L’Ukraine à Davos en 2019: ce qu’il faut retenir

L’Ukraine à Davos en 2019: ce qu’il faut retenir
le 25 janvier 2019.

Le Forum économique mondial s’est achevé dans la station balnéaire suisse de Davos. Certains des dirigeants du monde, notamment le président américain Donald Trump ou la première ministre britannique Teresa May étaient absents cette année, mais le sommet n’en perdait pas de son importance. Bien que l’objectif du forum ne soit pas de signer des déclarations communes ni de prendre des décisions formelles comme des sommets d’État, cet événement réunit chaque année les acteurs les plus importants du monde. Les domaines du forum traitent souvent de questions importantes. Des accords informels y germent, qui peuvent éventuellement conduire à de réels changements.

L’Ukraine souhaite attirer l’attention sur des questions importantes pour le pays sur différentes plateformes et participe au Forum depuis 15 ans déjà. L’UCMC documente ce que vous devez retenir de la présence de l’Ukraine à Davos en 2019.

Délégation : représentants de l’État, des entreprises et de la société civile

La délégation ukrainienne au forum était dirigée par le président Petro Porochenko. La ministre de la Santé par intérim, Ulyana Suprun, la ministre des Finances, Oksana Markarova, la vice-première ministre chargée de l’Intégration européenne, Ivanna Klimpush-Tsintsadze, le maire de Kiev, Vitali Klitschko, et d’autres faisaient partie de la délégation.

Le président a tenu une série de réunions, entre autres avec la présidente du FMI, Christine Lagarde, la chancelière allemande, Angela Merkel, et le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, ou avec le président brésilien, Jair Bolsonaro.

En outre, des députés ukrainiens et des activistes de la société civile se sont rendus à Davos. Par exemple, les députés Serhiy Lechtchenko et Mustafa Nayem, le conseiller auprès du ministère de l’Intérieur Anton Gerachtchenko. La défenseuse des droits de l’homme ukrainienne Larisa Denisenko et la présidente de Crimea-SOS Tamila Tacheva faisaient partie des membres actifs du forum.

En comparaison, la délégation russe cette année étaient sans président. La veille, depuis Moscou, il avait déclaré son intention de ne pas se rendre au forum en raison du refus des organisateurs d’y accueillir les oligarques faisant l’objet de sanctions.

Petit-déjeuner ukrainien: présentation des trois candidats à la présidence

Le 24 janvier a débuté le traditionnel petit-déjeuner ukrainien à Davos, organisé pour la 15ème fois par la Fondation Victor Pinchuk. Trois candidats à la présidence y assistaient: Youlia Timochenko, Petro Porochenko et Anatoly Gritsenko. Porochenko a présenté à ses invités ses réalisations. Il a notamment évoqué la création d’une église autocéphale en Ukraine. Dans un discours, il s’est tourné vers ses adversaires: «Nous faisons face aujourd’hui à un risque très élevé de populisme. Ceux qui ne comprennent pas ce que cela signifie, je leur dirais que c’est comme prétendre que certains produits pour les humains auront un prix fixe inférieur à leur valeur marchande. C’est ce que Chavez et Maduro ont fait à Caracas au Venezuela et vous pouvez voir le niveau de vie de ce pays à la télévision… »

La chef du parti Batkivshchyna et candidate à la présidentielle, Youlia Timochenko, a déclaré qu’en cas de victoire à l’élection présidentielle, elle entamerait des pourparlers avec le FMI. Selon elle, la prochaine discussion abordera toutes les questions, y compris le prix du gaz naturel. Youlia Timochenko a fait remarquer que la réduction promise du prix du gaz par deux sera alignée sur le marché, bien que l’introduction du marché du gaz prenne un certain temps.

Anatoliy Grytsenko, chef du parti «Position civique», a souligné que, pour ériger une nouvelle Ukraine, il est nécessaire de vaincre la corruption, de créer des forces de l’ordre qui n’interfèrent pas dans l’économie, de créer des conditions égales pour la concurrence et d’offrir des opportunités aux jeunes Ukrainiens. Interrogé sur les plus grands défis auxquels l’Ukraine est confrontée, il a évoqué deux problèmes: «La corruption n’est pas seulement le vol de milliards de dollars, la corruption est un meurtre. L’espoir se perd, l’esprit est tué. […] Le deuxième problème est le manque de professionnels au pouvoir. […] Je veux que le gouvernement soit fort, fort avec sa vision, son niveau de gestion, sa responsabilité et sa moralité».

Un accord à grande échelle sur la construction de l’énergie éolienne dans la région de Kherson

En outre, dans les domaines du Forum économique mondial de Davos, l’Ukraine a signé un accord avec la société norvégienne NBT, la société française Total Eren et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) sur le projet d’énergie éolienne « Sivach » dans la région de Kherson.

La société norvégienne NBT, spécialisée dans la construction d’éoliennes, a des projets en Norvège, à Chypre, en Chine, à Singapour et au Pakistan. En Ukraine, la société prévoit de construire 67 installations éoliennes d’une capacité totale de 250 MW, qui seront situées le long de la rive nord du lac Sivach dans la région de Kherson.

Le complexe de centrales électriques sera situé à quelques kilomètres de la péninsule de Crimée sous occupation russe. L’électricité, qui sera produite par les éoliennes situées le long du lac Sivach, fournira un tiers des besoins de la région de Kherson.

Le paquet prévoit un financement de 150 millions d’euros sur un projet dont le coût total est d’environ 400 millions d’euros.

Selon le président de la BERD, Suma Chakrabarti, l’arrivée de NBT et de Total Eren en Ukraine montre que l’Ukraine est le deuxième marché européen en importance et qu’elle est ouverte aux entreprises alors qu’elle poursuit les réformes du secteur de l’énergie et se conforme aux normes de l’UE.

Partager sur les réseaux sociaux

Twitter