Kyiv
,

La Russie chasse de Crimée tous ceux qui s’opposent à la politique du régime d’occupation

Kyiv, le 29 mars 2017.

En Crimée, occupée par la Russie, les défenseurs des droits de l’Homme constatent des violations constantes des droits de l’Homme, des poursuites pénales sont engagées contre les leaders des Tatars de Crimée et les activistes, le Madjlis des Tatars de Crimée est interdit. 11 personnes ont été tuées dans les premiers mois de l’occupation, 15 personnes sont portées disparues et plus de40 ont été jetées en prison. C’est la méthode utilisée par la Russie pour expulser de la Crimée tous ceux qui s’opposent à la politique du régime d’occupation sur la péninsule.

La traque des Tatars de Crimée : l’interdiction d’entrer

«La première personne interdite d’entrée en Crimée a été Moustafa Djemilev, leader des Tatars de Crimée. Les hommes politiques, les activistes, les représentants du mouvement social et tous ceux qui expriment ouvertement leur opinion au sujet de l’occupation », explique Gayana Yuksel, rédactrice de l’édition «Infos de la Crimée ». Ismet Yuksel, conseiller du chef du  Madjlis des Tatars de Crimée sur la coopération avec la Turquie, est interdit d’entrée en Crimée et sur tout le territoire de la Fédération de Russie pour 5 ans. «Mon affaire est classée secrète. Mon représentant au tribunal ne peut pas y avoir accès. Il a été chassé de la salle d’audience chaque fois que le FSB présentait des preuves. Bien entendu, nous avons perdu tous les procès. Je ne sais toujours pas pourquoi on m’a interdit l’entrée en Crimée », explique-t-il.

 «Des citoyens étrangers» sur leur terre natale

Sinaver Kadyrov, défenseur des droits de l’Homme, vétéran du mouvement national, est interdit d’entrée sur la péninsule, car, «Il n’a pas respecté le délai de séjour sur le territoire de la Fédération de Russie ». «Ils ont compté les jours à partir de l’occupation de la Crimée jusqu’au 23 janvier 2015, jour ou l’interdiction a été prononcée. Le juge a rendu le verdict sur mon expulsion «du territoire de la Fédération de Russie » pour non-respect du délai du séjour autorisé pour des citoyens étrangers. J’ai été reconnu comme citoyen étranger et j’ai été chassé de la Crimée. Alors que Oleg Sentsov est reconnu comme citoyen russe, ils ne l’extradent pas en Ukraine », a souligné Kadyrov.

Actuellement, 4 plaintes contre la Fédération de Russie pour interdiction d’entrée en Crimée ont été déposées à la Cour Européenne des droits de l’Homme.

 

Partager sur les réseaux sociaux

Twitter
Plus d’infos sur le sujet