La réunion au format Normandie, Naftogaz/Découplage, Sociologie/Eglise/Etat

La réunion au format Normandie, Naftogaz/Découplage, Sociologie/Eglise/Etat
le 18 novembre 2019.

Situation dans la zone du conflit

Les troupes russes se sont attaquées aux positions des militaires ukrainiens en déployant des mortiers de calibre 120 mm et 82 mm, des véhicules de combat, des lance-grenades, des mitrailleuses lourdes et des armes de petit calibre. Pendant deux jours de suite, les combattants pro-russes ont bombardé les positions des militaires ukrainiens dans la zone du retrait des armes à Bohdanivka et Petrivske.


La réunion au format Normandie aura lieu le 9 décembre: à quoi s’attendre

Lieu et date de réunion connus. Selon le service de presse du président ukrainien Volodymyr Zelensky, tous les participants du format Normandie ont convenu de la date de la réunion du 9 décembre à Paris. Cette déclaration a été rendue publique après la conversation téléphonique de Volodymyr Zelensky avec le président français Emmanuel Macron. «Le président français a souligné que l’Ukraine avait réuni toutes les conditions nécessaires à la tenue du sommet en format Normandie.  En conséquence, les parties se sont mises d’accord sur la date de sa tenue – le 9 décembre à Paris», peut-on lire dans le communiqué. Les présidents ukrainien et français ont coordonné les préparatifs pour que le sommet se déroule au plus haut niveau.

La déclaration de Poutine. La loi sur le statut spécial du Donbass devrait être prolongée, sinon rien ne sera discuté lors du sommet en format Normandie, a déclaré le président russe Vladimir Poutine. «Un fait très important est que cette loi sur le statut spécial du Donbass va expirer le 31 décembre. Si elle n’est pas prolongée… En fait, il y a longtemps, les partenaires européens ont posé des questions et ont directement demandé à l’Ukraine de rendre cette loi indéterminée, Porochenko l’a déjà accepté. Mais rien n’a été fait », a-t-il déclaré à la presse.

La Russie rendra à l’Ukraine les navires capturés dans le détroit de Kertch. Les navires arraisonnés par les gardes-frontières russes il y a un an au cours d’un incident dans le détroit de Kertch seront rendus à l’Ukraine. Cette déclaration a été faite par Mykola Polozov, responsable du groupe de défense des droits des marins ukrainiens. « Selon mes informations, les navires sont en train de sortir de Kertch pour être transférés en Ukraine », a-t-il déclaré.

Ministre des Affaires étrangères de l’Ukraine : «Il y a 2 variantes des résultats de la réunion». Le ministre des Affaires étrangères Vadym Prystaiko espère une avancée décisive de la réunion entre les dirigeants ukrainien, russe, français et allemand du 9 décembre, mais un communiqué discret est en préparation pour les résultats attendus.

«Il existe deux approches. La première consiste à contrôler nos attentes et à ne pas nous fixer de tâches trop ambitieuses, de sorte que, sans trouver le moyen de les satisfaire, nous ne disons pas que des progrès n’ont pas été accomplis et que nous avons même reculé. C’est une approche prudente, comme l’indique notre court communiqué », a déclaré le ministre des Affaires étrangères.

« Nous avons écrit ce document, les quatre parties y ont souscrit. C’est un document de travail que les conseillers en politique étrangère des chefs d’État proposent à leurs dirigeants », a-t-il ajouté.

«S’il y a une avancée dans la conversation des dirigeants, et nous l’espérons, un nouveau document sera préparé rapidement. Par exemple, les quatre dirigeants se mettront d’accord pour mettre un terme à la guerre et pour cela trois ou quatre étapes devront être franchies. C’est un scénario idéal, mais nos attentes reposent désormais sur la moindre option possible », a déclaré Prystaiko.

Il a souligné que «même un bref communiqué préparé suggère que d’ici à la réunion l’échange aura déjà lieu, nos navires rentreront (capturés par la Fédération de Russie dans le détroit de Kertch – ndlr)».

«Tout est dans une version prudente, et ce sont des choses absolument précises. Le document est la cerise sur le gâteau», a déclaré le ministre.


La loi de Naftogaz sur le découplage est entrée en vigueur

Le président Volodymyr Zelensky a signé une loi sur le découplage de Naftogaz. Il s’agit de la séparation du transport de gaz naturel de son extraction et de sa livraison.

Cette information a été communiquée par la vice-présidente du bureau de la présidence, Ioulia Kovaliv.

«La loi prévoit les conditions nécessaires pour remplir les obligations de l’Ukraine de séparer l’activité de transport de gaz et d’assurer le fonctionnement du gestionnaire de réseau de transport de gaz conformément à la législation européenne. Malgré les efforts pour bloquer et retarder la prise de décision, l’Ukraine avance avec confiance vers l’intégration européenne et démontre sa volonté de certifier le gestionnaire de réseau de transport de gaz conformément aux règles de l’UE et du Troisième paquet énergie », a-t-elle écrit.

Rappelons que l’achèvement du découplage est une exigence d’un accord d’association avec l’UE et d’un accord d’adhésion à la Communauté de l’énergie. À l’issue du processus, Naftogaz cessera d’être le monopole du transport de gaz principal. À compter du 1er janvier 2020, la société devrait perdre son influence sur les activités opérationnelles du nouvel opérateur indépendant.

Qui transportera le gaz? Le document envisage la création d’une société distincte « Opérateur du système de transport de gaz ». Le nouvel opérateur doit gagner son indépendance non seulement de l’ancien propriétaire, Naftogaz, mais également de toute autre influence des producteurs et des fournisseurs de gaz et d’électricité, en particulier par l’intermédiaire des autorités verticales de l’État.

Qui a besoin du découplage? C’est l’une des principales exigences de l’UE pour l’Ukraine et un préalable indispensable à la conclusion d’un nouveau contrat de transit avec la Russie. En fait, il s’agit d’un système de réorganisation interne de l’entreprise pour la division des types d’activités.

Dans le cadre des accords avec la Communauté européenne de l’énergie, l’Ukraine s’est engagée, il y a plusieurs années, à séparer le transport, le stockage, la production et la vente de gaz. Auparavant, toutes ces fonctions étaient exercées par Naftogaz et sa filiale Ukrtransgaz.

Quand la séparation aura-t-elle lieu? Les actifs du système de transport de gaz  devraient rester la propriété de Naftogaz jusqu’au 1er janvier 2020, mais, à partir du 1er novembre, la gestion de ces actifs relèvera de la compétence d’un opérateur indépendant : la société distincte « Opérateur du système de transport de gaz ».

Après la séparation, Naftogaz perdra son droit de propriété du système de transport de gaz et l’État (le ministère des Finances) en deviendra le propriétaire légal. C’est ainsi que devrait se terminer le processus de découplage. Le projet de loi sur le découplage garantit que le réseau ukrainien de transport de gaz restera propriété de l’État.

Comment cela affectera-t-il les négociations avec la Russie? Les autorités ukrainiennes ont déclaré que l’adoption de cette loi améliorerait la position de négociation de Kyiv lors des prochains pourparlers avec Gazprom sur un contrat de transit du gaz.

Le fait est que l’Ukraine insiste sur la signature d’un contrat fondé sur les règles européennes. Il est donc nécessaire de créer un opérateur indépendant, qui signera un accord avec le monopole russe. Selon l’expert Gennady Ryabtsev, l’adoption de la loi n’affectera pas de manière significative les négociations sur le gaz, mais pourrait les accélérer un peu.

«La création d’un opérateur indépendant certifié conforme aux règles européennes peut avoir un impact positif. L’adoption d’une loi n’est qu’un pas dans sa création », a-t-il déclaré.

«Je doute fortement que dans le temps imparti, nous soyons en mesure de mener à bien toutes les procédures et de créer une entité juridique qui aura tous les pouvoirs pour signer le contrat », a ajouté l’expert.

Mykhaylo Gonchar, président du Centre des études globales « Stratégie XXI » n’est pas du même avis : «Je pense qu’ils auront le temps, je ne vois pas d’obstacle insurmontable. Il peut y avoir certaines nuances techniques».

Gonchar convient que la position de négociation de l’Ukraine ne sera pas affectée. «Il n’est pas nécessaire de présumer que la Russie sera satisfaite. Elle cherchera un élément de non-respect, car il existe déjà une solution à la crise et personne ne prévoit de l’abandonner », a-t-il déclaré.


Sociologie: ce que les Ukrainiens pensent de l’église et de son rôle dans l’État
Le Centre Razumkov a réalisé un sondage sur le sujet de l’État et de l’Église. Au total, 2 015 répondants de plus de 18 ans ont été interrogés sur l’ensemble du territoire ukrainien, à l’exception de la République autonome de Crimée et des zones temporairement occupées des régions de Donetsk et de Lougansk. L’étude a été réalisée du 4 au 9 octobre 2019. De telles études sont menées chaque année.

Le déclin de l’importance de la religion. Les sociologues ont enregistré le plus faible niveau de croyants depuis 2010. Ceci est confirmé par d’autres chiffres. Les sondés répondent «non» à des questions sur l’importance de la religion dans leur vie.

L’Église en tant qu’autorité morale. En outre, le nombre de ceux pour qui l’église est une autorité morale a diminué par rapport à l’année dernière. En dynamique – c’est une tendance assez évidente. Pendant 9 ans, le nombre total de personnes pour lesquelles l’Église est une autorité morale a diminué de 13 %. Dans le même temps, ceux qui ne considèrent pas l’Église comme une autorité morale ont augmenté de 12%.

Église et État. Le sondage montre que les Ukrainiens ne partagent pas l’idée de créer une Église d’État (9,3 %), ne souhaitent pas l’enseignement obligatoire de la religion dans les écoles (13 %), mais soutiennent l’Institut de l’aumônerie de l’armée (61,7 %). Seuls 15,5 % veulent taxer l’église et 46 % pensent que les Églises devraient fonctionner comme des organisations communautaires ordinaires. C’est à dire sans rabais sur l’essence et allégements fiscaux.

Religion et politique. L’étude a un autre indicateur important. On a demandé aux répondants ce qu’ils pensaient du fait que les politiciens affichent publiquement un comportement religieux : 13 % sont positifs, 38,6 % sont négatifs et 41 % sont indifférents. Ces chiffres montrent que le facteur religieux ne se convertit pas en facteur électoral. Telle est la réponse à la question de savoir pourquoi, malgré le soutien massif manifesté en faveur de l’idée d’autocéphalie et la réception du Tomos, Petro Porochenko a perdu l’élection au profit de Volodymyr Zelensky, qui se moquait du Tomos en l’appelant «thermos». C’est une leçon très importante pour les politiciens. Les sociologues disent que flirter avec l’Église n’augmente pas le nombre d’électeurs.

Partager sur les réseaux sociaux

Twitter