Kyiv
,

Les événements clés de la semaine: Donbass miné, DNR/Immobilier confisqué, Plan Marshall/Ukraine, Oumerov/Tchiygoz

Les événements clés de la semaine: Donbass miné, DNR/Immobilier confisqué, Plan Marshall/Ukraine, Oumerov/Tchiygoz

La situation dans la zone conflit

L’escalade est inévitable. La situation dans la zone du conflit s’aggrave rapidement. Selon l’OSCE, l’escalade est inévitable, car les parties ignorent les accords sur la trêve. « Les faits parlent d’eux-mêmes: le retrait des armes n’a pas été réalisé. Nous voyons des armes directement près de la ligne de démarcation », a déclaré Alexandre Hug, premier adjoint du directeur de la mission spéciale de suivi de l’OSCE en Ukraine. Le 24 octobre, l’OSCE a enregistré plus de 300 explosions dans le Donbass.

Les combattants pro-russes continuent d’entraver le travail de l’OSCE. Ainsi, le 25 octobre, l’OSCE a déclaré que les combattants pro-russes à Donetsk ont tiré sur un drone de la mission.

L’Ukraine est en passe de devenir un des territoires les plus minés dans le monde. L’Ukraine pourrait devenir une des régions les plus minées dans le monde. Cette déclaration a été faite par Ursula Müller, adjointe du secrétaire général de l’ONU pour les questions humanitaires, lors d’une conférence de presse à New-York. Actuellement, dans le Donbass 2 millions d’hectares contiennent des mines. Auparavant, l’OSCE avait déclaré que depuis le début 2017, dans le Donbass, 27 personnes ont été tuées et 62 ont été blessées suite à des explosions de mines et d’obus.

La population civile dans le Donbass est toujours en danger. Le 28 octobre les combattants pro-russes ont tiré avec des mortiers sur le village de Vodyane près de Marioupol, endommageant des habitations privées, et le 27 octobre sur Chyrokine avec des mortiers de calibre 120mm.

La vie dans les « LDNR »

La «DNR» confisque les habitations des personnes absentes depuis plus de 6 mois. Les autorités de la « DNR » peuvent priver du droit de propriété sur leurs biens immobiliers des personnes qui sont absentes de chez elles sans raison valable.  Lilia Reznikova, représentante de la « Cour Suprême » de la DNR, a déclaré que le bien immobilier pourra être confisqué si la personne n’y habite plus depuis 6 mois si le bien appartientt à l’État, ou depuis 12 mois si le bien est privé.

Le “plan Marshall” pour l’Ukraine n’est plus soutenu par l’UE

La semaine dernière, à Tallinn (Estonie), s’est déroulé le forum des pays du Partenariat Occidental au cours duquel il est devenu évident que l’idée d’un nouveau “plan Marshall” pour l’Ukraine, dont certains voisins de l’Ukraine se font les lobbyistes, en particulier la Lituanie, n’a pas été soutenue par Bruxelles.

Qu’est ce qu’un “plan Marshall” pour l’Ukraine ? La possibilité de l’adoption d’un “plan Marshall” pour l’Ukraine a été annoncée pendant le printemps 2017. L’ancien Premier Ministre de Lituanie était l’initiateur et le lobbyiste principal  de cette idée. Au début, il avait même réussi à obtenir l’adoption de ce projet au sommet du Parti National Européen. Il était question alors d’une aide annuelle de l’UE à l’Ukraine d’un montant de 5 milliards d’euros. La Lituanie plaçait beaucoup d’espoir dans le sommet du “Partenariat Occidental”, qui se déroulera en novembre à Bruxelles; on voulait alors présenter le plan aux dirigeants de tous les pays de l’UE, et on comptait sur le fait que le document serait rappelé dans la déclaration finale du sommet. Cela aurait donné au “plan Marshall” pour l’Ukraine un statut quelque peu officiel.

Que s’est-il passé à Tallinn ? Le commissaire Johannes Hahn, responsable de la politique du voisinage européen, a confirmé que la Commission Européenne avait reçu les propositions lituaniennes quant au nouveau “plan Marshall”. Dans le même temps, Hahn a annoncé que cette idée semait le doute dans la CE, puisque Bruxelles, d’après lui, possède déjà assez d’outils pour aider l’Ukraine. Auparavant, le commissaire avait présenté une thèse selon laquelle l’Ukraine bénéficiait déjà de nombreux programmes d’aide, et qu’en ajouter un nouveau ne changerait rien. “Nous avons pris la responsabilité de donner 12,8 milliards d’euros pour mener des réformes. Et cela sans mentionner les financements qui sont proposés aux Ukrainiens par d’autres donateurs et organisations internationales. C’est sûr, il y a déjà un “plan Marshall” en action pour l’Ukraine”, a expliqué le commissaire lors d’une interview avec Eastbook.

Les raisons du refus du plan. Il y a plusieurs raisons à l’échec de l’initiative lituanienne.

  • Tout d’abord, le gouvernement ukrainien lui-même est conscient que l’Ukraine a un problème avec l’utilisation des fonds. Les problèmes de management des aides européennes sont réels et ce sont eux qui sèment le doute quant à l’efficacité de ces aides.
  • Ensuite, dès 2018 l’Ukraine entrera dans une période préélectorale, et il faut s’attendre à un ralentissement des réformes. La Rada Suprême, gangrénée par un populisme préélectoral, ne pourra pas faire passer, durant cette période, des réformes strictes et peu populaires. Johannes Hahn, lors de sa présentation, a particulièrement insisté sur ce point. “Je suis désolé d’avoir à le dire, mais le niveau de confiance (quant à la volonté de Kyiv de mener des réformes, ndlr) n’est pas très élevé”, a annoncé le commissaire.
  • De plus, il est difficilement imaginable que l’UE soit prête à promettre à Kyiv une aide sérieuse sans savoir qui sera au pouvoir en 2019. Ce ne sera qu’après les élections législatives et présidentielles, et après la formation d’un nouveau gouvernement, qu’il sera alors possible de discuter des réformes avec les nouveaux dirigeants.
  • Enfin, le printemps 2019 verra aussi des élections en UE et, en automne, la composition de la Commission Européenne va changer. D’ici là, des discussions quant à un “plan Marshall” n’auraient aucun sens.

La Turquie a réussi à libérer les leaders des Tatars de Crimée

La libération. Le 25 octobre, Ilmi Oumerov et Akhtem Tchiygoz, leaders des Tatars de Crimée condamnés par les occupants russes, ont été extradés en Turquie. Après un bref séjour à Ankara, ils sont arrivés à Kyiv.

La raison de la libération. Le prix de la libération d’Oumerov et Tchiygoz est tenu secret. Cependant, ils ont déclaré de ne pas avoir demandé à être graciés.

Le rôle d’Erdoğan. En revanche, il est évident que le président turc, Recep Tayyip Erdoğan, a joué un rôle essentiel dans la libération d’Akhtem Tchiygoz et Ilmi Oumerov. Selon Refat Tchoubarov, président du Madjlis des Tatars de Crimée, la diaspora des Tatars de Crimée en Turquie est très puissante et le président turc ne pouvait pas l’ignorer.

Erdoğan  et Poutine. Moustafa Djemilev, leader des Tatars de Crimée, a déclaré : « Je suppose que les motifs de cette libération sont prosaïques. En gros, Vladimir Poutine s’est retrouvé isolé, il y a peu de personnes  qui s’entretiennent avec lui et quand Erdoğan a accepté de le voir, il n’a pas voulu, pour des prisonniers, créer des dissensions avec un pays qui maintient des relations avec la Russie. En plus, la Turquie n’a pas adhéré aux sanctions contre la Russie ».

Les projets d’avenir. Refat Tchoubarov a informé que les deux anciens prisonniers de Moscou resteront vivre et travailler à Kyiv. La fille d’Ilmi Oumerov a déclaré que la Russie n’avait pas fourni de documents officiels sur une interdiction pour Oumerov et Tchiygoz de revenir en Crimée, ils tenteront donc de s’y rendre.

Les réformes : le soutien de l’UE et Ivan Mikloš sur la réforme de l’énergie

L’UE allouera 90 millions d’euros pour les réformes ukrainiennes. L’Ukraine et l’Union européenne ont signé un accord sur l’augmentation de la capacité des autorités ukrainiennes à remplir l’Accord d’Association avec l’Ukraine. Dans le cadre de cet accord, l’UE versera à l’Ukraine 37,063 millions d’euros, ainsi que 52,5 millions d’euros dans le cadre du financement du programme juridique. Il s’agit d’adapter la législation ukrainienne aux normes juridiques de l’Union européenne.

Ivan Mikloš, vice-président du gouvernement et ministre des Finances slovaque, a déclaré que la déréglementation des tarifs de l’énergie représentait le plus grand succès de la réforme énergétique en Ukraine.  Selon lui, la réglementation des tarifs de l’énergie était une source de corruption dans le pays.

La culture : l’UCMC fait des recherches dans les musées du Donbass

Un groupe d’artistes ukrainiens s’est lancé dans un voyage dans les musées du Donbass. Ils visiteront 28 musées pour établir un guide touristique des musées de la région et choisiront 4 musées pour mettre en place des projets artistiques.  Ce voyage sera réalisé dans le cadre du projet de l’UCMC « Le musée est ouvert pour des travaux », dont l’objectif est de moderniser les musées et de former leurs employés.

Le sport : Elina Svitolina est classée  6e raquette mondiale

La joueuse de tennis la plus performante d’Ukraine, Elina Svitolina, après une prestation ratée au tournoi final, a perdu sa place dans le top 5 du classement de la WTA.

Svitolina poursuivra la saison au niveau de sixième raquette du monde. En février, elle  avait fait ses débuts dans le top 10 après avoir remporté le tournoi de Dubaï, et s’est finalement installée dans le top 10 après un triomphe au tournoi révolutionnaire de Rome.

 

 

 

Partager sur les réseaux sociaux

Twitter