Kyiv
,

Amnesty International : le SBU a libéré tous les prisonniers qu’il détenait secrètement, les séparatistes n’en ont libéré aucun

Kyiv, le 25 janvier 2017.

Le Service de la sécurité d’Ukraine a libéré 18 personnes que, selon les défenseurs des droits de l’Homme, il détenait secrètement depuis longtemps. Parallèlement, les séparatistes n’en ont libéré aucun. Oxana Pokaltchouk, directrice d’Amnesty International en Ukraine l’a déclaré lors d’une conférence de presse à l’Ukraine Crisis Média Center.

Cependant, « le gouvernement ukrainien n’a jamais reconnu le fait des arrestations secrètes et n’a rien fait pour engager la responsabilité des personnes coupables de ces arrestations, donc nous ne pouvons pas être sûrs que cela ne se répetera plus », a ajouté Oxana Pokaltchouk.

Les séparatistes détiennent toujours 9 civils

Les défenseurs des droits de l’Homme parlent de 9 civils pro-ukrainiens détenus illégallement sur le territoire non-contrôlé de l’Ukraine l’année dernière. « Le pouvoir prorusse retient en détention illégale des personnes qui ne sont pas autorisées à voir leurs proches et leurs avocats. Le prétendu ministère de la Sécurité d’État profite d’une impunité totale, les gens n’ont aucune possiblité de faire valoir leurs droits ou de prouver leur innocence », raconte Krasimir Yankov, chercheur d’Amnesty International en Moldavie, Ukraine et Biélorussie. Parmi ces personnes se trouvent Igor Kozlovski, professeur de l’Université de Donetsk et Volodymyr Fomitchev, bloggeur ukrainien. « Ces accusations sont sans fondement. Le gouvernement pro-russe doit arrêter d’utiliser ces personnes comme monnaie d’échange », a déclaré Krasimir Yankov.

Le SBU a libéré 18 personnes

Tanya Cooper, chercheuse de Human Rights Watch en Ukraine a rapporté que deux citoyens russes se trouvaient parmi les 18 personnes libérées par le SBU de Kharkiv. Ce sont Vladimir Bezobrazov et Vladislav Kandalov. Le premier a été arrêté à Odessa, où « il critiquait le gouvernement ukrainien » et le deuxième a été capturé alors qu’il combattait aux côtés de la RPL.

 

 

Partager sur les réseaux sociaux

Twitter