Un pas jusqu’à la finale: pour qui et pourquoi l’Ukraine vote-t-elle?

Un pas jusqu’à la finale: pour qui et pourquoi l’Ukraine vote-t-elle?
le 13 avril 2019.

Le 11 avril, les premières évaluations sociologiques des candidats à l’élection présidentielle après l’achèvement du premier tour ont été publiées :  61% des Ukrainiens parmi ceux qui ont l’intention de se rendre aux urnes sont prêts à voter pour  Volodymyr Zelensky.  Le chef de l’Etat actuel, Petro Porochenko, est soutenu par 24% des électeurs et 15% des répondants n’ont pas encore choisi leur favori.

Qui pour qui: comment les Ukrainiens choisissent-ils?

Les données du sondage fournies par le Fonds des Initiatives démocratiques Ilko Koutcheriv, à la sortie des urnes, donnent une image intéressante de l’électorat des deux finalistes.

Les électeurs de Zelensky. Le soutien électoral de Volodymyr Zelensky est l’électorat du Sud et du Centre du pays. Si, à titre conditionnel, le nombre total de ses voix était de 100%, alors 35,3% partisans de Zelensky vivent dans le Sud, 34% dans le Centre, 18,5% dans l’Ouest et 12,1% dans l’Est.

Plus de 29% des partisans de Zelensky habitent dans des villages, 22,3% dans des petites villes de moins de 50 000 habitants et 45% dans des grandes villes.

55,5% des électeurs de Zelensky sont des femmes et 44,5% des hommes.

En ce qui concerne l’âge des électeurs de Zelensky, trois groupes d’âge sont  importants: les 18-29 ans (24,6% des électeurs), les 30-39 ans (presque 28%) et les 40-49 ans (21%). Les personnes âgées de 50 à 59 ans représentent 14,5% de l’électorat et les plus de  60  ans, seulement 11,8%.

Les électeurs de Zelensky sont globalement des personnes avec un certain niveau d’études: 32,5% ont suivi un enseignement secondaire spécialisé, 46,2% un enseignement supérieur incomplet ou complet et près de 17% d’entre eux n’ont eu que le bac.

Les électeurs de Porochenko. Les partisans de l’actuel président, Petro Porochenko, sont issus de zones géographiques différentes. 37% d’entre eux sont concentrés à l’Ouest, 40% au Centre. Le Sud et l’Est sont devenus des «trous noirs» pour Porochenko, respectivement 16,5% et 6,4%.

Environ 47%  des partisans de Porochenko résident dans les centres régionaux et les grandes villes, 33,2% sont ruraux et 20% des habitants de petites villes.

Parmi les électeurs de Porochenko, on note légèrement plus d’hommes que parmi les électeurs de Zelensky (47,1% contre 44,5%) et, par conséquent, moins de femmes (52,9% contre 55,5%).

Dans le domaine électoral de Porochenko , on peut identifier une dépendance directe: plus  les électeurs sont âgés, plus ils soutiennent Porochenko.

Seuls 10,8% des électeurs du président actuel ont entre 18 et 29 ans, 18,3% entre 30 et 39 ans, 19,1% entre 40 et 49 ans, 21,9% entre 50 et 59 ans. Le groupe de partisans le plus nombreux de Porochenko est également le plus âgé – 29,9% de ses partisans ont plus de 60 ans.

Parmi les électeurs de Porochenko, le nombre de personnes qui ont accompli des études dans  l’enseignement supérieur est supérieur à celui des électeurs de Zelensky – plus de 52% sont diplômés de l’enseignement supérieur et 30% ont suivi un enseignement secondaire spécialisé.

Once Again: Who is Mister Zelensky?
L’UCMC a déjà beaucoup écrit sur les particularités de la candidature de Zelensky à ces élections qui lui ont assuré un succès électoral sans égal. On l’appelle de plus en plus le candidat virtuel, le candidat de la télévision et même le candidat – «hologramme». La conduite du candidat entre les deux tours prolonge la ligne du monologue avec les électeurs par le biais de clips vidéo plutôt que le dialogue attendu avec la communauté et le débat avec l’adversaire.

«Volodymyr Zelensky essaie de ne pas empêcher ses partisans de l’inventer, car aujourd’hui les gens qui votent pour lui ont  des points de vue des plus divergents sur le futur», écrit le journaliste Pavlo Kazarine dans «Ukrainska Pravda». Il cite également une étude du Centre Razumkov qui montre que l’électorat de Zelensky est uni par le principe de l’inclusion de diverses plateformes et attentes politiques.

En outre, 56% des partisans de Zelensky sont favorables à l’adhésion à l’OTAN et 35% préfèrent rester en dehors de l’Alliance. 55% souhaitent fuir la Russie et 32%  rétablir les relations avec elle. 52% veulent maintenir la langue ukrainienne et 41% souhaitent une utilisation égale des deux langues. 47% sont favorables à une économie de marché et 41% au contrôle de l’État.

Pourquoi des personnes avec des points de vue aussi différents ont-ils de la sympathie pour  Zelensky? La réponse est simple: «Un candidat depuis le premier jour de sa campagne, Volodymyr Zelensky, n’essaie pas de trouver son public cible. L’exclusivité est remplacée par l’inclusivité», écrit Kazarine. «Au lieu de donner des réponses, son siège tente de les éviter. Alors, rassemblez les récoltes électorales à travers le pays».

En effet, le candidat choisi par les électeurs au premier tour, reste « sphérique dans le vide ». « Chacune de ses démarches, en cas d’élection, condamnera son électeur à la frustration parce que les attentes sont trop différentes », conclut le journaliste.

Que peut faire et ne pas faire Zelensky s’il devient président?
Le leader de la course à la présidence, Volodymyr Zelensky, promet de changer beaucoup de choses dans pratiquement tous les domaines en cas de victoire à la présidentielle. En vertu de la Constitution, le président ne dispose pas, cependant, de beaucoup d’outils puissants, surtout lorsqu’il n’a pas de majorité à la Verkhovna Rada, ni même de faction.

L’analogue historique est peut-être celui des dernières années du règne du président Viktor Yushchenko qui avait une influence limitée sur les processus en cours dans le pays et ne contrôlait qu’une partie de sa faction au Parlement. À cette époque, le pouvoir exécutif était dirigé par la Première ministre Ioulia Tymochenko qui était constamment en conflit avec le président.

Le gouvernement peut-il changer? Pour changer le gouvernement ou des ministres, le nouveau président a besoin d’au moins 226 députés. En même temps, M. Zelensky au Parlement n’a pas de faction, ni même de groupe. Mais, dans le cas d’une victoire électorale, Volodymyr Zelensky pourrait tenter de réunir un groupe de partisans dans l’actuelle Verkhovna Rada.

Les élections parlementaires et, par conséquent, la possibilité d’obtenir une certaine influence et une faction pour M. Zelensky, n’auront lieu qu’en octobre et l’investiture du président nouvellement élu aura lieu au plus tard le 3 juin.

Par conséquent, afin d’influencer au moins, en quelque sorte, le pouvoir exécutif, le nouveau président devra soit négocier avec l’actuel Premier ministre, soit tenter de réunir 226 voix au parlement pour changer le gouvernement ou nommer des ministres.

Le domaine militaire. Le seul domaine dans lequel le président nouvellement élu disposera d’outils d’influence importants, même sans soutien parlementaire, est celui de l’armée. Le président est le président du Conseil de sécurité nationale et de défense et est directement responsable de ces domaines. Le président, individuellement, nomme le secrétaire et les députés du Conseil de sécurité nationale et de défense et constitue le Conseil, à l’exception de plusieurs fonctionnaires qui l’intègrent en fonction de leur poste. Ainsi, il pourra remplacer Olexandre Tourtchynov le jour de l’inauguration.

De plus, en tant que commandant en Chef suprême, le président nomme et révoque le commandement supérieur des forces armées. Par conséquent, le nouveau président peut rapidement remplacer le chef d’Etat-major, Victor Moujenko, à sa guise. Toutefois, dans le cadre de ce programme, le ministre de la Défense, Stepan Poltorak, ne pourra pas être remplacé.

Seule la Verkhovna Rada peut révoquer le ministre de la Défense, tout comme les députés peuvent en nommer un nouveau. Le président ne fait que proposer son candidat.

En conséquence, en cas de victoire à l’élection présidentielle de Volodymyr Zelensky, il aura une tâche extrêmement difficile pour obtenir le soutien de la majorité des parlementaires ou pour  négocier avec le Premier ministre, Volodymyr Groysman.

Cela dit, avant les élections législatives, l’influence du nouveau président sur la vie du pays sera très limitée et concernera principalement la sphère militaire.

Partager sur les réseaux sociaux

Twitter