14 heures de communication avec la presse: comment le marathon de presse de Volodymyr Zelensky s’est-il déroulé ?

14 heures de communication avec la presse: comment le marathon de presse de Volodymyr Zelensky s’est-il  déroulé ?
le 11 octobre 2019.

Le 10 octobre, le marathon de presse sans précédent du président Volodymyr Zelensky a eu lieu à Kyiv. Le président s’est entretenu avec les journalistes et cette réunion a duré environ 14 heures, sans pause. La réunion a eu lieu dans unmarché branché de Kyiv, Food Market, une institution récemment ouverte qui a continué à fonctionner en mode ordinaire le jour du marathon. Pendant le marathon, des groupes de 7 à 10 journalistes se succédaienttoutes les 30 minutes. Au total, le président a réussi à répondre aux questions de 300 journalistes, bien que les questions se répètentsouvent.

Un rendez-vous dans un marché: pourquoi ce format?

L’idée de parler à la presse sous la forme d’un marathon comportait plusieurs aspects très utiles. Premièrement, c’était littéralement un entretiendu président avec les médias. Pas une conférence de presse ou un briefing, mais une conversation avec les médias. L’équipe présidentielle est convaincue qu’elle n’a aucun problème à communiquer avec le peuple, elle lui parle directement (via les réseaux sociaux). Mais la communication dans les médias est pour le moins sporadique, et cela a souvent été un échec au cours des derniers mois. C’est le problème que le marathon a voulu résoudre.

Le président a parlé à la presse dans le sens le plus vrai du terme, avec des journalistes de la grande majorité des médias. Il était assis avec eux à une table, regardait tout le monde dans les yeux, répondait à chacune des questions.

Dans cette communication en petits groupes, Zelensky a eu l’occasion, à titre personnel, d’avoir un contact positif avec des personnes précises.

En une journée, il a répondu surtous les sujets d’actualité: de la formule de Steinmeier au retrait des troupes, aux problèmes de personnel dans l’équipe présidentielle, aux oligarques et à Donald Trump. En fait, avec une telle démarcheinformative, Zelensky a effacétoutes les erreursde communication faites par son équipe au cours des derniers mois.  Nous avons sélectionné pour vous quelques citations sur dessujets clés.

À propos de la formule Steinmeier, de la réunion au format Normandie et de la situation dans le Donbass

Dire que l’introduction de la formule de Steinmeier a été faite est inexact. La formule entre en vigueur exactement au moment de l’entrée en vigueur de la loi sur le statut spécial.

Il est inutile de discuter de la loi sur le statut spécial pour le moment. Il n’y a pas encore de loi. Il y a des lignes rouges dont on peut parler. Elles ne diffèrent pas des «lignes rouges» en général du format Normandie.

Je pense qu’il y a une chance que la partie russe en ait assez de ce processus. Je pense que tout le monde comprend que l’Ukraine ne cédera jamais son territoire et son indépendance.

Je ne voudrais vraiment pas que le conflit dans le Donbass soit gelé, je ne voudrais pas que nous ayons la Transnistrie ou l’Abkhazie. Je ne peux pas garantir à 100% que cela ne se produira pas, car actuellementc’est le cas.

Je sais qu’il y a des problèmes humanitaires et les problèmes de langue seront également abordés, notamment, afin que le Donbass ait le statut du russe en tant que langue régionale. Je pense qu’il y a beaucoup de compromis humanitaires dont on peut parler.

Sur les négociations avec la Russie

Voulez-vous que ce soit un jeu de poker et qu’ils connaissent mes cartes? Si nous sommes assis à une table, dois-je avoir une stratégie? Voulez-vous que tout le monde sache où sont nos troupes, quand nous bougeons, où nous les emmenons? J’ai besoin d’avoir des avantages, or si je raconte tous nos projets, cela nous mènera à une défaite.

«Je ne suis pas prêt à publier mes conversations avec Volodymyr Poutine. Je n’ai même pas publié mes conversations avec Donald Trump. Je suis le commandant en chef, pas l’animateur d’un show télé».

Nous avons organisé un échange. J’ai fait tous les appels à Poutine. Je ne vais pas faire tomber ma couronne parce que je veux vraiment mettre fin à la guerre. Par conséquent, je crois que de notre côté, c’étaient les premiers pas vers l’avant.

Les deux parties doivent vouloir mettre fin à la guerre. Les deux parties devraient vouloir s’asseoir dans un format ou un autre et commencer à parler. Changer la rhétorique. Arrêtez de dire «Nous ne sommes pas là. C’est votre conflit interne, réglez-le etc».

A propos des actions de protestation sur le Maidan «contre la reddition»

En ce qui concerne le Maidan – je n’ai pas peur de cela. À tout moment, à tout moment, si la société ne veut vraiment pas que mon équipe continue et que je ne sois pas président … Écoutez, il n’y aura pas d’effusion de sang.

Je conviens que la communication (avec les anciens combattants – ed) est faible. Je sais que beaucoup de gens sont «échauffés» et n’ont tout simplement pas compris le sens de la formule de Steinmeier, etc. Ils ne comprenaient pas, ne savaient pas – mais ils sont «échauffés» et nous savons qui les «échauffe» encourageant les gens à la fois avec leurs médias et leurs actions.

À propos de Poutine et de l’échange de prisonniers

«Si le format Normandie est retardé, nous trouverons d’autres formats pour récupérer nos prisonniers. L’un de ces formats est Minsk et l’autre qui a fonctionné est mes entretiens directs avec le Président de la Fédération de Russie. Je suis prêt pour des négociations directes sur le retour des personnes».

À propos du scandale Trump et des relations entre l’Ukraine et les États-Unis

Cet appel (l’appel téléphonique de Trump à Zelensky en juillet 2019 – ed) a influencé une chose: je me suis rendu compte que nous devions avoir une réunion, que je voulais qu’il montre à notre équipe. Je voulais le faire venir en Ukraine.

Cet appel n’a aucun rapport avec l’histoire de Burisma.

Je ne veux en aucun cas intervenir dans les élections américaines. Et je ne le ferai pas.

Nous devons renforcer les relations avec les États-Unis. Nous avons rencontré des personnalités américaines, notamment le président des États-Unis. Nous attendons une visite officielle aux États-Unis.

«Je ne veux pas commenter ce qui se passe dans la politique intérieure (USA, éd.). Je ne vois aucun changement dans les relations internationales … S’il y a des changements, nous allons en apprendre davantage à ce sujet par Twitter».

À propos du travail des députés de «Serviteur du peuple» à la Verkhovna Rada

Ils ont gagné grâce àmoi, grâce au soutien de mon nom par la société. Je ne veux pas casser ce parti, ils savent ce que je pense. S’ils commencent à s’entredévorer, alors dans un an, je les dissoudrai. C’est un fait.

Les «Serviteurs du peuple» ont peur de tous les projets de loi relatifs aux députés.

Il y a des parlementaires expérimentés dans d’autres partis qui ne font qu’une seule chose: ils influencent émotionnellement, financièrement ou d’une autre manière. Ils veulent diviser le «Serviteur du peuple».

À propos de la PrivatBank et de Kolomoisky

Lors d’une réunion avec des partenaires, je demande: «Voulez-vous que j’influence la PrivatBank?». Ils me répondent: «Non, en tant que président, n’influencez rien». Regardons le résultat (le procès de l’affaire PrivatBank – UP). Si le résultat est tel que je dois protéger notre pays, alors je protégerai notre pays.

Kolomoisky connaît ma position sur PrivatBank, c’est laposition d’un homme d’État et je défendrai l’Ukraine, protégerai l’État, il le sait.

Changement anticipé de la composition de la Commission électorale centrale

«Je ne connais pas ces gens. Nous avons dit que nous étions en train de redémarrer tous les organes. Je ne veux pas qu’une personne (ex-présidente, rédactrice en chef) parte alors que tous les autres restent.

Sur la démission du secrétaire du Conseil de sécurité nationale et de défense, Olexandre Danyliuk

«Je ne suis pas d’accord avec sa position selon laquelle il est parti à cause de PrivatBank … D’ailleurs, Sacha voulait être Premier ministre. Je lui ai dit honnêtement: «Sanya, tu es une personne très professionnelle, mais j’ai choisi un autre candidat. Une relation difficile avec Bohdan (le chef du bureau du président, Andriy Bohdan) l’a également influencé».

Partager sur les réseaux sociaux

Twitter