Київ
,

Déclaration commune de représentants de la société civile sur les premières démarches politiques du Président de l’Ukraine, Volodymyr Zelensky

Київ, le 23 mai 2019.

Nous, représentants d’organisations de la société civile, avons activement défendu la souveraineté de l’Ukraine et ses intérêts nationaux dans l’espace mondial de l’information au cours des cinq dernières années, et nous avons combattu l’agression russe dans le domaine de l’information. Chacun dans sa direction, nous travaillons à la fois au renforcement de la société civile et à la mise en place d’institutions d’État de haute qualité, capables de dialoguer en permanence avec les citoyens, de réformer le pays de manière ouverte et responsable, en le rendant plus résistant aux menaces.

Nos principes et nos positions restent inchangés. Nous voyons notre mission dans la protection de ces valeurs qui sont devenues le choix de la société ukrainienne pendant la Révolution de la dignité : la liberté et la dignité de la personne au centre de l’attention, l’indépendance de l’Ukraine et la protection de l’État ukrainien, la démocratie en tant qu’organisation, le patriotisme, le courage, la responsabilité et l’honnêteté en tant que qualités fondamentales des citoyens ukrainiens.

Nous restons politiquement neutres, mais nous sommes préoccupés par les premières décisions du président nouvellement élu. Malheureusement, elles démontrent actuellement un manque de compréhension des défis auxquels le pays est confronté. Nous ne sommes absolument pas d’accord avec la volonté du président de s’entourer des représentants du régime de l’ancien président ukrainien Viktor Ianoukovitch, ce qui est contraire aux principes de lustration, ainsi que des personnes sans compétences pertinentes et avec lesquelles Volodymyr Zelensky a des intérêts commerciaux communs. Les dernières années ont été trop pénibles pour le pays et ces mesures à courte vue auront des conséquences, potentiellement fatales.

En tant que représentants de la société civile, nous dressons une liste de « lignes rouges » possibles. Si le président les viole, cela conduira inévitablement à une détérioration de la situation politique interne et externe autour de notre pays.

Questions de sécurité

L’organisation un référendum sur le format des négociations avec la Fédération de Russie ou les principes d’un règlement pacifique;

Des pourparlers séparés, sans la participation des partenaires occidentaux de l’Ukraine, avec les dirigeants de la Fédération de Russie, des représentants des autorités d’occupation et de leurs groupes et bandes armés dans les territoires temporairement occupés des régions de Donetsk et de Louhansk, ainsi que de la Crimée et de Sébastopol ;

L’exécution, aux dépens des intérêts nationaux, des exigences de l’ultimatum de l’État agresseur ou de la conclusion de compromis avec le Kremlin au prix de concessions au détriment de la souveraineté nationale, de l’intégrité et de l’organisation territoriales ainsi que de la politique intérieure et étrangère indépendante de l’Ukraine;

Le blocage de la mise en œuvre des politiques de sécurité et de défense décrites dans le document stratégique sur la défense

Priorités de la politique étrangère

Le retardement, sabotage ou rejet du cours stratégique de l’adhésion à l’UE et à l’OTAN, réduction du niveau de dialogue politique et destruction des mécanismes institutionnels bilatéraux de coopération dans les domaines européen et euro-atlantique;

Des actions visant à faciliter l’assouplissement ou la levée du régime de sanctions contre l’État agresseur par les partenaires internationaux de l’Ukraine;

La révision des actions visant à soutenir la solidarité internationale autour de l’Ukraine, à restaurer notre intégrité territoriale, à garantir la sécurité et à protéger les droits de tous ceux qui souffrent des actes de l’agresseur russe ;

La résistance ou des obstacles posés aux activités de la partie ukrainienne devant des instances judiciaires internationales et d’arbitrage pour amener la Russie à une responsabilité juridique internationale pour des actes d’agression et les dommages causés à l’Ukraine et à ses citoyens.

Mesures économiques

Un favoritisme envers les oligarques, notamment le retour de la Privatbank nationalisée à ses anciens propriétaires ou le versement de « compensations » à ses propriétaires et la tolérance vis-à-vis de la position de monopole des groupes financiers et industriels dans le secteur de l’énergie;

Une politique dirigée contre les accords en vigueur avec le FMI et d’autres partenaires étrangers de l’Ukraine qui favorisent la stabilité macrofinancière de l’Ukraine;

La redistribution à grande échelle de la propriété dans l’intérêt d’un groupe d’individus;

Une pression exercée sur les régulateurs (AMCU, NKREKP, Conseil national de la télévision et de la radio) et leur utilisation dans l’intérêt de forces ou groupes politiques, par opposition à un soutien à leur réforme afin de renforcer et d’accroître leur indépendance.

Identité, langue, éducation, culture

La révision de la loi sur la langue;

La révision de la loi sur l’éducation;

La révision de la loi de décommunisation et condamnation du passé totalitaire;

Toute action visant à saper ou à discréditer l’Église orthodoxe d’Ukraine ou le soutien de l’Église orthodoxe russe en Ukraine.

Médias et politique de l’information

L’utilisation les médias pour promouvoir le nouveau gouvernement;

La restauration des réseaux sociaux et des chaînes de télévision russes en Ukraine;
Des tentatives d’abolir l’indépendance de la Société de radiodiffusion publique, remplacement prématuré de son conseil de surveillance ou pression financière.

Fonctionnement de l’État

L’annulation de la déclaration électronique pour les fonctionnaires et du système de passation des marchés publics de Prozorro;

La persécution à caractère politique des représentants du gouvernement précédent;

La réhabilitation/le retour en politique de l’ancien régime du président ukrainien Viktor Ianoukovitch et des personnes qui ont soutenu les « lois dictatoriales » à partir du 16 janvier 2014;

Une coalition du parti «Serviteur du peuple» avec les politiciens qui constituaient la base du Parti des régions et du Bloc de l’opposition dans le nouveau parlement et/ou d’autres partis ayant une position de réconciliation avec la Russie par la reddition ou des concessions concernant la souveraineté de l’État et l’intégrité territoriale de l’Ukraine;

L’ignorance du dialogue avec la société civile;

Le blocage des réformes clés : administrative-territoriale, médicale, éducative, bancaire ;
Le retard ou sabotage de la lutte contre la corruption et de la réforme judiciaire.

Par un dialogue constructif, qui incluait également la critique opportune des autorités, nous avons toujours renforcé la voix de l’Ukraine dans le monde et soutenu l’appui de nos partenaires internationaux.

Le franchissement de ces «lignes rouges» indiquera que le président ne cherche pas un véritable changement démocratique, ne veut pas établir un gouvernement plus honnête et responsable, bien qu’il l’ait promis lors de l’élection.

Signé par : 

Ukraine Crisis Média Centre
Danylo Lubkivski, adjoint du ministre des Affaires étrangères de lʼUkraine (2014)
Institut des médias
Centre des initiatives civiques
Centre de la stratégie économique
ONG « Detector Média »
ONG « Internews Ukraine »
Centre d’études mondiales « Stratégie XXI »
Conseil de politique étrangère « Prisme ukrainien »
EuromaidanPress
Texty.org.ua
Comité de direction de la plate-forme nationale ukrainienne pour le forum de la société civile du partenariat oriental
Stopfake
Valery Pekar, vice-président de l’Union ukrainienne des industriels et des entrepreneurs
ONG «CentreUA»
Portail d’information «Stop à la corruption»
Yevhen Stepanenko, chef du théâtre social, dirigeant le programme « Guerre et paix »
Yuriy Makarov, écrivain, membre du conseil d’administration de la radiodiffusion publique
Organisation publique «Halte à la corruption»
Syndicat indépendant des médias d’Ukraine
Irma Vitovskaya, actrice de théâtre et de cinéma, activiste civile
Union des écrivains d’Ukraine
Fondation caritative «Vostok-SOS»
Centre d’études du Moyen-Orient

Et aussi :

Society of Support of Ukraine, Latvia
NGO “DEJURE Foundation”
NGO “Ukrainian Democracy”
NGO “Revival of the East”
Eugene Magda, Director of the Institute of World Politics
Center for Analysis and Strategies
NGO “METHODOLOGY CENTER FOR PARTICIPANTS, DISABLED PERSONS, VETERANS AND VOLUNTEERS ATO”
NGO “Association for Democratic Development”
NGO “Active Citizen Position”
Gallery of Modern Art TriptychArt
NGO “Visionaries”
Ukrainian University, Washington, USA
International Foundation for Leadership, Washington, USA
Wires of the Ukrainian-Center Forces of Ukraine and the Diaspora
Kharkiv Independent Media Group “Nakipilo”
UNCD – Ukrainian-Norwegian Center for Democracy
Charity Foundation “Happy Family”
Myroslav Marynovich, a former political prisoner, a member of the Nestor group
NGO “Center for Social Activity” Result ”
Crimean House
NGO “Ukrainian World”
NGO UA Group
Michel Tereshchenko, Glukhiv City Mayor
East European Development Institute
NGO “Crisis media center” Seversky Donets ”
NGO “Donetsk Institute for Social Research and Political Analysis”
Information Rights Center “Edelweiss”
GO “AGAINST CORRUPTION”
Volodymyr Kryzhanivskyy is Vice-President of the Association of People’s Deputies of Ukraine, a senior and plenipotentiary ambassador of Ukraine
NGO “Humanitarian College”
International Charitable Foundation “Hospital Maidan”.
Institute of Civil Liberties
Institute of World Policy
NGO “ANTI-CORRUPTION” MAYDAN-WEST ”
Charitable Foundation “Academy of Modern Art, Realism and Creative Industries”
NGO “Warta Law”
NGO “Intelligent Ukraine”
NGO “Initiative group” Together! ”
NGO “Ecological Space of Ukraine”
Ukrainian Catholic University
NGO “All-Ukrainian Patriotic Association” Volunteer Movement of Ukraine ”
Tatyana Vergeles, editor in chief IA ZIK
“Information Resistance Group” (NGO “Center for Military and Political Studies”)

NGO “Historical Truth”
Olena Tereshchenko, Association of NGOs “KYIV VICE”
International  volunteer community InformNapalm
Greencubator

Si vous souhaitez rejoindre les signataires, remplissez le formulaire suivant

Partager sur les réseaux sociaux

Twitter