Que signifie la libération de Nadia Savtchenko?

Que signifie la libération de Nadia Savtchenko?

Le 25 mai après 709 jours de captivité, Nadia Savtchenko est revenue à la maison. L’Ukraine Crisis Média Center a suivi en direct son retour. À l’aéroport, Nadia, très émue, s’est adressée aux journalistes (traduit en français par l’UCMC), ensuite elle a donné une conférence de presse avec Petro Porochenko.

Il est difficile de prévoir ce que signifieront pour l’Ukraine cet événement tant attendu et les changements qu’ils pourraient provoquer en Ukraine, en Russie et sur la scène internationale. L’UCMC a préparé un document analytique à ce propos.

Échangée ou graciée?

Juridiquement, la libération de Nadia Savtchenko et celle d’Eroféev et d’Alexandrov, deux militaires russes n’est pas un échange, mais une grâce symétrique et simultanée : Poutine a signé la grâce de Savtchenko, condamné à 22 ans de prison, soi-disant à la demande des proches des journalistes qu’elle est accusée d’avoir tués. Alexandrov et Eroféev, condamnés à 14 ans de prison, ont envoyé une demande de grâce à Porochenko.

13310330_728374903971983_2135619619617828897_n

Cependant, il s’agit tout de même d’un échange.  Iryna Gerachenko, représentante de l’Ukraine dans le groupe triparti de Minsk témoigne du processus de l’opération du 25 mai : «À 6.30, nous partons pour l’aéroport, à 8.00, l’avion décolle. L’avion du président part récupérer Nadia. Rostov-sur-le Don. Nous n’avons pas le droit de descendre de l’avion. L’opération est dirigée par le chef du Service de Sécurité. Selon les accords, Nadia doit entrer dans l’avion exactement au moment où les assassins russes monteront dans l’avion russe qui a atterri à Kiev».  Nadia Savtchenko et les Russes devraient être libérés simultanément. Cette opération avait tout d’un échange, même si juridiquement, il s’agissait de deux processus indépendants.

Les progrès réalisés dans la mise en œuvre des Accords de Minsk ou les concessions de la Russie à la veille de nouvelles négociations sur les sanctions?

Le gouvernement français souligne que la libération de Savtchenko est un signal et que les Accords de Minsk doivent être réalisés au plus vite. «Conformément aux engagements pris lors de l’entretien téléphonique du format Normandie du 23 mai, les 4 chefs d’Etat ont permis en particulier, le retour sur le territoire ukrainien de la pilote d’hélicoptère Nadia Savtchenko. C’est un geste significatif pour la mise en œuvre des accords de Minsk qui doit intervenir le plus rapidement possible. Le président de la République et la chancelière allemande continuent d’y travailler ensemble avec acharnement », – communique l’Elysée .

sav

Nadia a aussi souligné l’importance des Accords de Minsk : «Heureusement que les Accords de Minsk existent. Heureusement, ils seront respectés et nous ferons tout pour qu’ils soient respectés».

Pourquoi un tel accent sur Minsk ? Pour les pays européens, la réalisation des Accords de Minsk est liée étroitement aux sanctions de l’Union Européenne à l’égard de la Fédération de Russie. Par conséquent, il y a des raisons de croire que la libération de Savtchenko, peu avant le énième tour des négociations sur les sanctions en juin 2016, n’est pas accidentelle. La concession du Kremlin concernant la libération du prisonnier politique ukrainien le plus connu pourrait être considérée comme une marque de bonne volonté du Kremlin. Alla Lazareva, envoyée spéciale pour «Oukraїnsky Tyjden» à Paris, souligne le danger que cette libération pourrait être utilisée par les forces pro-russes comme un argument pour supprimer les sanctions contre la Russie. «Il est évident que la libération de Nadia pourrait être utilisée par les partisans du Kremlin comme un argument supplémentaire de la bonne volonté de Moscou /…/il est très important que la diplomatie ukrainienne continue à résister aux manipulations russes et ne permette pas de faire passer la stratégie : «Nadia pour vous, la levée des sanctions pour nous».

Le parti du Président : une aubaine pour son taux de popularité ou de nouveaux risques?

Nadia Savtchenko a été libérée, jour pour jour, au deuxième anniversaire de la victoire de Petro Porochenko aux élections présidentielles il y a deux ans. Il est tout de même peu probable que l’échange ait été spécialement programmé pour cette date. La sentence pour les deux Russes a été prononcée le 18 avril, le 22 avril ils ont reçu la traduction en russe et le 23 mai la sentence est entrée en vigeur. Le 25 mai, ils ont adressé une pétition de grâce à Porochenko.

640x640_4_0

Cependant, la libération de Nadia Savtchenko et de tous les autres otages était une des promesses de Petro Porochenko faite au peuple ukrainien, il l’a tenue, donc, il peut espérer une augmentation de son taux de popularité. C’est très important maintenant au moment où Porochenko perd rapidement en popularité. Le Fond «Initiatives démocratiques» d’Ilko Koutcheriv a fait un sondage auprès de 57 experts analysant les succès et les échecs de Petro Porochenko de la deuxième année de son mandat. Ils ont évalué son travail durant la deuxième année de son mandat en lui attribuant 4,5 points sur 10 (contre 5,3 points durant la première année). L’autre sondage du Fonds a constaté une chute record de la confiance des Ukrainiens à l’égard du Président en mai 2016, à savoir : – 48% (+ 5% en décembre 2014 et -40% en décembre 2015).

Nadia Savtchenko a quitté l’Ukraine en été 2014 comme un simple soldat. L’armée ukrainienne avançait alors dans le Donbass jusqu’à la tragédie d’Illovaysk quand l’armée russe est, pour la première fois, intervenue en direct en causant une fracture dans le conflit armé. Maintenant, Savtchenko revient en Ukraine comme une héroine nationale et députée du Parlement. Elle revient dans son pays pour lequel les défis principaux demeurent  le conflit presque gelé dans le Donbass, l’instabilité politique, le manque de progrès dans la lutte contre la corruption, l’échec de la réforme du Bureau du Procureur ainsi que la lenteur des réformes systémiques.

99_main

Il est peu probable que les bonus de la libération de Savtchenko compenseront les risques associés à l’augmentation automatique de la notation du parti de Yulia Timochenko, opposante principale de Petro Porochenko, dont Savtchenko est le numèro 1 sur la liste. L’énorme popularité de Nadia auprès des électeurs et son fort caractère sans compromis, le radicalisme et l’ignorance politique des nuances du jeu constituent pour Porochenko et les autorités ukrainiennes une équation peu confortable avec beaucoup d’inconnues.

Le regard de la Fédération de Russie : la libération de Savtchenko comme preuve de faiblesse de la Russie?

Malgré l’importance des perspectives dans le processus des Accords de Minsk, Poutine a été sévèrement critiqué par les patriotes russes pour cette libération.

À première vue, l’échange des deux militaires russes contre une Ukrainienne est un avantage pour la Russie. Cependant, la Russie n’a jamais reconnu qu’Eroféev et Alexandrov étaient des militaires russes, prétendant qu’ils étaient de simples citoyens russes partis dans le Donbass de leur plein gré et pour servir dans les rangs de la police populaire de la «République populaire de Lougansk».  Cette version a été utilisée par la défense des Russes au tribunal ( reportage de l’UCMC en français).  Donc, les Russes n’étaient pas particulièrement satisfaits de voir Eroféev et Alexandrov revenir à Moscou. Leur arrivée a été couverte très modestement et discrètement  par trois chaînes d’état russes (RT, Russie 1 et NTV), les journalistes n’ont pas été autorisés à poser des questions. Seules, leurs épouses sont venues les chercher.

CjTRZQiVEAMEhtI

Cependant, la société russe s’est montrée très hostile et déçue par la libération de Nadia Savtchenko et son arrivée à Kiev. L’analyse des réseaux sociaux russes par le blogueur et journaliste ukrainien Denis Kazansky en est un bel exemple.

Durant deux ans, la propagande russe a présenté Savtchenko, hystérique et déséquilibrée, comme une tueuse de civils innocents et de journalistes russes. Et maintenant, soudainement, elle a été libérée. Pourquoi?

Pour beaucoup de Russes, comme pour Edouarde Limonov, écrivain russe, cet échange montre la faiblesse de la Russie, la faiblesse de Poutine. «La Russie, représentée par Vladimir Poutine a cédé à la pression des États-Unis, de la France, de l’Allemagne et ce qui est  le plus révoltant à la pression de l’Ukraine, pays désintégré,  à demi effondré et  mourant. Poutine a décidé que la Russie doit montrer sa faiblesse. Désormais, tout le monde nous mettra la pression. Les partenaires du format Normandie de Poutine ont déjà réussi à obtenir un accord sur l’envoi d’une mission de police de l’OSCE dans le Donbass. À l’avenir, nous aurons beaucoup de pression au sujet de la Crimée», a-t-il écrit dans le Livejournal.

Probablement que toute la société russe ne partage pas ces opinions radicales. Mais il est fort probable qu’un grand nombre de Russes ont senti dans la décision de Poutine, sa faiblesse et une tendance à faire des compromis face à la pression des partenaires occidentaux. La société russe, réchauffée depuis deux ans par la propagande de la Russie «qui se rélève» et radicalisée par deux ans de guerre avec «le fascisme ukrainien», pourrait ne pas lui pardonner.

.

Partager sur les réseaux sociaux

Twitter