Nouveau pouvoir et nouveaux médias: est-il dangereux de dialoguer directement avec la société?

Nouveau pouvoir et nouveaux médias: est-il dangereux de dialoguer directement avec la société?
le 22 août 2019.

En Ukraine, comme dans le monde entier, les médias traversent une période de profonde transformation. Les réseaux sociaux assument une fonction d’information (parfois de désinformation), et les médias traditionnels tentent de défendre leur indépendance contre l’influence oligarchique et le nouveau gouvernement dirigé par le nouveau Président Zelensky qui, à l’ère des nouvelles technologies, remettent en question la nécessité d’un «quatrième pouvoir. Le nouveau président et sa force politique déclarent qu’ils peuvent communiquer directement avec la société sans les médias.

Quels sont les changements, quelles sont les tendances principales et les risques de cette attitude, lisez l’analyse de l’UCMC.

Les relations entre le journalisme ukrainien et les autorités n’ont jamais été optimistes. L’histoire récente de l’Ukraine a commencé avec l’assassinat du journaliste indépendant Georgy Gongadze. La plupart des chaînes de télévision sont toujours contrôlées par des groupes oligarchiques. Dans le même temps, l’environnement des médias a évolué au cours des 15 dernières années: les salles de rédaction luttent pour une indépendance de la politique éditoriale par rapport aux intérêts des propriétaires des médias, des médias indépendants font leur apparition et la nouvelle loi exige que les noms des propriétaires des médias soient rendus publics. Dans le même temps, l’évolution du paysage politique dans le pays après les élections présidentielle et législatives de 2019 a entraîné une modification de la nature des relations entre les autorités et les médias. Comment se transforment-elles?

Vidéos et réseaux sociaux

L’évolution de la situation politique en Ukraine a été précédée par une longue bataille électorale au cours de laquelle le futur président Volodymyr Zelensky a choisi une stratégie de communication «directe» avec l’électeur. Il n’a pratiquement pas donné d’interviews aux médias ukrainiens, mais a communiqué avec le public via les réseaux sociaux: Facebook et Instagram. Le plus populaire étant le format vidéo.

Cette stratégie a été couronnée de succès sur le plan électoral: c’est l’absence de questions aiguës et gênantes de la part des journalistes et des experts qui a permis au politicien inexpérimenté de formuler ses messages dans le format confortable du monologue, et non pas du dialogue.

Une campagne électorale sans la télévision?

La nouvelle équipe politique a répété à plusieurs reprises qu’elle «n’avait pratiquement pas utilisé la télévision» dans la campagne électorale. Cette affirmation n’est que partiellement vraie, car le phénomène Zelensky est assez télévisuel et c’est grâce à sa présence sur un long terme à la télévision, avant sa candidature présidentielle, qu’il est reconnaissable et populaire à 100%. Dans le même temps, on sait combien le produit divertissant Zelensky a été diffusé pendant la période électorale par la chaîne «1 + 1» et même pendant la journée du silence. L’histoire des relations du candidat avec la chaîne de télévision «1 + 1» montre qu’il a utilisé les ressources de la télévision et bénéficié du soutien évident du propriétaire de la chaîne de télévision, l’oligarque Igor Kolomoisky.

Par exemple, le 17 avril 2019, le Conseil national a envoyé des informations à la Commission électorale centrale sur les violations, Zelensky ayant été présent dans 14% du total des émissions de «1+1» au cours des trois derniers mois. Le groupe de médias «1 + 1» a nié cette information.

L’Interview, comme enjeu d’une partie de tennis de table

Une autre innovation dans la relation entre les autorités et les médias est que les médias doivent vraiment avoir de la chance pour pouvoir obtenir un commentaire. Volodymyr Zelensky a entre autres accordé sa première interview exclusive entre les deux tours de l’élection présidentielle, non pas parce les journalistes l’avaient demandé, mais parce qu’il avait perdu, contre le journaliste Vlad Krasinski de l’édition RBC – Ukraine, une partie de tennis de table à l’état-major des élections, la nuit du premier tour. .

«Les journalistes professionnels devront peut-être se préparer pour des compétitions, flash mobs, tennis de table…, lors desquelles ils pourront remporter le droit d’interviewer Zelensky», a écrit Oksana Romaniuk de l’Institut Media Institute en avril 2019.

«Je ne vous dois rien!»

En janvier 2019, les reporters d’une chaîne de télévision ont produit des informations sur les activités cinématographiques de Zelensky en Russie, auxquelles Zelensky lui-même avait précédemment déclaré avoir mis fin au début de la guerre russo-ukrainienne.

Le journaliste a voulu interroger Zelensky à ce sujet, mais le comédien a réagi violemment et n’a pas répondu. «Prenons rendez-vous, pourquoi ne voulez-vous pas prendre des rendez-vous comme les gens normaux? Comme les journalistes normaux? », avait répondu Zelensky. Après que le journaliste a continué à insister pour un entretien de deux minutes, Volodymyr Zelensky a répondu: «Je ne vous dois rien. Je n’ai des obligations qu’envers mes parents. Je n’aime pas le format de votre conversation».

Cette remarque est devenue scandaleuse: elle témoignait de l’attitude de l’homme politique à l’égard des médias, le fait qu’il n’estime pas nécessaire d’expliquer ses actes au «quatrième pouvoir». Après son élection, le président Zelensky a tenu plusieurs réunions d’information au cours desquelles «aucune question n’était posée».

Fausses nouvelles diffusées par l’Office du président

Début août, les médias ukrainiens ont été informés de la démission du chef du bureau du président Andriy Bohdan et ont eu accès à une photo d’une lettre de démission manuscrite. Cependant, il s’est avéré que Bohdan ne démissionnait pas, et la source de la fausse nouvelle était son adjoint, Kirill Tymoshenko, responsable de la politique de l’information du bureau du président.

Un grand nombre de médias ukrainiens ont rendu cette information publique car ils estimaient que la source était fiable. La réfutation des informations sur la démission a porté un coup dur à la réputation de ces médias, dont le bureau du président s’était joué. Les journalistes ont vu dans cette désinformation un défi lancé par les autorités, qui visait à discréditer les médias devant le public. Il en est résulté un manque de confiance entre les journalistes et leurs sources au pouvoir.

Le chef de l’Office du président: «Communiquer avec la société sans médiation»

Quelques jours après cet incident, le président du bureau du président Andriy Bohdan, interrogé par un journaliste de Radio Svoboda, a indiqué que la campagne présidentielle de Volodymyr Zelensky prouvait qu’ils pouvaient communiquer avec la société sans intermédiaires, sans journalistes.

Il estime que les «journalistes classiques» sont habitués à se considérer en tant que société. «Mais comme notre campagne électorale l’a prouvé, nous communiquons avec la société sans intermédiaires, sans journalistes», a-t-il déclaré.

Insultes aux journalistes

Récemment, un député du parti «Serviteur du peuple», Maxim Buzhansky, s’est retrouvé au centre d’un scandale des médias. Dans son Télégramme, il a traité Olga Dukhnych, une journaliste de «Novoe Vremia», de «brebis stupide». Avant cela, cette édition avait publié une interview de Dmytro Razumkov dans laquelle Dukhnych qualifiait Buzhansky de «nostalgique de l’URSS et de l’époque de Viktor Yanoukovytch».

Dans les réseaux sociaux, Buzhansky est connu pour être un opposant constant du Maidan et des autorités post-Maidan.

«Peu importe ce qu’a été le Maidan, une révolution, comme vous l’affirmez timidement jusqu’à présent, ou un coup d’État ce que même un aveugle pourrait voir. Nous vivons toujours avec ce qui s’est passé et tous ensemble … Le fait que la police, la médecine, l’éducation sont détruites, et bien plus encore, dont je ne parlerai pas par pitié pour vos sentiments, est sur votre conscience», a-t-il écrit en 2017.

«Yanoukovytch était un président pourri. Mais élu légalement. Et la vie était meilleure que ce que nous avons maintenant. Il devait être démis de ses fonctions lors d’un scrutin. Ordinaire ou extraordinaire. S’il n’y avait pas de candidat capable de le vaincre, alors il fallait attendre encore cinq ans», a-t-il expliqué. Et dans une interview accordée à l’édition «Strana.ua», il a déclaré que «le seul résultat du Maidan est la légalisation du nazisme».

Plus tard, le parti «Serviteur du peuple» a commenté publiquement la déclaration de Buzhansky au sujet d’Olga Dukhnych.

Le parti a condamné les déclarations de Buzhansky et s’est excusé auprès de la journaliste. Dans le même temps, ils ont qualifié les propos de Maxim Buzhansky de «réactions excessives et contraires à l’éthique, mais suffisamment compréhensibles eu égard aux jugements évaluatifs concernant les sentiments personnels que le député nouvellement élu aurait à l’égard de l’URSS et de certains hommes politiques ukrainiens».

Par conséquent, le «Serviteur du peuple» a exhorté les journalistes à s’abstenir de «ce genre de jugements d’évaluation». «Parce qu’ils sont publiés sur les pages officielles de publications respectables et contribuent en outre à l’étiquetage et à une attitude biaisée à l’égard des politiciens qui n’ont même pas commencé à se faire connaître en tant que députés», peut-on lire dans le communiqué du parti.

Partager sur les réseaux sociaux

Twitter