Le premier mois du président Zelensky: les principaux résultats

Le premier mois du président Zelensky: les principaux résultats
le 21 juin 2019.
Volodymyr Zelensky est président depuis un mois déjà. Au cours de cette période, il a initié la dissolution du Parlement et a été accusé d’interprétation arbitraire de la Constitution et des lois, ainsi que de plagiat et de sexisme. Il veut déménager l’administration présidentielle située actuellement rue Bankova et transformer le bâtiment en musée. Parallèlement, en politique internationale, il poursuit l’intégration, initiée par son prédécesseur, Petro Porochenko, à l’UE et à l’OTAN. L’UCMC résume les points principaux des trente premiers jours du nouveau chef d’État.

La dissolution du Parlement: le vide juridique et la décision politique
Volodymyr Zelensky a commencé son discours inaugural par le fait que chaque Ukrainien est un président et est responsable du pays et il l’a conclu par la déclaration sur la dissolution du parlement: le texte complet du discours. Des élections anticipées sont politiquement bénéfiques pour le président nouvellement élu, car il aura ainsi la possibilité d’installer au pouvoir sa force politique, compte tenu de sa propre popularité.

Le lendemain, le président a signé un décret fixant la date des élections législatives anticipées le 21 juillet.

Lors d’une réunion avec les dirigeants des rôles parlementaires, Volodymyr Zelensky a proposé d’organiser les élections législatives exclusivement sur un système proportionnel basé sur des listes de partis closes, réduisant ainsi la barrière de circulation de cinq à trois. La veille, lors de son discours inaugural, il a également exhorté le Parlement à adopter un code électoral et à ouvrir des listes sur un système proportionnel. La Verkhovna Rada de l’Ukraine n’a pas soutenu le projet de loi de Zelensky sur la tenue d’élections avec des listes de partis closes.

La campagne électorale a débuté le 24 mai, au lendemain de la publication du décret présidentiel. Entre temps, un groupe de députés a déposé un appel concernant la légitimité du décret présidentiel auprès de la Cour constitutionnelle.

Décision de la Cour constitutionnelle. Le tribunal a engagé la procédure constitutionnelle le 29 mai et s’est prononcé le 20 juin. La décision précise qu’entre le Président de l’Ukraine et la Verkhovna Rada d’Ukraine, il existait un conflit constitutionnel quant aux raisons de la cessation rapide des pouvoirs de la Verkhovna Rada. Selon la Cour constitutionnelle, ce conflit n’a pas de solution juridique, car la loi fondamentale de l’Ukraine ne précise pas l’ordre de cessation des activités de la coalition des factions parlementaires dans la Verkhovna Rada d’Ukraine.

Dans le même temps, selon la décision de la Cour, le peuple ukrainien est le seul détenteur de la souveraineté et l’unique source de pouvoir en Ukraine. La Cour constitutionnelle a déclaré que la résolution du conflit constitutionnel par le peuple par la tenue d’élections anticipées à la Verkhovna Rada d’Ukraine répondait aux exigences de la deuxième partie de l’article 5 de la Constitution. Ainsi, les élections parlementaires auront bien lieu le 21 juillet 2019. Cette décision est dictée par l’opportunité politique plutôt que par la loi.

Premières nominations: «ses gens» et les nominations scandaleuses dans le Bureau présidentiel, confrontation avec la Verkhovna Rada au sujet du gouvernement
La nomination qui a fait le plus de bruit. La nomination la plus discutée est celle d’Andrii Bohdan, juriste associé à l’oligarque Igor Kolomoisky, au poste de chef du Bureau présidentiel. En vertu de la loi sur la purification du pouvoir, il ne peut pas être en tête du Bureau présidentiel, car pendant plus d’un an il a travaillé dans le domaine de la politique anticorruption autorisée dans le gouvernement d’Azarov en 2010-2014. La position de l’équipe de Zelensky était que Bohdan n’était pas soumis à la loi du pouvoir de purification, puisqu’il n’était pas fonctionnaire.

Le vice-ministre de la Justice, Serhii Petoukhov, a souligné que, dans la loi sur les profils «relative à la purification du pouvoir», il est clairement écrit que le chef de l’administration est soumis à cette loi.
En fin de compte, les représentants de Zelensky ont convenu que le président révoquerait Bohdan, mais seulement après que la Cour constitutionnelle aura admis que la loi sur la lustration était conforme à la Constitution. Et avant cela, le chef de l’État ne peut appliquer une loi «qui est contraire au principe de la primauté du droit et qui n’est pas conforme à la Constitution».

Volodymyr Zelensky s’est entouré de «gens de son équipe». Ses anciens partenaires du «Kvartal 95» et les membres de son état-major électoral occupent les postes de direction de l’administration présidentielle et sont devenus conseillers du chef de l’État. Les Ukrainiens n’ont vu que l’ancien chef du Bureau de la gouvernance efficace, Oleksii Hontcharuk, devenu adjoint d’Andrii Bohdan, et Vadym Prystaiko, ambassadeur d’Ukraine auprès de l’OTAN, désormais responsable des affaires économiques extérieures dans le Bureau présidentiel.

Quota présidentiel au gouvernement. Le nouveau président n’a pas encore été en mesure de remplir son quota dans le gouvernement: le parlement a refusé de libérer le chef du ministère des Affaires étrangères, Pavlo Klimkine, et le ministre de la Défense, Stepan Poltorak. Il n’y a pas eu non plus de vote en faveur de la démission du chef du Service de sécurité de l’Ukraine Vassyl Hrytsak. L’administration présidentielle a alors décidé de nommer Ivan Bakanov, membre fondateur du parti «Serviteur du peuple», premier chef adjoint du service de sécurité, à la tête de la direction de la lutte contre la corruption et le crime organisé. En présentant Bakanov, le président a déclaré qu’il devra redémarrer le Service de sécurité de l’Ukraine et lutter contre la contrebande d’ici deux semaines. Et il a complètement oublié le but de son programme pré-électoral, à savoir que le Service de sécurité «n’enquêtera pas sur les crimes économiques».

Initiative législative: mise en accusation, enrichissement illégal et marché de l’électricité
Dans son programme électoral, Zelensky a soulevé de nombreux points concernant la mise en place de mécanismes permettant de contrôler la levée de l’immunité des députés et la destitution du président. Au cours du premier mois de travail, certains documents ont déjà été soumis.

Projet de loi sur la procédure de révocation du chef de l’État. Le document détaille la procédure de révocation du chef de l’État. Bien que le projet de loi ait été enregistré, les députés ne l’ont pas inscrit à l’ordre du jour. Au lieu de cela, ils ont examiné et approuvé un projet de loi alternatif sur un comité d’enquête temporaire, qui prévoit également une procédure de destitution. Le document a été signé par le président du Parlement, Andrii Parubii. Maintenant, c’est le tour du chef de l’État: il peut imposer son veto sur ce projet de loi ou signer. Ne rien faire n’est pas une option, car le principe du consentement tacite est en vigueur et la loi est publiée et entre en application 15 jours plus tard.

Projet de loi sur l’enrichissement illégal. Un autre projet de loi du président concerne l’enrichissement illégal. La question a été soulevée à la suite de la décision de la Cour constitutionnelle, qui a déclaré que l’article correspondant du Code pénal était incompatible avec la Loi fondamentale. Dans son projet de loi, le président a proposé que la responsabilité pénale ne soit engagée que si le montant des avoirs illicites dépasse 11,5 millions de hryvnias (un peu plus de 300 000 euros). Toutefois, ce projet de loi ne figure pas à l’ordre du jour, même si l’enrichissement illégal est l’un des points de coopération entre l’Ukraine et le FMI.

Ingénierie énergétique. Deux autres projets de loi présidentielle – portant modification de la loi sur les sources d’énergie alternatives et le marché de l’électricité.  Le premier projet de loi prévoit de rétablir le droit à un «tarif vert» pour les ménages qui installent des sources d’énergie solaire terrestres. Le second consiste à différer le lancement du marché de l’électricité, qui devrait de jure commencer à partir du 1 er juillet. Mais de facto, rien n’est prêt pour cela.

Visites internationales: Bruxelles, Paris, Berlin
Bruxelles: «Un nouveau président, une politique ancienne». Bruxelles a été la première mission à l’étranger du président nouvellement élu. Les 4 et 5 juin, il a rencontré le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, le président du Conseil européen, Donald Tusk et le président polonais, Andrzej Duda.

Au cours de ses entretiens, le chef de l’État ukrainien a lancé des messages clés: l’Ukraine s’efforce toujours de devenir membre à part entière de l’Union européenne et de l’OTAN. Pour cette raison, la presse européenne a nommé Volodymyr Zelensky «Un nouveau président avec une politique ancienne». En matière de politique étrangère, bien sûr.

Plagiat du discours de Porochenko. Ces visites ne se sont pas déroulées sans incident. Volodymyr Zelensky a mot à mot répété des phrases d’un discours de son prédécesseur Petro Porochenko, prononcé lors du congrès de son parti «Solidarité européenne». Dans l’administration présidentielle, cette affaire a été qualifiée de sabotage par le ministère des Affaires étrangères et une enquête officielle devrait être menée.

Paris: rencontre avec le président Macron. Le point suivant des visites à l’étranger de Volodymyr Zelensky: Paris. Le 17 juin, il a rencontré le président de la France, Emmanuel Macron, pour discuter de la mise en œuvre des accords de Minsk et d’une éventuelle réunion dans le format Normandie.

Une autre déclaration importante de Zelensky: l’Ukraine ne dialoguera pas directement avec les combattants pro russes. Il a également appelé les dirigeants russes à libérer tous les prisonniers ukrainiens, à exécuter les décisions du Tribunal international et à libérer les marins ukrainiens détenus.
Berlin: rencontre avec la chancelière Angela Merkel. Des détails supplémentaires sur les discussions au format Normandie sont apparus le lendemain, lors d’une réunion entre Volodymyr Zelensky et la chancelière allemande Angela Merkel. Elles pourraient avoir lieu le 12 juillet.

Au cours de sa visite en Allemagne, le président ukrainien a exhorté les représentants du gouvernement allemand et les représentants du monde des affaires à ne pas affaiblir les sanctions contre la Russie.

«Ceux qui militent pour la levée des sanctions, je vous exhorte à venir dans le Donbass et à voir combien de malheurs cette guerre a apporté aux Ukrainiens. Regardez la Crimée, qui est devenue un véritable camp militaire, alors qu’auparavant, c’était une destination touristique», a déclaré Volodymyr Zelensky dans une interview accordée à l’édition allemande Bild.

Indignées par des paroles sexistes: «Je ne suis pas une marque»
Une déclaration faite par Zelensky lors de sa visite à Paris a suscité une polémique en Ukraine. Le 17 juin, le président a dit une phrase imprudente qui a provoqué une vague d’indignation.

En tenant un discours à la Station F, Volodymyr  Zelensky a qualifié les femmes ukrainiennes de «marque du pays».

«En passant, je veux un peu vanter l’Ukraine et les Ukrainiens. Partout dans le monde, on a toujours pensé que l’Ukraine était avant tout une agriculture, des mines et des métallurgistes. Et les touristes ont toujours dit qu’en Ukraine, tout est très beau, très savoureux et tous les habitants sont très beaux, surtout les femmes. Oui, c’est tout, et cela reste notre marque», a déclaré le président.

Zelensky a ensuite décrit les forces de l’industrie informatique ukrainienne, mais la phrase du président sur les femmes en Ukraine n’est pas passée inaperçue. Elle est largement discutée sur les réseaux sociaux, beaucoup accuse le chef de l’État de sexisme.

En outre, les Ukrainiens ont lancé sur les réseaux sociaux un flashmob sur leurs réalisations avec les hashtags #я_тобі_не_бренд, #янебренд, #янетуристичнийбренд.

La plupart des leaders d’opinion qualifient de sexiste la déclaration du président et demandent des excuses aux femmes ukrainiennes. D’autres utilisateurs comparent également les propos de Zelenski avec la déclaration de l’ancien président Yanoukovitch à propos des femmes qui sont agréables à regarder lorsqu’elles «adoptent une tenue vestimentaire légère».

Partager sur les réseaux sociaux

Twitter