «Rapport du Kremlin». La liste comprend 210 personnes, dont 114 fonctionnaires et parlementaires et 96 «oligarques», proches du président Vladimir Poutine. Les noms de famille dans la liste sont divisés en 4 parties: l’administration présidentielle (des dirigeants dont 8 figurent déjà dans les sanctions); le Conseil des ministres (des membres du gouvernement dirigé par Dmitri Medvedev); d’autres dirigeants politiques de haut rang (des dirigeants parlementaires, responsables des organismes d’application de la loi et des agences fédérales); les oligarques (des hommes d’affaires dont la fortune est estimée à 1 milliard de dollars ou plus). Le président russe Vladimir Poutine ne figure pas dans le «rapport du Kremlin».

Comment la liste a été constituée et pourquoi elle a-été modifiée? Le scientifique du Conseil de l’Atlantique, Anders Aslund, qui était l’un des consultants du «Rapport du Kremlin», a écrit qu’il y avait eu une liste initiale, établie par une équipe d’experts. Mais il a été soudainement remplacé par un haut fonctionnaire de l’administration présidentielle américaine, et une nouvelle liste est apparue, basée sur le classement Forbes des personnes les plus riches du monde et comportant des noms de l’administration présidentielle. Aslund ne connaît pas le nom de ce fonctionnaire, mais il pense que la responsabilité de la substitution est assumée par le secrétaire au Trésor américain, Steven Mnuchin, qui a approuvé la liste.

Quelle menace pèse sur les personnes figurant sur la liste du «Rapport Kremlin»? «Le rapport Kremlin» ne signifie pas l’introduction automatique de sanctions contre ceux qui s’y trouvent, disent les experts. Par exemple, selon l’expert du Conseil de l’Atlantique Daniel Fried, les personnes figurant sur cette liste ne vont pas immédiatement subir des conséquences pratiques, par exemple financières. “Néanmoins, le fait d’être inscrit sur cette liste augmente le risque que des sanctions soient imposées à l’avenir contre les personnes en question», a-t-il souligné.

Pourquoi les observateurs et les experts sont-ils déçus? Brian Whitmore, journaliste de Radio Browser Radio Free Europe Liberté, écrit que la première réaction à la liste du Trésor des États-Unis, tant attendue et comportant les noms des fonctionnaires et des oligarques les plus influents de Russie, a été la déception. Ce n’est rien de plus qu’ «un renseignement» divulguant qui est qui dans la politique russe. Toutefois, selon l’auteur, le «Rapport du Kremlin» envoie toujours des messages importants. Il rappelle que le système politique et économique russe est basé sur la corruption, le népotisme et la kleptocratie, et envoie un signal fort à l’élite russe qui, un jour, pourrait avoir la surprise de ne plus pouvoir obtenir un visa ou ouvrir un compte bancaire en Occident.

Qu’en pense le Trésor américain? Steven Mnuchin a déclaré que l’administration de Donald Trump imposerait des sanctions financières à des dizaines de Russes riches figurant dans le «Rapport du Kremlin » Il a dit que le «Rapport du Kremlin » ne remplacerait pas les contraintes financières contre les Russes. «Cela ne devra en aucun cas être interprété dans le sens où nous imposerions des sanctions contre des personnes figurant dans ce rapport», a déclaré M. Mnuchin.

Existe-t-il une partie «secrète» du rapport? En outre, le département du Trésor des États-Unisdit que le soi-disant «Rapport du Kremlin» contient une partie secrète concernant les futures sanctions économiques contre les personnes y figurant. Cette information a été communiquée par Bloomberg se référant au ministre des Finances. En particulier, Steven Mnuchin a déclaré, et Tony Sayeg, responsable des relations publiques du Trésor, l’a confirmé, que le résultat du «Rapport Kremlin» serait l’imposition de sanctions. Selon ce dernier, le rapport contient un document annexe secret. Et cela afin d’éviter un possible retrait des actifs spécifiés dans le rapport par des personnes physiques et morales, ainsi que pour empêcher la divulgation d’informations confidentielles.

La réaction de la Russie. En guise de réponse au «Rapport du Kremlin», le Conseil de la Fédération de Russie a commencé à rédiger un projet de loi qui définira «l’interférence dans la souveraineté du pays». Le coauteur du document, Lyudmila Bokov, a déclaré que l’une des mesures de « réponse miroir» serait la consolidation dans la loi des concepts de «souveraineté» et «d’ingérence dans la souveraineté du pays». L’édition RBK, se référant à une source proche de la commission, a qualifié le document de «vengeance pour le rapport et le refus d’admettre l’équipe nationale russe aux JO».


Une nouvelle confrontation avec la Pologne: «la loi anti-Bandera»

Quel est le sens de la nouvelle loi? Dans la nuit du 1er février, le Sénat polonais a approuvé une nouvelle version de la loi sur «l’Institut de la mémoire nationale». Selon cette nouvelle version, évoquer les «camps de concentration polonais» ou nier «les crimes des nationalistes ukrainiens» peut entraîner une responsabilité pénale. La loi doit encore être signée par le président polonais Andrzej Duda: il a 21 jours pour le faire.

Comment la loi fonctionnera-t-elle? En vertu de la loi, ceux qui emploient publiquement l’expression «camps de concentration polonais» et reconnaissent la complicité de la Pologne ou des Polonais dans l’Holocauste pourront être poursuivis en justice. La punition prévoit un emprisonnement d’une durée de trois ans et la responsabilité peut également être exercée contre ceux qui ne sont pas en Pologne.

Réaction internationale: Israël. Une fois la loi adoptée, Israël a annulé la visite du président du Bureau de la sécurité nationale à Jérusalem. Les médias ont également annoncé que le pays avait l’intention de prendre la décision de rappeler son ambassadeur de Pologne.

La réaction de Porochenko: «partialité». Le président Petro Porochenko a souligné que le projet de loi n’était pas conforme aux principes du partenariat stratégique entre l’Ukraine et la Pologne et a appelé la partie polonaise «à l’objectivité et au dialogue».

La réaction du ministre des Affaires étrangères Klimkine: «pour un dialogue égal». «Nous avons toujours parlé et préconisé un dialogue égal et un partenariat stratégique avec la Pologne, mais nous n’acceptons pas le langage des interdictions et des restrictions», a déclaré le ministre des Affaires étrangères Pavlo Klimkine. Il a également remarqué que l’idée de reconnaître une nation comme criminelle ne mènerait nulle part.

La réaction du directeur de l’Institut de la mémoire nationale: une menace pour les Ukrainiens en Pologne. Le directeur de l’Institut ukrainien de la mémoire nationale, Volodymyr Viatrovitch, a noté que cette loi polonaise était principalement dirigée contre les Ukrainiens qui vivent en Pologne et qu’elle était soutenue par les forces pro-russes.

La «préoccupation» de l’OSCE. L’OSCE également est préoccupée par l’adoption en Pologne de la loi sur l’Institut de la mémoire nationale. «L’histoire est une question de recherche scientifique indépendante et de libre discussion, pas une décision judiciaire. La loi doit être rejetée comme une restriction disproportionnée de la liberté d’expression. Ce n’est que lorsque les déclarations sont une incitation à la violence ou à la discrimination qu’elles peuvent être criminalisées», a déclaré Harlem Désir, représentant de la liberté de parole de l’OSCE.


Les nouvelles tranches du FMI: quelles conditions?

 Le Fonds monétaire international a déclaré que l’adoption de la loi sur la Cour anticorruption et l’introduction des prix du gaz au niveau du marché étaient une condition préalable à la révision du programme de financement élargi et à l’octroi d’une tranche de crédit pour l’Ukraine. Cela a été annoncé par le chef de la mission du FMI en Ukraine, Yosta Ljungman.

La Cour anticorruption. La création d’une Cour anticorruption avec toutes les recommandations de la Commission de Venise est le principal obstacle à l’octroi par l’Ukraine des prêts du FMI. Il n’y a actuellement aucun progrès dans ce domaine. Au contraire, la semaine dernière a été marquée par la diffusion de fausses informations qui, selon les hypothèses des journalistes, comportaient des déclarations selon lesquelles le FMI était prêt à atténuer ses conditions et que la version présidentielle du projet de loi convenait à la Fondation.

Que faire avec les prix du gaz. Selon Ljungman, l’objectif de l’introduction d’un prix du gaz conforme au marché est d’éviter la segmentation artificielle du marché du gaz selon qu’il est destiné aux ménages ou à l’industrie. «Il y a certaines conditions, elles doivent être remplies, ce sont des indicateurs réalisables: nous espérons leur mise en œuvre rapide», a déclaré M. Ljungman.

Éviter d’augmenter les salaires. Les autorités ukrainiennes sont très tentées par une augmentation rapide des salaires, mais cela se répercutera sur la croissance de l’économie», est convaincu Yosta Ljungman. Le Fonds monétaire international ne soutient l’augmentation des salaires des Ukrainiens que si elle s’accompagne d’une augmentation de la productivité du travail, sinon des taux plus élevés auront un effet négatif sur la croissance de l’économie.


Culture: Un documentaire  ukrainien a remporté un prix au plus important festival scandinave

Un film, dont le protagoniste est un garçon ukrainien de 10 ans qui vit dans une ville près du front, «L’aboiement lointain des chiens » (The Distant Barking of Dogs) a reçu un prix au plus grand festival de cinéma en Europe du Nord – Göteborg Film Festival. Le film a reçu The Dragon Award for Best Nordic Dox pour le meilleur documentaire. Ce film a été réalisé en coproduction avec le Danemark, la Suède et la Finlande, le réalisateur du film est un Danois, Dane Simon Lereng Wilmont. L’année dernière, ce film a remporté le prix du meilleur film débutant s lors de l’un des principaux festivals de films documentaires en Europe: IDFA aux Pays-Bas. La bande-annonce du film.

Partager sur les réseaux sociaux

Twitter