Libération des marins et des prisonniers politiques ukrainiens: à quoi s’attendre dans un avenir proche

Libération des marins et des prisonniers politiques ukrainiens: à quoi s’attendre dans un avenir proche
le 19 juillet 2019.
Libération des marins et des prisonniers politiques ukrainiens: à quoi s’attendre dans un avenir proche
Au cours des dernières semaines, après l’élection d’un nouveau président les médias ont commencé à publier des informations sur le retour éventuel de prisonniers échangés entre l’Ukraine et la Russie, ainsi que sur la libération des marins ukrainiens et des prisonniers politiques. Cet échange pourrait concerner différentes catégories d’Ukrainiens détenus par la Fédération de Russie. Premièrement, il s’agit de prisonniers politiques en Russie, y compris Oleg Sentsov. Deuxièmement, les marins ukrainiens capturés sont un groupe spécial d’échange probable: leur détention a été condamnée par le Tribunal international du droit de la mer, ce qui oblige la Fédération de Russie à les libérer immédiatement, mais ils continuent à être “jugés” en Russie. La troisième catégorie de personnes comprend les otages qui se trouvent sur les territoires occupés dans le Donbass.

Malgré l’absencejusqu’à présent de résultats concrets, certains mouvements, réunions et déclarations peuvent potentiellement conduire à des changements. Que se passe-t-il exactement et à quoi peut-on s’attendre dans un proche avenir, tel est le thème de l’article de l’UCMC.

Les rumeurs sur la libération éventuelle des marins ukrainiens ont commencé à se répandre avec vigueur à la fin du mois de juin 2019. Volodymyr Zelensky, président nouvellement élu de l’Ukraine, a également parlé de la possibilité d’un échange.

Cependant, le 25 juin, le Kremlin a déclaré que la Russie ignorerait la demande du Tribunal international du droit de la mer concernant la libération des marins ukrainiens capturés illégalement en novembre 2018.

On a appris récemment que la Russie a tout de même porté plainte auprès du Tribunal international du droit de la mer sur l’application de la décision de libération des marins ukrainiens et a envoyé à l’Ukraine une note lui proposant de fournir des garanties pour que les marins ukrainiens soient poursuivis en justice conformément à la législation russe.

Le ministère des Affaires étrangères de l’Ukraine a déclaré qu’il considérait la proposition comme inacceptable et qu’elle exacerbait le différend entre l’Ukraine et la Fédération de Russie. Après tout, du point de vue de l’Ukraine, les marins n’ont commis aucun crime et les poursuivre légalement en Ukraine signifierait la reconnaissance par l’Ukraine de l’annexion de la Crimée.

Le 27 juin, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a exprimé son mécontement concernant les actes du ministre des Affaires étrangères, Pavlo Klimkine qui, sans avoir consulté au préalable le chef de l’Etat, a répondu à une note de la Russie. En réponse, Pavlo Klimkine a déclaré que le ministère des Affaires étrangères n’avait pas à coordonner avec le président la note-réponse à la Russie et avait publié la réponse de l’Ukraine.

Réunion des Commissaires aux droits de l’Homme de l’Ukraine et de la Fédération de Russie à Kyiv
Une rencontre entre Liudmila Denisova, commissaire aux droits de l’Homme de la Verkhovna Rada de l’Ukraine, et son homologue russe, Tatiana Moskalkova, qui s’est déroulée le 15 juillet à Kyiv, pourrait donner lieu à des changements positifs dans la libération des Ukrainiens.

L’Ukraine a inclus les marins ukrainiens, capturés par la Fédération de Russie, dans les listes des médiateurs de l’Ukraine et de la Russie des personnes détenues susceptibles d’être échangées.

Rappelons que, le 9 juillet, l’enquête russe a délivré les conclusions finales de l’enquête aux 24 marins ukrainiens prisonniers de guerre. Ce qui nous attend est la familiarisation des marins avec les dossiers et les litiges.

Le 17 juillet, le tribunal de Moscou Lefortovo a maintenu en détention les 24 marins pour trois mois supplémentaires.

Nouvel appel de Zelensky: “Commençons par les marins”
Outre la réunion des médiatrices, une conversation téléphonique a eu lieu entre le président de l’Ukraine Volodymyr Zelensky et son homologue russe, Vladimir Poutine. Le 17 juillet, le président Volodymyr Zelensky, dans son vidéoblog, a évoqué la proposition du dirigeant de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine, exprimée lors de la conversation téléphonique, relative à l’échange des prisonniers selon la formule “ Tous contre tous”.

“Nous échangeons obligatoirement tous contre tous. Mais revenons d’abord à tous ceux qui se trouvent en Russie, en Crimée, et commençons par les marins. Il me semble que c’est un pas normal vers le retour du dialogue et un vrai pas puissant vers la fin de la guerre”.

La réponse de la Fédération de Russie: “Commençons par Vychinsky”
Le porte-parole du président de la Fédération de Russie, Dmitri Peskov, a déclaré que le retour en Russie du chef de RIA Novosti-Ukraine Kirill Vyshinsky pourrait constituer un premier pas vers la normalisation des relations entre Moscou et Kyiv.

“Bien sûr, le retour de Vychinsky pourrait être une première étape merveilleuse. En général, toute mesure en faveur de la libération des personnes ne sera que saluée”, a-t-il déclaré.

Contexte: qui est Vychinsky et pourquoi la Russiev voudrait-elle le récupérer?
Kirill Vyshinsky est le chef de RIA Novosti Ukraine, qui a été arrêté à Kyiv le 15 mai 2018 après une perquisition au bureau de l’agence. Il est soupçonné de trahison. Selon le Service de sécurité de l’Ukraine, Vychinsky aurait travaillé pour le pays agresseur dans le cadre de la guerre de l’information hybride contre l’Ukraine.

On sait que Vyshinsky avait la double nationalité. Le 30 septembre 2015, le président russe Vladimir Poutine lui a délivré un passeport russe. Le document a été retrouvé par des enquêteurs du Service de sécurité de l’Ukraine, la médaille “Pour le retour de la Crimée” a également été saisie chez lui. Le 1er juin 2018, Vychinski a déclaré qu’il renoncait à la citoyenneté ukrainienne. Poutine, pour sa part, a qualifié la situation concernant la détention de Vychinski de “sans précédent”.

Vychinsky a couvert les événements de l’EuroMaidan de l’automne 2013 à février 2014. Après le début de la guerre, il s’est rendu à Donetsk dans le Donbass, a été capturé par des militants pro-russes et, avec Zakhar Vinogradov, a fait plusieurs reportages dans une tonalité ouvertement anti-ukrainienne.
Le 14 mars 2019, il a été transféré de Kherson à Kyiv. Son affaire est toujours en cours.Une réunion ordinaire aura lieu le 19 juillet. Vychinskyfigure sur la liste des 36 personnes que l’Ukraine est prête à remettre à la Russie en échange de 23 otages du Kremlin.

Nouvelle proposition de Kyiv: Vychinsky contre Sentsov
Le 19 juillet, le bureau du président ukrainien propose à l’administration du président russe de libérer simultanément le prisonnier politique Oleg Sentsov, reconnu coupable de terrorisme en Russie, et le dirigeant de RIA Novosti Ukraine, Kirill Vyshinsky, jugé en Ukraine pour trahison.

Cela a été annoncé par le porte-parole du président Volodymyr Zelensky,Yulia Mendel. Elle a noté que l’Office du président de l’Ukraine avait pris connaissance “avec intérêt» de l’offre de la Russie de renvoyer Vychinsky comme signe de “bonne volonté”.

“Nous soutenons sans réserve la politique de bonne volonté et nous proposons à la Russie de faire un pas vers nous en libérant Oleg Sentsov. Et pour une confiance mutuelle, dans une bonne volonté partagée, nous proposons de le faire simultanément “, a-t-elle écrit sur Facebook.

Le 13 juillet, Oleg Sentsov, âgé de 43 ans, a fêté son anniversaire pour la sixième fois dans une colonie pénitentiaire russe.

Nouvelle résolution du Parlement européen: demande impérative de libération des prisonniers, volonté de l’UE d’imposer de nouvelles sanctions à la Fédération de Russie
Le 18 juillet 2019, le Parlement européen de la nouvelle convocation a adopté une résolution sur la Russie concernant la situation des prisonniers politiques ukrainiens. Au total, 458 députés ont voté pour cette résolution.

La résolution confirme l’absence de reconnaissance de l’annexion de la Crimée et appelle la Fédération de Russie à libérer tous les prisonniers politiques et les marins ukrainiens.

“La résolution appelle les autorités russes, sans retard ni conditions additionnelles, à libérer tous les citoyens ukrainiens détenus illégalement, qu’ils se trouvent en Russie ou dans les territoires occupés temporairement, et à assurer leur retour en toute sécurité, y compris les Tatars de Crimée récemment détenus lors d’une manifestation pacifique sur la Place Rouge le 10 juillet 2019, ainsi que des citoyens ukrainiens détenus pour des motifs politiques et les 24 membres d’équipage de navires de la marine ukrainienne”, peut-on lire dans le document.

La résolution confirme que les sanctions de l’UE devront être efficaces jusqu’à ce que la Russie remplisse ses obligations internationales, y compris les accords de Minsk. En outre, le document confirme que l’UE devrait être prête à introduire de nouvelles sanctions à l’encontre de la Fédération de Russie si elle continue à violer le droit international.

La réaction du Congrès des États-Unis d’Amérique: projet de sanctions contre la Fédération de Russie pour la saisie des marins ukrainiens
La Chambre des représentants du Congrès américain examinera un projet de loi prévoyant des sanctions contre la Russie pour la saisie de marins et de navires ukrainiens.

Le document a été présenté aux élus du Congrès américain des partis démocrate et républicain membres du “groupe d’amis” de l’Ukraine au sein du plus haut organe législatif des États-Unis, selon une déclaration conjointe des auteurs du projet de loi, publiée sur le site officiel du député Marcy Kaptur.
Le projet de loi propose d’imposer des sanctions à 24 hauts responsables du Service fédéral de sécurité de Russie et à leurs proches collaborateurs jusqu’à la libération des 24 marins ukrainiens et des trois navires capturés dans le détroit de Kertch en novembre 2018.

Partager sur les réseaux sociaux

Twitter