Le meurtre d’un colonel du Service de Renseignement à Kyiv : ce que l’on sait

Le meurtre d’un colonel du Service de Renseignement à Kyiv : ce que l’on sait

Le 27 juin, dans la matinée, une voiture a explosé dans un des arrondissements résidentiels de Kyiv. La police et les pompiers arrivés sur place ont extrait de la voiture le corps carbonisé du conducteur. Quelques heures plus tard, l’homme mort a été identifié, c’était Maxime Chapoval, un militaire de carrière, colonel dans le Service de Renseignement de l’Ukraine. On a immédiatement évoqué un meurtre prémédité, lié à la fonction du défunt. En fin d’après-midi, une cyber-attaque a eu lieu en Ukraine, bloquant l’activité des chaînes télé, des banques, des radios et même du Conseil des ministres de l’Ukraine. Pour l’instant, personne ne peut confirmer ou démentir que ces deux événements sont liés. En tout cas, il est sûr que l’Ukraine se retrouve exposée à une toute nouvelle menace. L’UCMC a fait un résumé de la situation autour du meurtre de Maxime Chapoval.


Qui était-il ?

Maxime Chapoval, âgé de 38 ans, était le chef de l’unité spéciale du Service de Renseignement de l’Ukraine et ancien combattant de l’opération anti-terroriste. Il a été assassiné la veille de l’anniversaire de cette unité spéciale dont il était le chef. Ses collègues estiment qu’il ne s’agit pas d’une simple coïncidence.

Selon les proches et les collègues de Chapoval, c’était un homme bon, courtois, que tout le monde respectait. «Tout au long de la période la plus compliquée de l’année 2014, il a dirigé l’unité avec beaucoup de succès », explique un de ses collègues. Désormais, son épouse s’occupera seule de leurs deux enfants en bas âge.

Anatoli Matios, Procureur militaire, a expliqué, lors d’une conférence de presse, que Maxime Chapoval était le commandant de la 1ère unité spéciale qui a libéré l’aéroport de Donetsk. «C’est le premier Cyborg ukrainien. C’est lui qui a dirigé le premier groupe qui a libéré l’aéroport en 2014, tous les autres groupes militaires sont arrivés après eux. C’était un officier militaire avec un savoir-faire unique et un amour unique pour sa Patrie », a-t-il déclaré.

Selon les interlocuteurs d’Oukrainska Pravda, Chapoval dirigeait une unité spéciale qui participait à des opérations militaires, y compris sur les territoires occupés. C’est la seule unité qui peut être immédiatement déployée en dehors de l’Ukraine, une unité spéciale chargée de défendre les intérêts de l’Ukraine et d’assurer la sécurité de ses citoyens à l’étranger. L’unité est composée d’officiers ayant l’expérience des combats et ses activités sont tenues secrètes.

Selon un interlocuteur de l’édition LB.ua, c’est grâce à Chapoval que l’Ukraine a réussi à prouver l’implication russe dans le conflit à l’est de l’Ukraine lors d’une audience à La Haye.

Il est intéressant de noter que Maxime Chapoval n’était absolument pas une personne publique. Il n’y

avait aucune photo, ni vidéo de lui, disponible sur Internet.

Que sait-on de l’explosion?

Une voiture de la marque Mercédès a explosé le mardi 27 juin à 8h15 du matin. Maxime Chapoval se trouvait à la place du conducteur, c’était sa voiture de service et habituellement son chauffeur l’accompagnait. Mais ce matin là, il était seul…… L’explosif a été fixé sous le siège du conducteur, il contenait entre 500 et 1000 grammes d’un équivalent du trotyl. Le corps a été terriblement endommagé, des morceaux du corps ont été retrouvés à une distance de 50 mètres du lieu de l’incident.

Il utilisait une voiture de fonction qu’il changeait régulièrement et, habituellement, il était accompagné par un chauffeur. Ce matin là, il avait laissé partir son chauffeur. Donc, quelqu’un l’aurait surveillé….

La réaction des autorités

L’enquête préliminaire a été confiée au Bureau du Procureur militaire et l’affaire est qualifiée d’«acte terroriste ». Dans la soirée, une réunion urgente a eu lieu au Bureau du Président ukrainien avec la participation de tous les chefs des forces de l’ordre.

Quelles sont les raisons de ce meurtre ?

Les collègues de Chapoval estiment que ce n’est pas par hasard qu’il a été tué quelques jours avant l’anniversaire de son unité et qu’il s’agit d’une vengeance contre  Chapoval et d’une tentative d’intimider ses collègues.

Selon les informations d’Anatoli Matios, Procureur militaire, la version la plus probable est l’implication des services spéciaux russes. Plusieurs faits renforcent cette probabilité, et notamment l’un des subordonnés de Maxime Chapoval a été le garde du corps de Denis Voronenkov, ancien député de la Rada russe et témoin important dans l’affaire Victor Ianoukovitch, ancien président ukrainien. Cette personne était avec Voronenkov au moment de son assassinat et c’est elle qui a tué le meurtrier.

Selon l’Information d’«Oukrainska pravda », une publication sur Voronenkov et l’unité spéciale dirigée par Chapoval est parue sur un des sites russes le jour même de son assassinat.

Les attentats commis sur le territoire ukrainien depuis le début de la guerre

Le 22 février 2015, une manifestation pro-ukrainienne se déroule en plein centre ville de Kharkiv. Pendant la manifestation, une bombe anti-personnelle explose. Igor Tolmatchev, coordinateur de l’Euromaidan de Kharkiv, ainsi qu’un autre activiste sont tués sur place, 11 autres personnes ont été blessées, dont deux sont décédées à l’hôpital. Il s’agit de deux jeunes garçons. Heureusement, une voiture se trouvant à côté du lieu de l’explosion a reçu la plupart des éclats d’obus, sinon il y aurait eu beaucoup plus de victimes. Les forces de l’ordre ukrainiennes ont arrêté 4 suspects, qui se trouvent désormais en détention provisoire en attendant le procès.

Le 20 juillet 2016, une voiture a explosé au centre de Kiev, en faisant un mort : l’homme qui était au volant. Il s’agissait de Pavlo Cheremet, un journaliste biélorusse, qui avait vécu en Russie avant de s’installer en Ukraine. Cheremet était connu pour ses reportages politiques. La voiture appartenait à sa compagne, Olena Prytoula, propriétaire de la rédaction d’Oukrainska Pravda, une édition ukrainienne influente. Plusieurs versions de l’assassinat ont été examinées, dont la trace russe, la vengeance pour son travail professionnel, et le meurtre pour une raison privée. L’affaire n’a jamais été résolue.

Le 31 mars 2017, exactement la même situation s’est produite à Marioupol. Il s’agissait d’OlexandreCharbuchenko, colonel du Service de la sécurité de l’Ukraine, qui était l’un de meilleurs agents du SBU, ayant neutralisé plus de 80 agents russes. Les assassins n’ont jamais été retrouvés.


Il y a quelques semaines, Olexandre Tourtchynov, secrétaire du Conseil de la sécurité nationale et de la défense, a déclaré que le temps était venu de changer le format de l’opération anti-terroriste et de trouver un autre moyen de défendre l’Ukraine dans cette guerre hybride à laquelle elle doit faire face depuis maintenant 3 ans. Malheureusement, il semblerait que la Russie s’est encore une fois avérée plus rapide et qu’elle soit passée à un autre format bien avant l’Ukraine. Le nouveau format d’une guerre hybride qui se répandrait désormais sur tout le territoire ukrainien.

Partager sur les réseaux sociaux

Twitter