Visite du secrétaire d’État américain Mike Pompeo en Ukraine: ce que cela signifie

Visite du secrétaire d’État américain Mike Pompeo en Ukraine: ce que cela signifie
le 31 janvier 2020.

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo se rend pour une visite oficielle à Kyiv du 30 au 31 janvier. Sa rencontre avec le président de l’Ukraine a eu lieu le 31 janvier. La visite officielle de Pompeo en Ukraine a eu lieu au milieu d’un processus de destitution du président Donald Trump, accusé de faire pression sur l’Ukraine. En outre, Pompeo lui-même s’est retrouvé au coeur d’un scandale à cause de ses déclarations à l’encontre de l’Ukraine. Le but de la visite, le contexte et les principaux thèmes des réunions officielles sont dévoilé dans le texte de l’UCMC.

L’objectif de la visite. Une déclaration du Département d’État américain indique que le but officiel de la visite est «Souligner le soutien des États-Unis à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de l’Ukraine».

Quant à Mike Pompeo, il a précisé sur sa page Twitter que le but de son voyage était « Affirmer les priorités américaines en Europe et en Asie centrale».

De plus, avant le voyage, Mike Pompeo a déclaré dans une interview accordée à Bloomberg TV que l’Ukraine est «un énorme partenaire commercial pour les États-Unis d’Amérique. L’Amérique a de nombreux intérêts en Ukraine».

Il a également noté que l’Ukraine restait un pays qui équilibre entre la démocratie et la tyrannie, et a ajouté que la politique américaine à l’égard de l’Ukraine n’avait pas changé.

«L’Ukraine subit une pression énorme de la Russie. Le président Trump a pris des contre-mesures que le président Obama a refusé de prendre. Nous avons fourni des armes de défense pour que les Ukrainiens puissent se défendre. Nous soutenons le nouveau dirigeant, le président Volodymyr Zelensky, dans ses efforts pour lutter contre la corruption et construire la démocratie dans le pays. Notre politique à l’égard de l’Ukraine est basée sur les principes fondamentaux de la réduction de l’influence de la corruption et de l’aide au peuple ukrainien dans l’édification de la démocratie », a déclaré Pompeo à la veille de la visite.

Programme de la visite. Mike Pompeo a rencontré le président ukrainien Volodymyr Zelensky, le ministre des Affaires étrangères Vadym Prystaiko et le ministre de la Défense Andriy Zahorodniuk.

Le secrétaire d’État des États-Unis a également participé la cérémonie de dépôt de gerbes de fleurs devant la cathédrale au dôme d’or de Saint-Michel pour honorer les personnes tuées dans le Donbass. En outre, Pompeo rencontrera des chefs religieux, des représentants de la société civile et des hommes d’affaires ukrainiens.

Après la capitale ukrainienne, Mike Pompeo se rendra à Minsk pour rencontrer le président biélorusse Alexandre Loukachenko. Le secrétaire d’État américain doit également se rendre en Ouzbékistan, au Kazakhstan d’ici le 4 février.

Déclarations du président Volodymyr Zelensky. Lors d’une réunion d’information conjointe, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a exprimé son espoir que l’Amérique serait plus impliquée dans le règlement pacifique de la guerre du Donbass et la désoccupation de la Crimée en nommant un fonctionnaire spécial du Département d’État américain.

«Il s’agit d’une visite historique qui démontre un soutien américain constant et complet à notre pays.
Les États-Unis ont été, sont et seront notre principal allié pour protéger la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine. Nous sommes reconnaissants aux États-Unis pour leur position sur la guerre du Donbass et l’annexion illégale de la Crimée.

Aujourd’hui, j’ai exprimé l’espoir que les États-Unis participeront davantage au processus de règlement pacifique dans l’est de l’Ukraine et à l’occupation de la Crimée par la nomination d’un responsable distinct du Département d’État sur ces questions», a déclaré le président ukrainien.

Déclaration de Mike Pompeo. Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a déclaré que Washington continuerait de défendre la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine et ne reconnaîtrait jamais l’annexion de la Crimée. Il a souligné que les États-Unis défendaient la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine et continueraient d’aider l’Ukraine à rejoindre l’OTAN et à se rapprocher de l’Union européenne.

Pompeo a également souligné que les États-Unis ne reconnaîtront jamais les tentatives de la Russie de légaliser l’annexion de la Crimée.

Le secrétaire d’État a ajouté que depuis janvier 2017, les États-Unis avaient déjà fourni plus de 1 milliard de dollars d’aide à l’Ukraine dans le domaine de la sécurité, et a souligné que cela se poursuivrait.

Une visite sur une toile de fond compliqué.  Malgré les déclarations diplomatiques des deux présidents, cette visite est loin d’être sans nuage. Le secrétaire d’État américain prévoyait de se rendre en Ukraine début janvier. Cependant, en raison de la situation difficile au Moyen-Orient, la visite a été reportée.

En outre, la visite de Pompeo en Ukraine au milieu des audiences de mise en accusation de Donald Trump pourrait également indiquer que le secrétaire d’État américain essaie de s’assurer que Kyiv «ne causera aucune surprise».

En outre, peu de temps avant sa visite en Ukraine, Mike Pompeo a fait une déclaration qui pourrait être considérée comme un manque d’intérêt pour l’Ukraine. Ce scandale est lié à son interview avec la journaliste du plus grand réseau à but non lucratif de stations de radio aux États-Unis NPR Mary Kelly.
La journaliste a raconté qu’avant la visite à Kyiv, la secrétaire d’État américaine l’avait insultée en raison de sa question sur la démission de Marie Yovanovitch, ancienne ambassadrice des États-Unis en Ukraine.

Après l’entrevue, Kelly a eu une conversation privée avec Pompeo. La journaliste affirme que le fonctionnaire américain a exprimé son mécontentement face à des questions sur l’Ukraine et a demandé  «Pensez-vous que les Américains se soucient de l’Ukraine?».

Pendant ce temps, contrairement à la déclaration de Mike Pompeo,  l’ancien ambassadeur des États-Unis en Ukraine, William Taylor dans une interview accordée à l’édition New York Times, a déclaré que la réponse à la question de savoir si les Américains étaient intéressés par l’Ukraine devait être «oui».

William Taylor a rappelé à Miko Pompeo que la Russie était en train de mener une guerre hybride contre l’Ukraine, l’Europe et les États-Unis. Selon lui, cette guerre comporte de nombreuses composantes: agression militaire armée, approvisionnement énergétique, cyberattaques, désinformation, ingérence électorale et dans chacun de ces champs de bataille, l’Ukraine est en première ligne de front.

L’ancien représentant spécial américain pour l’Ukraine, Kurt Volker, a également répondu par l’affirmative.  Kurt Volker a indiqué dans son article publié dans l’édition Foreign Policy que le fait même de la visite de Pompeo était une confirmation de son intérêt pour la question ukrainienne. Dans le même temps, le diplomate a noté que le processus de destitution du président Donald Trump avait nui aux relations entre les États-Unis et l’Ukraine.

Est-ce que Zelensky se rendra à Washington? Lors d’une conférence de presse conjointe avec Volodymyr Zelensky à Kyiv, Mike Pompeo a déclaré que le président américain Donald Trump n’avait imposé  à l’Ukraine aucune condition pour la visite du président ukrainien à Washington, y compris pour enquêter sur Joe Biden.

«Je suis surpris par la question, mais la réponse n’est pas surprenante. Non, il n’y avait pas de conditions pour que le président Zelensky vienne à Washington. Nous avons juste besoin de trouver le bon moment, les bonnes opportunités pour cette visite. Nous voulons nous assurer que cela se produise à un moment où des progrès significatifs seront réalisés entre nos pays. Nous serons toujours ravis d’accueillir le président Zelensky à Washington et nous sommes convaincus qu’une telle réunion aura lieu», a déclaré Pompeo.

À son tour, Volodymyr Zelensky, a déclaré que sa visite serait « adaptée aux relations des deux pays et au statut de l’Ukraine».

Concernant la nomination du nouvel ambassadeur américain en Ukraine, Pompeo a déclaré « qu’avec le temps nous réglerons toutes les questions diplomatiques».
«Je pense que les réunions au plus haut niveau seront programmées à ce moment-là», a-t-il déclaré

Partager sur les réseaux sociaux

Twitter