Київ
,

Le blocus doit servir de leçon pour les hommes politiques et leur permettre d’accélérer les réformes – experts

Київ, le 27 mars 2017.

Le blocus du transport des marchandises sur les territoires occupés a commencé le 25 janvier. Après les  vives discussions sur la nécessité du blocus et la «nationalisation»  des entreprises ukrainiennes par les LDNR sur les territoires occupés, le 5 mars, le Conseil de sécurité et de défense nationale a pris la décision de donner un statut officiel au blocus. En conséquence, le FMI a déjà remis à plus tard l’octroi de la tranche suivante de l’aide financière. Lors d’une discussion à l’Ukraine Crisis Media Center les experts ont donné leurs prévisions concernant les autres conséquences économiques possibles.

Prévisions de la Banque Nationale: pas de catastrophe

L’impact du blocus des territoires occupés ne sera pas catastrophique, assure Sergiy Nikolaitchouk, directeur du département de la politique monétaire et analyste économique de la Banque Nationale. «L’effet négatif du blocus sur la croissance économique, selon nos estimations, sera inférieur à 1,3 % . En même temps nous estimons que les entreprises ukrainiennes sur le territoire contrôlé par le gouvernement pourront se réorienter vers des ressources alternatives, et l’année prochaine cet impact sera déjà moins important », dit-il.

L’impact du blocus sera partiellement nivelé par le climat économique sur les marchés mondiaux plus favorable qu’on ne le prévoyait en janvier 2017 car on constate une dynamique positive des prix de l’acier, du minerai de fer et des céréales. «Selon nos nouvelles prévisions, la croissance de l’économie pour 2017 passera  de 2,8% à 1,9%. L’année prochaine, nous nous attendons à que les entreprises ukrainiennes sur le territoire controlé reprennent leur fonctionnement normal, alors la prévision de croissance économique passera même de 3% à 3,2% », a-t-il ajouté.

L’impact sur le taux de change et la balance des paiements

On estime que l’impact négatif du blocus sur la balance des paiements sera de 1,8 milliard de dollars (diminution des revenus des exportations des produits de la sidérurgie, partiellement compensée par les revenus plus élevés des exportations de minerai de fer et la nécessité d’importer du charbon).

Selon les premières prévisions, on estime que le montant du déficit du compte courant atteindra environ 4,3 milliards de dollars. Selon la Banque Nationale, le blocus aura un impact minimal sur le taux de change grâce aux conditions économiques favorables et aux  mesures prises par la Banque Nationale, qui a remis à plus tard l’achat de dollars.

Impact sur le climat des investissements

Si les prévisions sur le taux de change sont justes, l’impact sera minimal, dit Oleksander Paraschiy, directeur du département analytique de Concorde Capital. Mais la réaction du FMI, qui est considérée par les hommes d’affaires comme un baromètre du climat dans un pays, peut entraîner des conséquences négatives. Aussi longtemps que la situation économique connait des turbulences, certains projets peuvent être remis à plus tard.

Impact sur lindustrie sidérurgique

Selon les experts Andriy Favorov et Oleksander Paraschiy, les conséquences ne seront pas très graves: on peut compenser les pertes en augmentant les volumes de production des entreprises sur le territoire contrôlé. La diminution potentielle des prix de l’acier et du minerai de fer peut causer des pertes beaucoup plus graves que le blocus (selon certaines prévisions, on estime la baisse à  20% et 30% respectivement).

L’élite politique ukrainienne doit tirer la leçon du blocus

L’expert économique Glib Vychlinskyy est moins optimiste que ses collègues concernant l’avenir. «Peut-être que les pertes ne sont pas trop graves, mais ce sont des pertes  – c’est environ 30 milliards de hryvnia de croissance économique potentielle. Et il n’est pas exact de dire que ces pertes seront subies uniquement par Akhmetov et d’autres hommes d’affaires qui ont un business sur le territoire non-controlé», dit il. Selon lui, il y aura un impact sur l’industrie sidérurgique. De plus, l’Ukraine a perdu les entreprises qui sont restées sur les territoires non contrôlés et  le montant des impôts qu’elles auraient dû payer. «Ukrzaliznytsia», entreprise des chemins de fer, a perdu un tiers de ses wagons de marchandises et environ 15% de locomotives, bloqués sur les territoires occupés. Le report des achats de dollars par la Banque Nationale peut entrainer plus tard des conséquences négatives, parce que le pays a besoin de devises pour payer ses dettes. «Le gouvernement et l’opposition doivent tirer la leçon de cette situation parce que nous voyons quelles sont les conséquences de la décision sur le blocus non initié par le gouvernement, sans considération stratégique», dit Vychlinskyy.

Le blocus doit stimuler les réformes

Selon Oleksander Paraschiy, il est très important  que le gouvernement ait pris la décision de donner au blocus un statut officiel. «C’est très bien, parce que maintenant le gouvernement peut adapter toutes les lignes politiques à cette nouvelle situation pour en réduire l’effet négatif», dit il.

Les experts sont unanimement d’accord pour dire que le blocus doit devenir un catalyseur pour les réformes telles que la privatisation, la réforme du marché de l’énergie électrique, du marché foncier, de la dérégulation et la lutte contre la corruption. «Plus les réformes seront rapides, plus les résultats pour l’économie seront favorables.. Bien sûr, certaines personnes bénéficient de chaque jour de retard, mais maintenant l’enjeu est l’avenir de notre pays», a-t-il souligné.

 

Partager sur les réseaux sociaux

Twitter
Plus d’infos sur le sujet