Démission du premier ministre/ Changements au sein du gouvernement, Sociologie/Zelensky, Boykott/Défilé militaire du 9 mai

Démission du premier ministre/ Changements au sein du gouvernement, Sociologie/Zelensky, Boykott/Défilé militaire du 9 mai
le 02 mars 2020.

Situation dans la zone du conflit

Les troupes russes continuent de violer la trêve. L’ennemi a tiré sur les positions des militaires ukrainiens avec des mortiers de calibre 120 mm, ainsi que des lance-grenades, des mitrailleuses lourdes et des armes de petit calibre.

Le 29 février, les troupes russes ont tiré sur le point de contrôle Mariinka.

Réunion à Minsk: discussions sur un échange de prisonniers. Le chef du bureau présidentiel de l’Ukraine, Andriy Yermak, a rencontré le chef adjoint de l’administration présidentielle de la Fédération de Russie, Dmitry Kozak, à Minsk. «Au cours de la réunion, les parties ont discuté de la question de la libération réciproque des personnes détenues dans le format «tous contre tous», convenue par les dirigeants des pays du format Normandie lors de la réunion à Paris en décembre 2019», peut-on lire dans le communiqué de l’Office du président. Lors de la réunion, Andriy Yermak a annoncé qu’un prochain échange de prisonniers était prévu pour le mois de mars. Par ailleurs les parties ont souligné la nécessité de poursuivre les négociations pour mettre pleinement en œuvre les accords conclus lors du sommet du format Normandie en décembre 2019 à Paris.


Démission du premier ministre: y aura-t-il des changements au sein du gouvernement?

Récemment, de possibles changements au sein du gouvernement ont été de plus en plus souvent évoqués, y compris concernant le poste de Premier ministre. À la fin de la semaine dernière, le président Volodymyr Zelensky a demandé de convoquer une réunion extraordinaire de la Verkhovna Rada le 4 mars: il est probable que la question de la réforme du gouvernement y sera abordée. L’actuel Premier ministre Oleksiy Honcharuk est le plus jeune Premier ministre d’Ukraine. Mais le 4 mars, il risque de devenir le Premier ministre qui a passé le moins de temps à son poste. Quelles pourraient être les raisons de sa démission, quels sont les candidats pressentis pour cette fonction et ce qui pourrait changer, lisez l’analyse ci-dessous.

Quel problème pose ce premier ministre? Olexiy Hontcharouk, malgré sa motivation et ses qualités personnelles, n’était pas prêt à gouverner le pays. Le Cabinet des ministres est un organe collégial, mais le Premier ministre en est personnellement responsable.

C’est Olexiy Hontcharouk qui est responsable aux yeux de la société des problèmes de recettes douanières, des retards de salaires, du non-respect du budget et du fait que l’industrie est en baisse et que les montants des tarifs publics ne le sont pas. En outre, le président Zelensky a également commencé à exprimer son mécontentement: le soutien public diminue, l’inefficacité du gouvernement est évidente.

En outre, jusqu’à récemment, le Premier ministre avait un protecteur puissant en la personne du chef de l’Office du président Andriy Bohdan. C’est lui qui a fait entrer Olexiy Hontcharouk dans l’équipe présidentielle. Mais depuis que Bohdan a été remplacé par Andriy Yermak, les affaires du Premier ministre se sont fortement détériorées.

Conflit avec Kolomoisky? L’une des raisons de la démission présumée est le conflit avec Ihor Kolomoisky. Selon «Dzerkalo tyzhnia», le 28 février le Premier ministre, Olexiy Hontcharouk, a été convoqué auprès du président Volodymyr Zelensky lors d’une réunion. Zelensky a interrogé son premier ministre, en particulier sur la décision du Cabinet de remplacer les dirigeants de trois compagnies d’électricité, dont Tsentrenergo, qui étaient gérées par le mandataire Ihor Kovalorsky.

Selon la source de l’édition, Zelensky a déclaré que Kolomoisky était très insatisfait de ces changements de personnel et il a demandé au Premier ministre quelles en étaient les raisons. En réponse, Olexiy Hontcharouk a déclaré qu’il ne comprenait pas la ligne générale: «nous nous battons contre Kolomoisky, puis nous ne nous battons plus contre lui, nous améliorons les relations avec le FMI, puis nous les détériorons».

Immunité gouvernementale. L’UCMC a déjà commenté la précédente tentative de démission d’Olexiy Hontcharouk, mais à l’époque cette démission n’a jamais eu lieu. Aujourd’hui, c’est une évidence: personne ne pourra limoger Hontcharouk contre sa volonté. Après sa nomination le 29 août, son gouvernement a bénéficié d’une immunité annuelle de licenciement. Les développements ultérieurs dépendent donc de la décision de Hontcharouk de partir ou de s’accrocher à son poste.

Conférence de presse urgente d’Olexiy Hontcharouk. Le lundi 2 mars, le premier ministre a donné une conférence de presse urgente. À ce sujet, il a refusé de commenter de quelque manière toutes les rumeurs relatives à sa possible démission. Il a exhorté à attendre les annonces officielles. Au lieu de cela, il a souligné la réduction du tarif du gaz que la population paiera pour février et le début de la deuxième étape de la réforme médicale, prévue pour le 1er avril.


Sociologie: seuls 40% des Ukrainiens soutiennent Zelensky

Si l’élection présidentielle avait lieu dans un proche avenir, seulement 40% des personnes interrogées soutiendraient Volodymyr Zelensky. Ce sont les résultats d’une enquête sociologique réalisée par le Centre Razumkov du 13 au 17 février 2020. Des sondages ont été effectués dans toutes les régions de l’Ukraine, à l’exception de la Crimée et des territoires occupés des régions de Donetsk et Louhansk. L’erreur d’échantillonnage théorique (hors effet de plan) ne dépasse pas 2,3% avec une probabilité de 0,95.

Ensuite, 15% ont l’intention de voter pour Yuriy Boyko, 13,5% – pour Petro Poroshenko, 10% – pour Yulia Tymochenko.

En février 2020, 51,5% des Ukrainiens faisaient confiance au président Zelensky, mais ils ne sont plus que 41%. Les sociologues notent que le niveau de confiance envers Volodymyr Zelensky était le plus élevé en septembre 2019: à cette époque, 79% des citoyens lui faisaient confiance, et seulement 13,5% ne lui faisaient pas confiance.

Toujours en février, le nombre de ceux qui pensent que les actions de Zelensky visent principalement à protéger les intérêts nationaux a considérablement diminué (37% contre 54,5% en septembre 2019), et le nombre d’Ukrainiens qui pensent que les actions du président visent à la protection de ses propres intérêts et de ceux de son environnement politique (41% contre 24,5% en septembre).


Boycott du défilé militaire du 9 mai dans la Fédération de Russie: début de la campagne de contre-attaque

Cette année, le monde marquera le 75e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le principal objectif des campagnes d’information menées avant cette date est de rappeler les causes et les conséquences de cette terrible guerre et de tout mettre en œuvre pour que cette tragédie ne se reproduise plus. C’est le format qui commémore la Journée de la mémoire et de la réconciliation.

Au lieu de cela, la Fédération de Russie utilise cette date pour justifier ses propres politiques agressives contre d’autres pays indépendants, tant pendant l’Union soviétique qu’aujourd’hui. La célébration le 9 mai du jour de la victoire à Moscou sur la Place Rouge est le point culminant annuel du militarisme russe, de l’expansionnisme et de la vengeance.

L’événement, qui devrait honorer la mémoire des morts, se transforme en une célébration des armes russes. Les mêmes armes qui tuent les défenseurs de l’Ukraine, de la Géorgie, de la Moldavie et d’autres pays contre lesquels l’agression militaire russe se poursuit et dont les territoires sont occupés et annexés par les troupes russes.

La communauté ukrainienne d’experts et de personnalités publiques lance une campagne sociale pour contrer le révisionnisme et le militarisme historiques russes, aboutissant au défilé militaire de cette année le 9 mai.
Le contenu de cette campagne est diffusé sur #StopPutinsParade et #NeverAgain. Dans le cadre de cette campagne, nous appelons les dirigeants mondiaux à s’abstenir de visites officielles à Moscou pour le défilé militaire du 9 mai. Nous vous encourageons à signer cet appel!

Toute participation des dirigeants du monde civilisé à ces manifestations est inacceptable car elle justifie l’agression de la Russie contre l’ordre mondial et la paix, et encourage les dirigeants russes à continuer de violer de manière flagrante et systématique la souveraineté d’autres États.

Partager sur les réseaux sociaux

Twitter