Kyiv
,

L’Ukraine à Davos : la corruption, les nouvelles technologies et le robot Sophie

L’Ukraine à Davos : la corruption, les nouvelles technologies et le robot Sophie
Kyiv, le 26 janvier 2018.

Tous les ans, la ville de Davos, en Suisse reçoit l’un des événements les plus prestigieux de l’année : le Forum économique mondial. Des centaines d’hommes d’affaires, des activistes civils et des chefs d’État du monde entier arrivent dans cette station de ski.

Cette année, à Davos, deux événements ukrainiens, qui n’ont pas de lien direct avec le Forum économique, ont attiré l’attention de la communauté internationale. Le premier événement est un « Petit déjeuner ukrainien », organisé depuis 2005, par le Fonds Victor Pintchouk et la compagnie EastOne. Un autre événement, la « Maison ukrainienne », consacré aux technologies et aux innovations a été organisé pour la première fois à Davos. « Le robot Sophie a été l’invité d’honneur de la « Maison ukrainienne ».

Le « Petit déjeuner ukrainien » : qui est intervenu? Qui était présent? Lors du « Petit déjeuner », comptaient parmi les intervenants : Petro Porochenko, Président d’Ukraine, Chrystia Freeland, ministre des Affaires Étrangères du Canada, David Lipton, Premier adjoint de la Présidente du FMI, Wolfgang Friedrich Ischinger, Président de la Conférence de Munich, Aleksander Kwaśniewski, Président de Pologne ( 1995-2005) et Anders Fogh Rasmussen, Secrétaire général de l’OTAN ( 2009-2014) et Premier ministre du Danemark ( 2001-2009).

L’événement a été suivi par des politiciens, des hommes d’affaires, des activistes civils et des journalistes du monde entier. Parmi eux, on a pu noter : Carl Bildt, ministre des Affaires Étrangères (2006-2014) et Premier Ministre (1991-1994) de Suède, Olexandre Danyluk, ministre des Finances d’Ukraine, Ashton Carter, ministre de la Défense des États-Unis (2015-2017) ; Ivanna Klympush-Tsintsadze, Vice Premier ministre de l’intégration européenne et euro-atlantique d’Ukraine, Vitaly Klitchko, maire de Kyiv, Pavlo Klimkine, ministre ukrainien des Affaires Étrangères, Radosław Sikorski, ministre des Affaires Étrangères polonais ( 2007-2014), Timothy David Snyder, historien américain, Timo Soini, ministre des Affaires Étrangères de Finlande.


L’intervention du Président Porochenko. Lors de son intervention, le Président ukrainien a déclaré que l’automne 2017 « a été la période la plus performante sur le plan des réformes », notamment la réforme judiciaire qui a « été finalisée ». Cependant, il a souligné la nécessité de continuer le travail de rédaction du projet de loi concernant la Cour anti-corruption. Ce n’est pas par hasard que Porochenko a évoqué la question de la Cour anti-corruption. Son lancement est une des conditions de la coopération avec le FMI et de l’obtention d’une nouvelle tranche financière. Sans cette aide, le pouvoir ukrainien aura des difficultés à assurer la stabilité macro-financière à la veille des élections présidentielles.

La réaction internationale : l’appel à continuer les réformes. Chrystia Freeland, ministre des Affaires étrangères du Canada a assuré que son pays soutenait l’Ukraine, son intégrité territoriale et sa souveraineté, mais elle devrait poursuivre la mise en place des réformes. David Lipton, Premier adjoint de la Présidente du FMI, a souligné que le pays avait dû faire face à de nombreux défis pendant trois ans et demi et a noté que la situation avait commencé à se stabiliser et « la croissance économique a démarré, mais ses taux étaient encore très faibles et pas toujours stables ».


La «Maison ukrainienne» à Davos. Ce nouveau format de l’événement à Davos est une première. L’objectif principal de la plateforme est de présenter aux investisseurs étrangers des technologies et des innovations. Durant cette semaine, plus de 15 événements se sont déroulés sous le slogan « Ukraine : Créativité, Innovations, Possibilités ». Plusieurs participants ont déclaré que c’était l’un des lieux les plus originaux.

Andriy Koloduk, un des fondateurs de la « Maison ukrainienne », a déclaré : « L’idée principale de la « Maison ukrainienne » à Davos était de présenter l’Ukraine à la communauté internationale. Nous nous sommes concentrés sur les investisseurs et les secteurs technologiques, car ce sont des innovations que nous pouvons présenter. Hier, environ 300 personnes ont été enregistrées à chaque événement, alors que notre local ne pouvait en recevoir que 70-80 à la fois. Cela est la marque d’un intérêt pour l’Ukraine et pour les sujets que nous exposons ».

Le pavillon de la « Maison ukrainienne » est situé face à la « Maison russe ».


Le robot Sophie et la question de la corruption. L’histoire étonnante de la « Maison ukrainienne » a été associée à la participation du robot Sophie, premier robot qui a obtenu une nationalité lors d’une discussion. La discussion a été dédiée à Blockchain&crypto. Alyona Chkrum, députée ukrainienne, présente lors de cette discussion, a noté sur sa page Facebook que même l’intelligence artificielle développée de la machine n’a pas supporté la question sur les moyens de surmonter la corruption en Ukraine. « Après la question : « Que faire avec la corruption en Ukraine? », le robot le plus développé du monde, Madame Sophie, est tombé en panne : son script s’est bloqué, son oeil s’est à moitié fermé et c’est ainsi qu’elle est restée jusqu’à la fin de la discussion », a-t-elle écrit.

Partager sur les réseaux sociaux

Twitter