Même quand les athées prient: l’Ukraine se retrouve à un pas seulement de l’église autocéphale

Même quand les athées prient: l’Ukraine se retrouve à un pas seulement  de l’église autocéphale
le 13 octobre 2018.

La confrontation des églises entre Kyiv et Moscou a duré pendant des siècles, mais la tension a atteint son apogée au cours des six derniers mois. Le 19 avril 2018, la Verkhovna Rada d’Ukraine a soutenu la proposition du Président ukrainien de créer une église ukrainienne autocéphale indépendante. Ensuite, les responsables des églises ukrainiennes ont exhorté le patriarche de Constantinople Bartholomée à donner l’autorisation de créer une église ukrainienne unie. Non seulement les orthodoxes, mais aussi des représentants d’autres religions, ainsi que des athées, attendaient l’attribution du Tomos à l’église ukrainienne. La question n’est pas seulement religieuse, mais aussi politique:  l’Église orthodoxe du Patriarcat de Moscou est la soft power du Kremlin dans le contexte de l’agression militaire russe contre l’Ukraine et la réticence de Moscou à laisser partir  l’Ukraine est un réflexe impérial visant à préserver son influence.
Le 11 octobre 2018, le patriarcat œcuménique de Bartholomée à Constantinople a confirmé que l’Ukraine aurait le Tomos, c’est-à-dire, la reconnaissance officielle de l’indépendance de l’Église autocéphale ukrainienne. Pourquoi cela est-il devenu possible,  que cela change-t-il en Ukraine et qu’attendre de plus ? Lisez l’article de l’UCMC.  

Religion et politique: ce qu’il faut savoir sur la nouvelle confrontation entre Kyiv et Moscou

La diplomatie ecclésiale: Kyiv entre Moscou et Constantinople

Quelles sont les décisions exactes prises à Constantinople?
Littéralement, décision du Synode du 11 octobre se décline en  cinq points.

1. À Constantinople, «ils ont confirmé la décision, déjà prise, selon laquelle le patriarcat œcuménique commençait à fournir l’autocéphalie à l’Église d’Ukraine».  Comme l’a expliqué Filaret, les hiérarques orthodoxes ukrainiens devraient détenir une cathédrale unificatrice et créer une nouvelle Église orthodoxe, qui, en fait, recevra un tomos (charte).

2. Constantinople a décidé de restaurer «la Stauropegion du patriarche œcuménique à Kyiv, l’une de ses nombreuses stavropégies en Ukraine, qui existent depuis toujours». En fait, cela signifie que le Conseil œcuménique a proclamé que l’Ukraine était et restait sous sa subordination directe. Comme cela a été expliqué dans des cercles ecclésiastiques, une telle solution est nécessaire pour que personne ne doute que c’est à Constantinople de fournir l’autocéphalie à l’église ukrainienne et non, par exemple, à Moscou.

3. Pour ce faire, le Synode a d’ailleurs adopté la troisième décision: il a aboli  la lettre synodale de 1686, celle qui donnait le droit au patriarche de Moscou d’ordonner le métropolite de Kyiv.

4. Le patriarcat de Constantinople a aboli l’anathème «politique » imposé par l’Église russe à «Filaret (Denisenko), Macarius (Maleetych) et à leurs fidèles qui se sont retrouvés dans le schisme, mais pas pour des raisons dogmatiques». Tous «ont été renouvelés canoniquement dans leur loge épiscopale ou sacerdotale et la communion de leurs fidèles avec l’Église a été restaurée».

5. Le patriarche œcuménique a demandé à toutes les parties de «s’abstenir de saisir des églises, des monastères et d’autres biens, ainsi que procéder à tout acte de violence et de vengeance».

Pourquoi est-ce que Filaret a subi un anathème ? Après l’indépendance de l’Ukraine en 1991, le patriarche Filaret, qui était à la tête de l’Église orthodoxe ukrainienne, a commencé à défendre une Église indépendante en Ukraine. Le 1 er novembre 1991, le Conseil des évêques de l’Église orthodoxe ukrainienne a décidé de faire appel au patriarche Alexis II et à l’épiscopat de l’Église orthodoxe russe en lui demandant de lui accorder une indépendance canonique. Cela permettrait notamment d’élire un patriarche sans la participation de Moscou. Cependant, l’Église orthodoxe russe n’a conféré à l’Église ukrainienne que des droits de grande autonomie. En outre, en 1992, l’Église orthodoxe russe a tenu un conseil sans la participation de Filaret, au cours duquel Volodymyr (Sabodan) a été élu nouveau primat. Ensuite, Filaret et des représentants de l’Église ukrainienne, qui l’ont soutenu, ont créé une nouvelle Église, celle du patriarcat de Kyiv. C’est pour cette activité « schismatique », selon l’Église orthodoxe russe, que Filaret a été soumis à un anathème en 1997. Filaret lui-même a toujours considéré cette décision comme une décision politique.
Pourquoi cela n’est-il devenu possible que maintenant?
Pendant des siècles, l’Église ukrainienne s’est battue pour être indépendante de Moscou. Depuis l’Indépendance du pays, presque tous les présidents ukrainiens ont réfléchi à l’autonomie de l’église ukrainienne. Leonid Kuchma et Viktor Iouchtchenko ont travaillé dans cette direction. Mais leurs  tentatives n’ont jamais abouti.

La réponse à la question de savoir pourquoi l’autocéphalie pour une église ukrainienne est devenue réelle et apporte maintenant différentes réponses, pas toujours liées, d’ailleurs, les unes aux autres.

La première raison est politique. Ce n’est pas encore clair, mais il est tout à fait évident que le Président ukrainien, Petro Porochenko, a réussi à persuader le premier ministre turc, Recep Erdogan, de ne pas s’opposer à la réception d’un Tomos. Le patriarcat de Constantinople est basé à Istanbul et doit toujours tenir compte de la position des autorités turques, qui, d’une part, ne voudraient pas renforcer le rôle du patriarche «grec» et, d’autre part,  détériorer leurs relations avec la Russie.

L’argument qui a forcé Erdogan à prendre une position latente concernant la « question de l’Église ukrainienne» reste pour le moment inconnu.

La deuxième raison est celle de l’église. Pendant de nombreuses années, entre le patriarcat Œcuménique et celui de Moscou, une guerre non affichée, de domination entre l’église la plus influente et l’église la plus grande, préexistait. Le point de non-retour réel dans cette guerre a été le Concile orthodoxe de 2016 en Crète qui allait devenir le premier concile œcuménique depuis plus de 12 siècles. Ce concile était considéré comme un événement unique pour Bartholomée. Mais au dernier moment, le Concile a été rompu car l’église russe a refusé de venir et « a persuadé » les patriarches qui dépendaient de lui, d’ignorer l’invitation de Bartholomée.
Cela est resté comme un camouflet douloureux et, surtout, public  envers le patriarcat œcuménique. Cela dit, donner le Tomos à l’Ukraine affaiblira la position de l’Église russe.

Influence de Petro Poroshenko

De toute évidence, la victoire sur le front de l’église est devenue possible grâce aux efforts de l’actuel président, Petro Poroshenko. Il est également évident que le Tomos aura un effet positif sur sa candidature aux élections présidentielles, car il a réussi à accomplir quelque chose qu’aucun de ses prédécesseurs n’a pu réaliser. «Maintenant que nous approchons d’une conclusion positive, beaucoup disent que ce sera un avantage pour le président avant les élections. Mais au début de cette requête, le succès était loin d’être assuré. En effet, les précédentes tentatives ont été soldées par des déconvenues»,  déclare Yevstratii Zorya, archevêque de Tchernihiv et Nizhinsky, secrétaire du Saint-Synode de l’Église orthodoxe ukrainienne.
Que va-t-il se passer ensuite?
Le Concile avec la participation des évêques des Églises ukrainiennes se déroulera à Kyiv dans quelques semaines. Ce Concile organisera une association d’églises, formera une Église ukrainienne indépendante  unie et élira son primat.

L’élection du président de l’Église. C’est le Concile qui décidera du dirigeant de l’église orthodoxe ukrainienne locale. La plus grande partie de l’épiscopat et les hiérarques du patriarcat de Kyiv proposeront l’actuel chef, le patriarche Filaret. Le métropolite Macarius, chef de l’Église autocéphale ukrainienne, a déclaré à plusieurs reprises qu’il ne proposerait pas sa candidature à la place du patriarche.
On peut également supposer que les évêques qui quitteront le Patriarcat de Moscou seront également en mesure de proposer leur candidat. Mais cette option est peu probable.

Le Tomos. Le brouillon du Tomos est déjà écrit. L’archimandrite Cyril (Govorun), prêtre du patriarcat de Moscou, qui soutient activement l’autocéphalie, a l’a déclaré il y a plusieurs mois. Le texte de l’écriture patriarcale a été rédigé par des experts en droit canonique et en histoire ecclésiastique. Le document détaille les conditions historiques préalables à l’octroi de l’indépendance de l’Église, ainsi que tous les aspects juridiques de la création et de la vie future de la nouvelle Église orthodoxe ukrainienne.

La transmission du Tomos. La question de savoir à qui sera remise la lettre et qui apportera physiquement le document historique à Kyiv est toujours ouverte. Une version indique que le Tomos sera amené au Concile qui devrait se réunir à Kyiv peu de temps après la signature du document. Une autre version précise que le Concile commencera ses travaux en premier et choisira ensuite le primat de la nouvelle église qui recevra alors une lettre du patriarche Bartholomée.

Le transfert du Tomos en Ukraine mettra fin au processus d’autocéphalie. L’évolution de ce scénario très probable  va changer la cartographie du monde orthodoxe et deviendra un autre facteur de l’isolement de la Russie. Si le processus de l’arrivée des fidèles de  la nouvelle église en Ukraine se déroule comme prévu à Kyiv et à Constantinople, alors, la plus grande église orthodoxe après l’Église orthodoxe russe verra le jour en Europe. Et elle ne sera certainement pas loyale envers Moscou.

Partager sur les réseaux sociaux

Twitter