Pourquoi le défilé du 14 octobre n’a pas seulement été nationaliste

Pourquoi le défilé du 14 octobre n’a pas seulement été nationaliste
le 16 octobre 2019.
Le lundi 14 octobre 2019, l’Ukraine a célébré le «Jour du défenseur de l’Ukraine» pour la cinquième fois. Ce jour férié a remplacé l’ancien jour «soviétique» du défenseur de la patrie. Une nouvelle fête en l’honneur des défenseurs de l’Ukraine est célébrée depuis 2015. Elle coïncide également avec le Jour des Cosaques ukrainiens, le Jour de la création de l’Armée des insurgés ukrainiens (UPA) et le festin de la Protection de la Vierge. Selon la tradition, le 14 octobre, les Ukrainiens saluent les militaires, des organisations politiques et publiques organisent des marches. Une de ces marches est une marche nationaliste. C’est elle qui a été au centre des médias étrangers, qui ont vu les événements de Kyiv sous l’angle des manifestations d’extrême droite.
Le texte de l’UCMC vous explique pourquoi ce n’est pas tout à fait le cas et quel est le visage des manifestations.

Le Jour du défenseur en Ukraine en est à sa 5ème édition, mais pour la première fois, il est tombé en pleine exacerbation du sentiment de protestation dans la société. C’est pourquoi cette année, outre les slogans habituels, de nouvelles demandes de pouvoir ont été portées dans les rues, et ceux qui les proclament ne sont pas seulement «la droite» ou «l’extrême-droite».

Le Jour du défenseur, plusieurs manifestations sous les slogans «Non à la reddition» ont eu lieu à Kyiv et dans plusieurs autres villes ukrainiennes. Un peu plus d’une semaine s’est écoulée depuis la précédente action, qui avait rassemblé 10 000 personnes sur la place de l’indépendance de Kyiv, le 6 octobre. Le 14 octobre, les demandes de « ne pas trahir les intérêts de l’Ukraine » ont de nouveau réuni les foules. Des témoins oculaires et des journalistes ont parlé de dizaines de milliers de manifestants. Selon la police, le chiffre était de 12 000 pour «Non à la reddition» et deux fois moins (6 000) pour une marche nationaliste.

Les manifestants disent que, réunis sur Maidan, ils s’opposent à «toute tentative des autorités de prendre des décisions qui mèneront à la défaite dans la guerre avec la Russie» telles que la «formule de Steinmeier», le « statut spécial du Donbass » et le «redéploiement de troupes».

Marche nationaliste: qui sont-ils et que veulent-ils?
À 13 heures, les participants à la traditionnelle marche annuelle de l’Armée des insurgés ukrainienne «Protégeons la terre ukrainienne» ont commencé à se rassembler près du monument à Taras Chevtchenko. La colonne est partie pour la rue Bankova (siège de l’administration présidentielle) vers 14h40 et est arrivée sur Maidan. Parmi les organisations d’extrême-droite figuraient le Corps national d’Andriy Biletsky, le parti Svoboda d’Oleg Tyahnybok, les Milices populaires, Dmytro Yaroch, chef de Pravy Sektor et des représentants individuels du C14.

Les partis et organisations d’extrême-droite se sont comportés de manière traditionnellement bruyante, jetant des tracts et portant des affiches portant le nom de Stepan Bandera, bien que de graves violations n’aient pas été enregistrées par la police. L’idée principale de la marche de cette année était d’empêcher la reddition des intérêts nationaux dans le contexte de l’accord de l’Ukraine sur la formule de Steinmeier et du retrait de troupes. Roman Tchernychov, porte-parole du Corps national, a déclaré dans un commentaire pour la Ukrainska Pravda : «Ce qui se passe maintenant constitue une menace réelle pour le pays. S’il y a un redéploiement des troupes, nous ne pourrons bientôt plus nous battre sur la ligne de front. Les militaires sont de notre côté. Les gens dans les tranchées comprennent la situation. Si nous rendons Zolote, ce sera une vraie défaite».

Dans le même temps, les représentants des partis et des organisations d’extrême-droite sont extrêmement mécontents du président précédent, Petro Porochenko, qui, selon les autorités actuelles, alimente le sentiment de protestation. «Dans ces actions, les drapeaux de parti ne sont pas importants. Toutes les tentatives de Porochenko de monopoliser la manifestation et de se présenter comme son chef ont échoué. Porochenko sur la scène du Maidan est un spectacle tellement pathétique. En tant qu’homme politique, nous le méprisons pour tout ce qu’il a fait. Les accords de Minsk ont ​​été très dommageables et ont capitulé dès le début», a déclaré Roman Tchernychov, porte-parole du Corps national, dans un commentaire à Ukrainska Pravda.

Selon les médias, le ministre de l’Intérieur, Arsen Avakov, pourrait influencer les représentants des organisations nationalistes du Corps national et des Milices nationales. Des représentants du Corps national ont organisé à plusieurs reprises des manifestations et ont perturbé les présentations de l’ancien président Porochenko dans différentes villes d’Ukraine. Arsen Avakov a été accusé d’avoir utilisé des organisations nationalistes dans sa lutte politique. Avakov est l’un des deux ministres de l’ancien gouvernement restés au pouvoir après l’élection de Volodymyr Zelensky à la présidence.

Le «Mouvement de résistance à la capitulation» : forces politiques de l’opposition, anciens combattants et société civile
Parallèlement à la marche nationaliste, une autre marche a eu lieu, impliquant vétérans de la guerre et volontaires, mais aussi des représentants des forces politiques de l’opposition, d’anciens fonctionnaires et diplomates et des représentants de l’intelligentsia.

Les organisateurs de la manifestation affirment que cet événement est une action civique et ont exhorté les participants à ne pas utiliser l’événement pour les intérêts de leurs partis. Dans le même temps, certaines personnes ayant signé un appel du « Mouvement de résistance à la capitulation» à Zelensky n’ont pas caché leurs sympathies politiques envers l’ancien président Porochenko.

Opposition politique: ‘Solidarité ukrainienne’, ‘Holos’, ‘Batkyvchtchyna’ ont exprimé leur protestation contre la mise en place de la formule de Steinmeier. Tous les trois partis ont fait appel au président Zelensky pour lui demander d’expliquer ses projets sur la libération du Donbass. Ioulia Timochenko a déclaré que la « formule de Steinmeier » n’était pas acceptable, mais son parti n’a pas participé au défilé.

Dans le même temps, ‘Holos’ ne s’est pas seulement exprimé contre la formule de Steinmeier depuis la tribune de la Verkhovna Rada, mais il a également pris part aux manifestations à Lviv et Kyiv. «Les Ukrainiens ont besoin de connaître les limites du compromis que le président et le parti au pouvoir ‘Serviteur du peuple’ considèrent comme acceptable. Nous avons entendu les slogans généraux voulant que le président fasse de son mieux pour la paix, mais nous ne savons pas quel prix il est prêt à payer», comme Inna Sovsun, une députée du parti ‘Holos’, a commenté la situation.

Les représentants de la force politique ‘Hache démocratique’, souvent appelée «l’aile libérale des partisans de Porochenko », qui n’est pas représentée au parlement, ont également pris part à l’action. Officiellement, le parti a décidé «de ne soutenir aucun des candidats à la présidence». Mais il n’a pas caché son attitude négative envers Zelensky.

Diplomates et officiels. Outre les représentants de l’opposition politique, le mouvement de capitulation est également soutenu par des diplomates et des responsables. Parmi eux: Volodymyr Omelyan, ancien ministre de l’Infrastructure du gouvernement de Volodymyr Hroisman, Ulyana Suprun, ancienne ministre de la Santé par intérim, Roman Bezsmertny, ancien membre du groupe de contact tripartite et d’autres.

«Ce n’est pas une structure politique, c’est une structure qui réfléchit de manière nationaliste et non pas politique. Et là se trouve, je pense, sa force très importante (…) Si ce mouvement est soutenu par des forces politiques pour lesquelles l’intérêt national est à la première place, pas de questions. Mais cela ne signifie pas que nous verrons à nouveau trop de drapeaux de partis», a déclaré le diplomate Volodymyr Ogryzko, ancien ministre des Affaires étrangères du gouvernement de Ioulia Timochenko.

Vétérans de guerre. Le plus important est que les anciens combattants ont également participé à la marche. Parmi les anciens combattants de l’ATO qui se rassemblent pour les nouvelles manifestations se trouvent des personnes de différentes opinions politiques. Beaucoup de ceux qui ont participé à la Révolution de la dignité et ont été parmi les premiers à partir pour le front au sein des bataillons volontaires.

Gleb Babich, ancien combattant, commandant d’un régiment de la 10e brigade d’assaut de montagne, a commenté sa participation à l’action de la manière suivante : «La santé m’empêche maintenant d’être au front. Mais depuis plus de 5 ans, je me suis consacré au combat pour l’Ukraine. Ce sont 6 rotations. Le pays est important pour moi. Des centaines d’anciens combattants, des personnes qui ont réellement risqué leur vie pour la liberté du pays, se sont rassemblés pour protester (…) Aucun ancien combattant n’est allé se battre pour Porochenko – ils se sont battus pour l’Ukraine. Et maintenant, nous sortons dans les rues au nom de notre pays. Mais, nous ne le faisons pas pour des personnes concrètes».

Société civile. Les représentants de l’intelligentsia, en particulier les personnalités culturelles, sont devenus à diverses époques le visage des manifestations ukrainiennes, se sont joints aux manifestations de rue, ont exprimé leur soutien aux manifestants.

Cette fois-ci, les slogans «Non à la reddition» ont également été signés par des éducateurs, des musiciens, des écrivains et des scientifiques. Vyacheslav Bryukhovetsky, président honoraire de l’Académie nationale de Kyiv-Mohyla, Joseph Zisels, héros de l’Ukraine, dissident, vice-président exécutif du Congrès des communautés nationales d’Ukraine, Serhiy Kvit, professeur à l’Académie nationale de Kyiv-Mohyla. Parmi eux, il y avait des partisans de Porochenko, mais également ses opposants.

Par conséquent, les manifestations réunissent des personnes complètement différentes. Certains réalisent leurs ambitions politiques tandis que d’autres ne peuvent tout simplement pas rester à l’écart des événements du pays.

Partager sur les réseaux sociaux

Twitter