Kiev
,

Le «Rapport du Kremlin»: les nouvelles sanctions américaines contre la Russie seront-elles efficaces?

Le «Rapport du Kremlin»: les nouvelles sanctions américaines contre la Russie seront-elles efficaces?
Kiev, le 06 février 2018.

Quelle est la signification du «Rapport du Kremlin»? La semaine dernière, le Département du Trésor américain a présenté le «Rapport du Kremlin». La liste comprend 210 personnes, dont 114 fonctionnaires et parlementaires et 96 «oligarques», proches du président Vladimir Poutine. Les noms de famille dans la liste sont divisés en 4 parties: l’administration présidentielle (des dirigeants dont 8 figurent déjà dans les sanctions); le Conseil des ministres (des membres du gouvernement dirigé par Dmitri Medvedev); d’autres dirigeants politiques de haut rang (des dirigeants parlementaires, responsables des organismes d’application de la loi et des agences fédérales); les oligarques (des hommes d’affaires dont la fortune est estimée à 1 milliard de dollars ou plus). Le président russe Vladimir Poutine ne figure pas dans le «rapport du Kremlin».

Comment la liste a été constituée et pourquoi elle a-été modifiée? Le scientifique du Conseil de l’Atlantique, Anders Aslund, qui était l’un des consultants du «Rapport du Kremlin», a écrit qu’il y avait eu une liste initiale, établie par une équipe d’experts. Mais il a été soudainement remplacé par un haut fonctionnaire de l’administration présidentielle américaine, et une nouvelle liste est apparue, basée sur le classement Forbes des personnes les plus riches du monde et comportant des noms de l’administration présidentielle. Aslund ne connaît pas le nom de ce fonctionnaire, mais il pense que la responsabilité de la substitution est assumée par le secrétaire au Trésor américain, Steven Mnuchin, qui a approuvé la liste.

Quelle menace pèse sur les personnes figurant sur la liste du «Rapport Kremlin»? «Le rapport Kremlin» ne signifie pas l’introduction automatique de sanctions contre ceux qui s’y trouvent, disent les experts. Par exemple, selon l’expert du Conseil de l’Atlantique Daniel Fried, les personnes figurant sur cette liste ne vont pas immédiatement subir des conséquences pratiques, par exemple financières. “Néanmoins, le fait d’être inscrit sur cette liste augmente le risque que des sanctions soient imposées à l’avenir contre les personnes en question», a-t-il souligné.

Pourquoi les observateurs et les experts sont-ils déçus? Brian Whitmore, journaliste de Radio Browser Radio Free Europe Liberté, écrit que la première réaction à la liste du Trésor des États-Unis, tant attendue et comportant les noms des fonctionnaires et des oligarques les plus influents de Russie, a été la déception. Ce n’est rien de plus qu’ «un renseignement» divulguant qui est qui dans la politique russe. Toutefois, selon l’auteur, le «Rapport du Kremlin» envoie toujours des messages importants. Il rappelle que le système politique et économique russe est basé sur la corruption, le népotisme et la kleptocratie, et envoie un signal fort à l’élite russe qui, un jour, pourrait avoir la surprise de ne plus pouvoir obtenir un visa ou ouvrir un compte bancaire en Occident.

Qu’en pense le Trésor américain? Steven Mnuchin a déclaré que l’administration de Donald Trump imposerait des sanctions financières à des dizaines de Russes riches figurant dans le «Rapport du Kremlin » Il a dit que le «Rapport du Kremlin » ne remplacerait pas les contraintes financières contre les Russes. «Cela ne devra en aucun cas être interprété dans le sens où nous imposerions des sanctions contre des personnes figurant dans ce rapport», a déclaré M. Mnuchin.

Existe-t-il une partie «secrète» du rapport? En outre, le département du Trésor des États-Unisdit que le soi-disant «Rapport du Kremlin» contient une partie secrète concernant les futures sanctions économiques contre les personnes y figurant. Cette information a été communiquée par Bloomberg se référant au ministre des Finances. En particulier, Steven Mnuchin a déclaré, et Tony Sayeg, responsable des relations publiques du Trésor, l’a confirmé, que le résultat du «Rapport Kremlin» serait l’imposition de sanctions. Selon ce dernier, le rapport contient un document annexe secret. Et cela afin d’éviter un possible retrait des actifs spécifiés dans le rapport par des personnes physiques et morales, ainsi que pour empêcher la divulgation d’informations confidentielles.

La réaction de la Russie. En guise de réponse au «Rapport du Kremlin», le Conseil de la Fédération de Russie a commencé à rédiger un projet de loi qui définira «l’interférence dans la souveraineté du pays». Le coauteur du document, Lyudmila Bokov, a déclaré que l’une des mesures de « réponse miroir» serait la consolidation dans la loi des concepts de «souveraineté» et «d’ingérence dans la souveraineté du pays». L’édition RBK, se référant à une source proche de la commission, a qualifié le document de «vengeance pour le rapport et le refus d’admettre l’équipe nationale russe aux JO».

Partager sur les réseaux sociaux

Twitter