Tribunal italien a condamné Vitaly Markiv, militaire de la Garde nationale de l’Ukraine, Elections législatives/Une semaine avant les élections

Tribunal italien a condamné Vitaly Markiv, militaire de la Garde nationale de l’Ukraine, Elections législatives/Une semaine avant les élections
le 16 juillet 2019.

Situation dans la zone du conflit

Les formations armées de la Fédération de Russie continuent de violer le cessez-le-feu en utilisant des systèmes d’artillerie de 122 mm interdits par les accords de Minsk, des obus de mortier de 120 et 82 mm. En outre, l’ennemi a ouvert le feu sur nos défenseurs avec des lance-grenades de divers systèmes, des véhicules de transport de troupes blindés, des mitrailleuses de gros calibre et des armes légères.

Un civil tué. Le soir du 11 juillet, pendant 20 minutes, les occupants ont tiré sur les quartiers résidentiels de Marinka, en déployant des véhicules de combat blindés. Le 11 juillet également, vers 21 heures, dans la colonie de Tchermalykh, lors d’un bombardement d’artillerie hostile, un citoyen ukrainien, né en 1970, a été blessé. La victime a été emmenée à l’hôpital, mais elle est décédée en cours de route.

Utilisation de civils pour détecter les positions de tir. Le 13 juillet, des membres des groupes armés illégaux ont forcé un civil à se rendre dans une zone minée. Ceci est rapporté par le centre de presse du quartier général des Forces unies de L’Ukraine. Un résident de Donetsk né en 1949, après avoir été intimidé par les forces d’occupation russes et conformément à leurs instructions, a été envoyé sur les champs de mines vers l’armée ukrainienne afin de détecter un système de positions de tir à nos points de contrôle. Pour le moment, tout ce que l’on sait est que l’homme n’est pas blessé et est arrivé vers les positions des militaires ukrainiens.


Un tribunal italien a condamné Vitaly Markiv, militaire de la Garde nationale de l’Ukraine,  à 24 ans de prison pour le meurtre du photojournaliste Andrea Rocchelli

Le 12 juillet, le tribunal de la ville de Pavie, en Italie, a reconnu le garde national ukrainien Vitaly Markiv coupable d’avoir contribué au meurtre délibéré du photographe italien Andrea Rocchelli dans le Donbass en 2014 et l’a condamné à 24 ans de prison. Vitaly Markiv, qui a la double nationalité italo-ukrainienne, a été arrêté à son entrée en Italie en juin 2017. L’enquête a duré environ un an.

Le verdict rendu au procès de Vitaly Markov a provoqué un choc dans toute la communauté ukrainienne. Il est considéré comme inattendu et très sévère par l’avocat de Markiv et même par le procureur. Une explication plus détaillée devrait être fournie, basée sur la motivation de la décision du tribunal que les partis recevront au cours des 90 prochains jours.

Selon l’accusation, le sergent principal de la Garde nationale d’Ukraine, Vitaly Markiv, n’aurait pas commis de meurtre, mais il aurait informé la direction de la Garde nationale d’un mouvement de civils près de l’usine Zeus Ceramica, au pied du mont Karachun, et ceux qui étaient en contact avec les soldats des Forces armées qui ont ouvert le feu sur un groupe de journalistes étrangers, en déployant des mortiers. L’accusation est en grande partie basée sur l’article de la journaliste italienne Ilaria Morani pour l’édition «Corriere della Sera», qui n’est pas totalement fiable et qui n’a pas de preuves documentaires, et sur le témoignage du journaliste William Roguelon qui contiennent des suppositions et des faits déroutants.

«Il n’y a aucune preuve de la culpabilité du militaire. La décision du jury de Pavie est un outrage à la justice italienne», a déclaré l’avocat de Markiv Raffaell Della Valle dans un commentaire accordé à Radio Svoboda. Pour le procureur général Andrea Zanoncelli, le verdict est également une surprise, il avait demandé 17 ans.
L’opinion publique du côté de l’accusation? Il est à noter que les médias italiens présents au procès l’ont couvert le plus souvent de manière déséquilibrée et contraire à l’éthique, qualifiant l’accusé de «meurtrier» et les représentants de la communauté ukrainienne (dont la plupart, comme on peut le voir sur la photo, sont des femmes vêtues de chemises brodées) présents aux audiences, de «têtes rasés», faisant allusion à leur appartenance supposée à l’extrême droite, s’offensant de leurs salutations «Gloire à l’Ukraine». Radio Svoboda note que les Ukrainiens au tribunal ont exprimé l’opinion selon laquelle le procureur et l’avocat de la famille de la défunte Alessandra Ballerini souhaitaient présenter de manière négative non seulement l’accusé, mais aussi le commandement de la garde nationale et l’État ukrainien: «L’Italie a condamné non seulement Markiv. L’Italie a condamné l’Ukraine ».

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a demandé à la direction du ministère des Affaires étrangères et au bureau du procureur général de travailler au retour de Vitaly Markiv en Ukraine.

Deuxième instance. Les avocats de la défense ont annoncé leur ferme intention de faire appel. Cela sera possible une fois que le tribunal de Pavie aura publié les motivations de la peine. Ensuite, un délai légal d’un mois et demi est prévu pour la préparation et l’appel, les décisions sont susceptibles de recours devant la cour d’appel de Milan. Selon l’avocat, la décision est attendue au printemps 2020.


La première réunion des conseillers pour la restauration du format Normandie a eu lieu à Paris
 
Les conseillers de politique étrangère des dirigeants ukrainien, allemand, français et russe se sont réunis à Paris le vendredi 12 juillet pour reprendre les travaux dans le format Normandie. Cette information a été communiquée par «Deutche Welle».

Après la réunion, la partie allemande a noté que les négociations étaient fondées sur les récents développements positifs à l’est de l’Ukraine. Comme l’agence DPA l’informe, lors de la réunion, de nouvelles étapes ont été franchies dans la mise en œuvre des accords de Minsk, en premier lieu le cessez-le-feu.

Les dispositions sur la rencontre des conseillers en politique étrangère des chefs d’État des pays du format Normandie avaient été prises lors de la visite de Volodymyr Zelensky à Paris et à Berlin.

À Berlin en particulier, Volodymyr Zelensky et Angela Merkel ont exprimé leur satisfaction pour la restauration du format Normandie. Il y a quelques jours, Volodymyr Zelensky et Vladimir Poutine ont tenu leur première conversation téléphonique.


Elections législatives: ce qu’il faut savoir une semaine avant les élections
Au total six mille candidats à la députation se disputent 424 mandats. La plupart se présentent sur des mandats majoritaires. Les autres sont sur les listes des partis. Les sociologues affirment que seuls 5 partis pourront franchir le seuil de 5%.

«Serviteur du peuple». Le parti «Serviteur du peuple», bien qu’incapable de reproduire le résultat phénoménal de son candidat, Volodymyr Zelensky, à l’élection présidentielle, s’attend sérieusement à obtenir sa propre majorité au sein du parlement. Pour ce faire, une centaine de personnes majoritaires pourront rejoindre de 130 à 140 députés qui figurent sur la liste du parti (47%). Il s’agit là d’un scénario parfaitement réaliste.

Parmi les principaux points du programme du parti: la mise en œuvre de l’accord d’association avec l’UE, le renforcement de la coopération avec l’UE et l’OTAN, la réintégration de l’information des territoires occupés, l’augmentation des dépenses dans le domaine de la défense à hauteur de 5% du PIB.

«Plateforme d’opposition – Pour la vie» de Medvedchuk. La nomination de Viktor Medvedchuk à la présidence du parlement devient une image très réelle de la Verkhovna Rada de la 9ème convocation. Selon tous les sondages, «Plateforme d’opposition – Pour la vie» pourrait recueillir plus de 10% des voix et obtenir ainsi 40 députés à la Rada, prétendant être la principale opposition. Leur principal espoir repose sur l’électeur qui croit qu’il faut être ami avec la Russie. Par conséquent, «les opposants» se sont rendus à Moscou pour s’entendre sur la coopération, tout comme ils l’avaient fait au mois de mars une semaine et demie avant les élections.

Leur principale menace est une autre partie du «Bloc de l’opposition»  dirigé par Muraev et Vilkul, qui va certainement leur «voler» des votes.

Parmi les principaux points du programme figurent le retour de la politique du «multi-vecteur», la reprise du commerce avec la Russie, le règlement du conflit dans le Donbass par le biais d’un «dialogue», l’abolition des lois sur la langue, sur la décommunisation et sur la lustration.

Solidarité européenne: le parti de Poroshenko. L’ancien président Petro Poroshenko se rend aux élections avec un parti renouvelé, qui aurait le soutien de 8 à 9% des électeurs. Dans le parti, des candidats odieux comme Kononenko ont été «abandonnés» dans des circonscriptions uninominales, des primaires en ligne, dont les résultats n’ont pas été pris en compte dans la formation de la liste, du «sang neuf» sous forme de volontaires, d’intégrateurs européens et de personnel militaire.

Quelques personnes de l’ancien «Front populaire», notamment Andrii Parubii, président de la Verkhovna Rada sortante, et Olexandre Tourtchynov, ancien secrétaire du Conseil de la sécurité nationale et de la défense. «Solidarité européenne» rivalisera très probablement avec le «Bloc d’opposition – Pour la vie» pour le statut de principal opposant à la majorité pro-présidentielle.

Parmi les principaux points du programme du parti figurent la demande d’adhésion à l’Union européenne et la réalisation d’un plan d’action pour l’adhésion à l’OTAN, des sanctions et une armée forte, l’égalité entre les hommes et les femmes, et le développement de l’éducation patriotique nationale.

«Holos»: le parti de Vakarchuk. Au début de 2019, Sviatoslav Vakarchuk n’était pas prêt à occuper le poste de président, mais il a effectué un casting actif en sélectionnant des personnes pour son parti politique qui n’avait pas encore été annoncé. Pas de liens avec la Russie ni avec les forces pro-russes, aucune influence des oligarques, professionnalisme, le chef de «Holos» a promis aux électeurs un nouveau parti de qualité. Comme la politique qu’il va faire. À l’heure actuelle, plus de 6% des électeurs sont prêts à voter pour ce parti.

«Batkivshchyna»: le parti de Tymoshenko. Yulia Tymoshenko a modifié les trois premiers de sa liste électorale. Elle y figurera en première place, suivie par Serhii Taruta, député et homme d’affaires et Valentin Nalyvaichenko, ancien chef du Service de sécurité de l’Ukraine. Le reste de la liste est composé de personnes qui appartiennent depuis longtemps à «Batkivshchyna». Le conservatisme figure dans le message principal de la campagne: «Choisissez le prochain Premier ministre» complété par la déclaration qu’un nouveau chef de gouvernement expérimenté pourra épauler le président qui ne fait que commence son travail en tant qu’un politicien.

Yulia Tymoshenko a eu l’approche la moins stricte pour la mise à jour de sa liste, il y a donc surtout des visages familiers.

Partager sur les réseaux sociaux

Twitter