Tomos: le Conseil de l’Église orthodoxe ukrainienne unie a élu son Primat

Tomos: le Conseil de l’Église orthodoxe ukrainienne unie a élu son Primat
le 16 décembre 2018.

Le 15 décembre 2018, le Conseil de la réunification a eu lieu à Kyiv. Et c’est lors de cet événement que le Primat de la nouvelle Église orthodoxe ukrainienne locale unie a été élu. Son nom est Epiphane, le métropolite de Pereyaslavl et Bila Tserkva. Le 6 janvier 2019, le chef de cette Église unie nouvellement créée, ainsi que le président ukrainien, s’envoleront pour Istanbul, où Bartholomew leur remettra le Tomos de l’autocéphalie: la procédure pour obtenir l’indépendance de l’Église sera alors achevée. L’UCMC a réalisé une synthèse des principales informations des médias ukrainiens sur l’événement.

Qui était présent au Conseil?Le Patriarcat de Kyiv a envoyé 42 évêques, dont chacun était accompagné d’un prêtre et d’un laïc, soit un total de 126 délégués. Le Patriarcat de Moscou a envoyé 10 évêques, dont chacun était également accompagné de 2 personnes, soit 30 personnes au total.

Le reste était constitué de représentants de l’Église autocéphale. Selon les estimations des exarques du patriarcat œcuménique, 64 évêques, 64 prêtres et 64 laïcs étaient présents au Conseil. En outre, le président Petro Porochenko et le président du Parlement, Andriy Parubiy, étaient les invités d’honneur du Conseil.

Comment s’est déroulé le vote?Chaque hiérarque ukrainien, quelle que soit l’Église qu’il représentait, avait la possibilité de se faire accompagner de deux autres personnes qui avaient également le droit de vote. Chaque membre du Conseil pouvait proposer une candidature au poste de Primat, à l’exclusion de son propre nom. Le vote a eu lieu en mode secret. Au premier tour tous les participants ont voté, les hiérarques et les laïcs, les clercs, les moines qu’ils avaient invités, afin d’élire trois principaux candidats. Seuls les évêques ont ensuite élu le Primat parmi les trois finalistes. 

Que sait-on du métropolite Épiphane?Le métropolite Épiphane, élu Primat de la nouvelle Église orthodoxe ukrainienne, était depuis cinq ans le «bras droit» de Filaret dans l’administration de l’Église orthodoxe ukrainienne du patriarcat de Kyiv. Selon les normes de l’Église, il est jeune: âgé seulement de 39 ans. Serhiy Dumenko, de son vrai nom, est né dans le village de Volkovo du district d’Ivanivsky, dans la région d’Odessa, dans une famille d’ouvriers. Il a étudié au séminaire théologique et à l’Académie théologique de Kyiv. Épiphane a également suivi des études de philosophie à l’Université d’Athènes. Après ses études à Athènes, il est devenu moine au monastère Saint-Michel. Il a rejoint l’Église orthodoxe du Patriarcat de Kyiv en 2008 et, 5 ans plus tard, le Patriarche Filaret l’a nommé métropolite de Pereyaslavl et Bila Tserkva. Epiphane est membre de l’Union nationale des journalistes d’Ukraine et de la Fédération internationale des journalistes, il est aussi recteur de l’Académie de théologie orthodoxe de Kyiv.

Quels sont ses qualités? Le métropolite Epiphane est relativement jeune, mais sa jeunesse est compensée par une carrière rapide et cinq années en tant qu’assistant du patriarche Filaret. Contrairement à ses nombreux collègues des Églises ukrainiennes qui partent étudier en Russie, le futur Primat a suivi ses études en Ukraine et en Grèce. «L’avantage d’Epiphane réside dans le fait qu’il connaît bien la composante administrative de l’Église», explique l’expert en religions Yuri Tchornomorets. En outre, le métropolite est de nature très modéré et connaît la langue grecque, ce qui en théorie permettra des discussions directes avec le patriarcat œcuménique».

Epiphane est considéré comme un homme éloigné des principaux groupes d’influence de l’Église et proche du patriarche Filaret. Mais, d’autre part, le Patriarcat œcuménique peut considérer Epiphane comme une sorte d’«ombre» de Filaret et son «héritier» informel, ce qui risque de ne pas plaire à Constantinople.

Quelle est l’opinion d’Epiphane concernant l’Église russe? En décembre 2015, Epiphane a rédigé un article intitulé «Pendant combien de temps Moscou sera-t-elle encore disséminée dans les âmes ukrainiennes?». Dans l’article, Epiphane décrit les «actions anti-ukrainiennes communes des dirigeants de l’Église du patriarcat de Moscou, des dirigeants politiques russes, avec la participation des représentants du principal clergé de l’Église du patriarcat de Moscou en Ukraine».


Dans son article, il insiste sur le fait que le gouvernement russe poursuit et poursuivra une politique de «la pleine inclusion des structures du patriarcat de Moscou en Russie et à l’étranger dans la réalisation de ses propres politiques internes et externes». Épiphane a insisté sur l’influence énorme des services spéciaux russes sur l’Église orthodoxe, et sur l’existence d’agents spéciaux dans ses rangs.

Les premières déclarations après le Conseil. «Nous avons pu réunir les trois branches de l’orthodoxie ukrainienne en une seule Église orthodoxe locale. Les portes de notre Église sont ouvertes à tous», a déclaré Épiphane depuis le podium sur la place Sainte-Sophie à Kyiv le 15 décembre au soir. Il a remercié Constantinople, le président de l’Ukraine et le Patriarche de l’Église orthodoxe de Kyiv Filaret, le Patriarche de l’Église autocéphale Macarius et tous les hiérarques, ainsi que la Verkhovna Rada pour leur unité.

Épiphane a été présenté par le président de l’Ukraine, Petro Porochenko. La foule avait attendu pendant 10 heures la présentation du nouveau chef de l’Église ukrainienne. Selon les résultats du Conseil, Porochenko a déclaré: «Ce jour entrera ou est déjà entré dans l’histoire comme un jour sacré, le jour de la création de l’«Église orthodoxe locale autocéphale. Le jour de l’indépendance totale de la Russie. L’Ukraine ne boira plus à la coupe de Moscou».

Malgré le fait que Porochenko était présent dans la cathédrale, il a déclaré que l’État n’interférerait pas dans les activités de l’Église: «Nous n’avons jamais eu, nous n’avons pas et nous n’aurons jamais une Église d’État», a souligné le président ukrainien.

Partager sur les réseaux sociaux

Twitter