Tant qu’un nouveau système de sécurité collective ne sera pas créé, le monde cherchera à acquérir des armes nucléaires et le désarmement nucléaire de l’Ukraine sera l’argument le plus important

Tant qu’un nouveau système de sécurité collective ne sera pas créé, le monde cherchera à acquérir des armes nucléaires et le désarmement nucléaire de l’Ukraine sera l’argument le plus important
le 02 novembre 2015.

 À Kiev, le 2 novembre 2015 – Le fait que l’Ukraine ait accepté de rendre ses armes nucléaires n’a pas rendu le monde plus sûr. Bien au contraire, l’histoire du désarmement nucléaire de l’Ukraine est une preuve évidente que, dans le monde moderne, les accords et le système de sécurité collective ne marchent pratiquement pas. C’est la conclusion faite par les experts ayant participé à la table ronde «Le monde est-il devenu plus sûr après le désarmement nucléaire de l’Ukraine? Le 21ème anniversaire de l’adhésion de l’Ukraine au traité sur la non-prolifération des armes nucléaires» à l’Ukraine Crisis Média Center.

«L’Ukraine était un État nuclèaire et produisait des fusées spatiales depuis 1960. Nous  avions le 3ème  potentiel nucléaire dans le monde», a souilgné Volodymyr Toloubko, colonel-général, docteur en sciences techniques, professeur et député ukrainien en 1990-1994. «L’argument principal, utilisé par les plus grandes puissances nucléaires du monde était que l’Ukraine devait rendre son arme nucléaire pour ne pas bloquer le processus de réduction de la menace nucléaire dans le monde», a déclaré Yuriy Kostenko, chef de la délégation gouvernementale de l’Ukraine dans les négociations avec la Russie sur le désarmement nucléaire (1992-1993) et auteur du livre «Histoire du désarmement nucléaire de l’Ukraine».

«Il n’y a jamais eu d’autres pays dans le monde ayant rendu leur arme la plus puissante. Suite à ce processus, l’Ukraine a connu non seulement la dévastation nucléaire, elle est devenue un pays du tiers monde qui n’intéresse plus personne », a-t-il ajouté.

Les experts ont souligné que le désarmement nucléaire de l’Ukraine n’avait pas aidé à rendre le monde plus sûr. Désormais, la communauté internationale se retrouve face à des défis bien plus importants qu’au début des années 90. Les conflits en Syrie et dans l’est de l’Ukraine sont des menaces importantes.

Ainsi, selon Yuriy Kostenko, aujourd’hui, la politique de la Fédération de Russie est devenue complètement imprévisible, les États-Unis, en dépit de toute leur puissance, ne sont pas en mesure d’assurer l’ordre dans le monde et même l’adhésion à l’OTAN ne garantit plus qu’en cas de danger, les pays de l’Alliance aideront. «Jusqu’au moment où une nouvelle conception de la sécurité sera créée, les pays chercheront à acquérir des armes nucléaires et à les utiliser en cas de besoin. Et l’histoire du désarmement nucléaire de l’Ukraine sera l’argument le plus important».

Les experts ont aussi noté que pour accroître sa capacité de défense, l’Ukraine devait commencer par des projets moins ambitieux que la restauration du potentiel nucléaire. D’abord, il faudrait démarrer la production d’armes légères et d’armes de haute précision, ainsi que former les militaires ukrainiens de manière professionelle. Selon Yuriy Rouban, «les armes et la puissance militaire ne sont qu’une projection de la consolidation politique et de la puissance économique d’un pays. Si nous sommes prêts à faire ce chemin vers la consolidation politique, la responsabilité des hommes politiques, la création des conditions pour la croissance économique, vers l’accumulation de ressources économiques, dans ce cas-là, la communauté internationale traîtera de sujets plus importants avec l’Ukraine».  Volodymyr Ogrysko, ancien ministre des Affaires Étrangères d’Ukraine, a ajouté : «Tant que nous, en Ukraine, nous ne montrerons pas notre volonté de changer, de devenir un pays civilisé,  toutes les autres thèses seront vides de sens ».

Partager sur les réseaux sociaux

Twitter