Que savons-nous (et ne savons pas) sur la fusillade de Kertch?

Que savons-nous (et ne savons pas) sur la fusillade de Kertch?
le 20 octobre 2018.

Que savons-nous (et ne savons pas) sur la fusillade de Kertch?

Le 17 octobre, une explosion et des tirs ont eu lieu au Collège polytechnique de Kertch. Selon des chiffres récents, 21 personnes sont mortes et plus de 50 ont été blessées. L’attaquant suspecté est le jeune Vladislav Roslyakov, étudiant de 18 ans de ce collège. Selon les enquêteurs russes, il s’est suicidé après l’attaque.  Le comité d’enquête de la Russie a engagé des poursuites pour un « acte de terrorisme ». Cependant, peu après, l’affaire a été qualifiée de « meurtre intentionnel ».

L’événement a secoué l’Ukraine: ni les forces de l’ordre ni les médias n’ont la possibilité d’enquêter sur les conséquences de l’événement.  Tout ce que l’on sait maintenant et les questions concernant cette fusillade à Kertch sont indiqués dans le document de l’UCMC.

Que sait-on du tueur?

Vladislav Roslyakov, 18 ans, étudiait depuis 4 ans  au collège en 2015. Selon des informations des  réseaux sociaux, Vladislav aimait la musique rock, les jeux vidéo et soutenait également l’annexion de la Crimée, l’idée du soi-disant «Novorossiya» et le président russe. Cependant, on note peu de telles informations sur sa page. La chaîne Télégram Mash précise que les amis de Vladislav le décrivent «très réservé, peu communicant, et signalent qu’il avait depuis longtemps quitté les réseaux sociaux  et s’intéressaient aux maniaques». Selon Mash, Vladislav avait une permission officielle d’utiliser des armes: il avait acheté une arme à feu et 150 cartouches la semaine dernière. En revanche, les informations sur la possession d’armes ne sont pas actuellement confirmées.

Une autre connaissance, Roslyakova, a raconté, à l’édition RBC  que le garçon «détestait le collège technique à cause de mauvais professeurs, laissant entendre qu’il se vengerait d’eux».  Les parents du garçon, comme l’a écrit la chaîne Telegram Mash, sont séparés depuis longtemps. Celui-ci se rendait parfois chez son père et sa grand-mère, mais vivait avec sa mère.

La mère de Vlad travaille comme infirmière dans une clinique d’oncologie qui a accueilli certains étudiants blessés par Roslyakov. Ce même jour, la femme a travaillé avec d’autres membres du personnel de l’hôpital.

Le père de Vladislav Roslyakova a commenté l’acte de son fils. La vidéo, publiée par Mash de la chaîne Telegram, correspondait avec Igor Roslyakov. «Ce n’est que le diable. Sa mère était témoin de Jéhovah. Il s’était auparavant investi dans la littérature pour enfants, il s’occupait de hamsters, de rats domestiques. C’était un enfant», a-t-il dit avant d’ajouter que depuis 48 heures, il était avec des enquêteurs qui interrogeaient des camarades de classe de son fils.

Refaire la fusillade de Columbine?

Sur les caméras de surveillance, on peut voir que Vladislav est allé au collège vêtu d’une certaine tenue et ensuite, il s’est changé  et a mis un t-shirt blanc, un pantalon noir et des bottes hautes comme Eric Harris, qui en 1999 avec son ami Dylan Klebold, avait organisé une fusillade dans l’école secondaire de Columbine dans le Colorado, aux États-Unis.

Les actions du tireur de Kertch sont similaires aux actions d’Eric et de Dylan. Il a également posé la bombe dans le réfectoire, en revanche cette bombe-là a fini par se déclencher. Ensuite, Vladislav a tiré sur des personnes dans les couloirs, puis s’est suicidé dans la bibliothèque, se tirant une balle dans le menton, à l’instar d’Eric Harris.

La fusillade de Columbine est une tuerie en milieu scolaire qui s’est produite le 20 avril 1999 à l’école secondaire de Columbine (Columbine High School) située près de la ville de Littleton, dans le comté de Jefferson, dans l’État du Colorado aux États-Unis.

Deux élèves, Eric Harris et Dylan Klebold, ont tué douze élèves et un professeur et blessé plus ou moins grièvement vingt-quatre autres élèves, dont trois qui tentaient de fuir. Harris et Klebold se sont suicidés après la fusillade dans un local de la bibliothèque.

L’attaque terroriste à Columbine a eu de nombreux partisans et suiveurs non seulement aux États-Unis, mais également en Russie. En 2017, le comité d’enquête de Russie a enregistré au moins 12 tentatives d’attaques dans des écoles.

Par exemple, en septembre 2017, à Ivanovka, près de Moscou, un adolescent a fait irruption dans une salle d’informatique et, avec les mots «Je suis venu ici pour crever! », a sorti un pistolet  et tiré dans la tête d’une professeur. Il avait également plusieurs gros pétards et un marteau. L’écolier a été rapidement arrêté par la police et à part le professeur, personne n’a été grièvement blessé. Dans les réseaux sociaux, le garçon figurait sous le nom de Mike Klebold, fasciné par le drame de Columbine

Pourquoi autant d’informations controversées sur la tragédie?

Depuis la tragédie, de nombreuses informations différentes ont été diffusées sur des médias et des réseaux sociaux, dont une partie ne correspond pas à la réalité. Au début, on a parlé d’une explosion de gaz, puis de mitraillettes, puis une vidéo de la directrice de l’université sur les engins explosifs est apparue. Ensuite Aksenov (le chef de la Crimée annexée nommée par la Fédération de Russie – Éd.) est sorti et a rapporté que des saboteurs seraient venus de l’état voisin. On ne sait toujours pas si Roslyakov était seul ou avait des complices, certains témoins ayant parlé de «mitrailleurs». La clôture de l’enquête et quelques informations officielles ne favorisent pas la confiance dans les informations.

Pourquoi y a-t-il des doutes sur le suicide de Roslyakov?

Le suicide de Roslyakov provoque également des doutes. «Qu’est-ce qui m’inquiète maintenant? Les dommages causés au cadavre de l’assassin présumé. En effet, le  calibre 12 ne peut pas provoquer de tels dégâts. Des armes de  calibre 12 détruisent complètement la tête, tandis que le meurtrier présumé a un petit trou au menton », a déclaré Oleg Starikov, expert à la retraite du secteur de défense et de sécurité ukrainien.

Comment l’Ukraine a-t-elle réagi?

Le Président ukrainien, Petro Porochenko, a souligné l’importance d’enquêter sur cette tuerie et a présenté ses condoléances aux Ukrainiens qui ont perdu leurs enfants et leurs proches. Le Président a souligné que l’enquête était importante pour l’Ukraine, car la Crimée est un territoire ukrainien et les habitants de la péninsule annexée sont des citoyens ukrainiens. « Pourquoi est-ce si important pour nous? Parce que ce sont des citoyens ukrainiens. Et bien sûr, lorsque des citoyens ukrainiens sont tués, où que ce soit dans le monde, c’est une tragédie », a déclaré Porochenko. Le jeudi 18 octobre, lors d’une séance à la Verkhovna Rada, les députés ont rendu hommage à la mémoire des personnes décédées lors d’une fusillade au collège de Kertch. L’organisation civique, Crimean House, a organisé une soirée d’adieu, mais le deuil national n’a pas été annoncé en Ukraine.

Comment Poutine a-t-il réagi?

Poutine a qualifié la tragédie de «résultat de la mondialisation». « Des communautés entières sont créées sur les réseaux sociaux et Internet. Tout a commencé avec des événements tragiques connus dans des écoles américaines. Les jeunes au profil psychologie fragile créent leurs propres faux héros. Cela signifie que nous réagissons généralement mal aux changements dans le monde. Nous ne créons pas le contenu nécessaire, intéressant et utile pour les jeunes. Ils prennent un substitut d’héroïsme. Cela conduit à des tragédies similaires », a-t-il déclaré.

Partager sur les réseaux sociaux

Twitter