Armen Shakhariants, du volontariat pour l’armée vers la politique locale « J’ai arrêté de compter après avoir envoyé 2000 tonnes vers le front… »

Armen Shakhariants, du volontariat pour l’armée vers la politique locale « J’ai arrêté de compter après avoir envoyé 2000 tonnes vers le front… »

En deux ans et demi de guerre, le mouvement des bénévoles aidant l’armée a pris une si grande ampleur qu’il est devenu un symbole de l’Ukraine. Ce mouvement compte plusieurs milliers de personnes, et certaines sont tellement impliquées dans l’aide à l’armée qu’elles sont connues dans tout le pays. Un de ces bénévoles s’appelle Armen Shakhariants; c’est un ancien militaire qui habite dans la petite ville de Yagotyne à l’est de la région de Kyiv. Depuis le début de la guerre il collecte de l’aide humanitaire pour l’armée dans toute son district afin d’approvisionner le front.

Armen a servi 20 ans dans l’armée soviétique, dont 3 ans et demi en Afghanistan où il a occupé deux postes: celui de technicien réparateur d’armes et celui de chef de brigade des pompiers. «Nous étions basés près d’un oléoduc transportant le pétrole jusqu’à Kaboul.  La nuit, des moudjahidines coupaient l’oléoduc et mettaient le feu là où le pétrole s’écoulait.  Ensuite, ils attendaient que nous venions pour l’éteindre et nous tiraient dessus. Tous mes pompiers ont été blessés, mais aucun n’a été tué ».

Après son service en Afghanistan, Armen a déménagé en Ukraine à Yagotyne où il avait une petite entreprise. Après le début du conflit armé à l’est de l’Ukraine, il s’est consacré au bénévolat. Lors des dernières élections municipales, Armen a décidé de présenter sa candidature et a remporté les élections haut la main. Malgré son emploi du temps chargé, il a accepté de donner une interview à l’UCMC.

img_9208

Pourriez-vous nous en dire plus sur votre activité de bénévole? Comment tout cela a-t-il commencé?

Avant la guerre, j’étais entrepreneur et je possédais un atelier de réparation d’imprimantes, de photocopieuses, d’ordinateurs, et une petite boutique de fournitures de bureau. Il y avait notamment dans cette boutique la première photocopieuse de Yagotyne. Je faisais une réduction de 50% sur le prix de la copie pour certaines personnes comme les écoliers, les étudiants, les retraités, les médecins, et les professeurs. À l’époque où j’ai ouvert mon atelier, il n’y avait pas suffisamment de manuels dans les écoles et les écoliers faisaient donc des photocopies. Cette réduction de 50% pour un manuel de 150-200 pages équivalait finalement à une bourse d’études. Donc, tout le monde dans le district me connaissait et venait me voir.

Une fois, peu de temps après le début de la guerre, une habitante de Yagotyne est venue me voir. Elle m’a donné de l’argent pour que j’achète des chaussettes pour les soldats. Le lendemain, je suis parti à Kyiv pour acheter des chaussettes. À Kyiv, au moment où je discutais avec les vendeurs, une inconnue s’est approchée de moi et m’a tendu de l’argent en me disant : «Achetez encore quelques paires s’il vous plait». Et elle s’en est allée tout de suite, sans que je puisse la remercier convenablement.

Quelques temps après, un soldat originaire de Yagotyne a été grièvement blessé lors du combat à Saour-Mohyla. Il a marché sur une mine qui a explosé ; il a perdu une jambe et l’autre était en lambeaux à cause des éclats, sa tête était salement amochée aussi—il est resté longtemps plongé dans le coma. Donc, j’ai commencé à récolter de l’argent pour les soins médicaux afin d’aider la famille de ce soldat. Je me suis adressé au Conseil municipal de Yagotyne qui m’a donné une boîte scellée pour la collecte de fonds. Une fois la collecte terminée, nous avons ouvert la boite en présence d’observateurs et de journalistes, on a compté l’argent et on l’a donné à la maman du soldat. C’est comme cela que tout a commencé.

Je ne me rappelle plus quelle était la première équipe de bénévoles qui est passée par moi. En 2015, je chargeais des camionnettes de 8 à 9 équipes tous les jours. Aujourd’hui moins, 3-4 par jour. Ma seule condition est la suivante: toute collecte doit partir sur le front, et uniquement là-bas.  Non pas sur les lignes arrières, ni dans les bases militaires, mais uniquement sur le front.  Parce que ce sont les soldats qui se trouvent en  première ligne qui ont surtout besoin d’aide et parce qu’au moins, sur la première ligne, personne ne vole. Tandis que sur les bases militaires, on vole, on vend, et on échange contre de la vodka. D’où ma condition. Si jamais j’apprends qu’une équipe a violé cette condition, je cesse de leur donner quoi que ce soit.

J’aide uniquement les soldats qui sont en première ligne. De temps en temps, quand je peux, j’envoie des produits dans certains cafés qui offrent à manger aux soldats, ou dans une petite maison de retraite où vivent des retraités du Donbass qui ont dû fuir.

img_9321

Vous faites tellement de choses pour l’Ukraine malgré le fait que vous êtes Arménien d’origine ? Pourquoi aimez-vous l’Ukraine ?

Tout d’abord, parce que ma femme est Ukrainienne. Elle est née ici, à Yagotyne, ce qui explique d’ailleurs pourquoi nous avons emménagé ici. Et c’est ici à Yagotyne que mes deux enfants sont nés. Ensuite, mes grands-parents maternels vivaient à Odessa. Mon grand-père était Arménien et ma grand-mère était Allemande. Mon grand-père est mort dans des camps de concentration stalinien et ma grand-mère a vécu et est morte à Odessa. Ma grand-mère, mon oncle et ma nièce sont morts et enterrés à Odessa. Quand j’étais petit, de fait, je passais tous les étés à Odessa.

Je trouve aussi qu’il y a une vraie ressemblance entre l’Ukraine et l’Arménie. L’Ukraine et l’Arménie ont toujours été convoitées par leurs voisins. Toutes deux se sont battues mais seulement en légitime défense, sans jamais attaquer les premières, Aucune des deux n’a souhaité conquérir des terres étrangères.

15027964_1306917139360685_1087846938304374047_n

Comment les bénévoles font-ils  pour vous trouver et comment faites-vous pour organiser les collectes de biens?  Avez-vous compté l’aide que vous avez envoyée?

Pour les bénévoles, ils me trouvent surtout par Facebook. Quant aux collectes, j’écris une annonce dans un journal local pour dire que dans tel ou tel quartier, tel ou tel village, tel jour nous collectons des biens pour l’armée. Je le fais pratiquement toutes les semaines. Mes assistants impriment des flyers et les donnent en faisant du porte à porte.

Tout d’abord, nous avons proposé aux gens de collecter les biens à des endroits précis comme sur la place principale ou au Conseil municipal, mais nous avons rapidement compris que cette méthode ne fonctionnait pas très bien. Souvent, les biens sont fournis par des personnes âgées qui ont des difficultés à se déplacer et à porter des choses lourdes. Donc, j’ai mis en place une logistique de collecte porte à porte. Cela prend plus de temps, mais cela est plus simple pour les contributeurs et même bien mieux car il y a une réelle interaction avec ceux qui donnent. Il est très important de maintenir des relations humaines. Après toutes collectes de produits, je fais publier un article de remerciements dans un journal.

Quand je suis devenu bénévole, je me suis fait la promesse de ne jamais demander de l’argent. Si quelqu’un souhaite nous aider, je dis tout simplement ce qu’il faut acheter.

Il m’arrive aussi d’aller sur le front. Il est très important pour moi de discuter avec les soldats qui sont en première ligne et j’ai toujours quelque chose à leur dire. J’ai passé 3-5 ans à faire la guerre, je sais utiliser n’importe quelle arme, je sais conduire toute sorte de véhicules, même le système de lance-roquettes multiples BM-21 «Grad».

Combien d’aide ai-je envoyé ? Je ne me souviens même plus, j’ai arrêté de compter quand j’ai dépassé les 2000 tonnes.

img_9358

Qui contribue le plus souvent ? Est-ce qu’il y a des cas gravés dans votre mémoire?

Ceux qui aident le plus sont ceux qui ont besoin d’aide eux-mêmes, en fait. Et je pense que cela est normal, car les gens dans le besoin sont plus compatissants envers les autres. Ceux qui connaissaient la faim partageront leur dernier morceau de pain, tandis que les riches sont souvent plus radins et plus insensibles. Bien-sûr, il y a des exceptions. Bien-sûr, il y a des personnes riches qui ont acheté pour l’armée des voitures et des lunettes de vision nocturne. Les grand-mères ne peuvent pas acheter cela. Mais ça reste rare.

Je me souviens d’une vielle femme qui m’a téléphoné un jour pour me demander de passer chez elle afin de récupérer quelque chose pour les soldats. Je suis arrivé à l’adresse qu’elle m’avait donnée. C’était une toute petite maison, assez vieille. La femme aussi était très âgée, faible, se déplaçant à l’aide de deux béquilles. Elle m’a tendu deux pots de confiture qu’elle tenait avec ses mains ridées. «Prenez cela, s’il vous plaît. J’aimerais bien donner plus, mais c’est tout ce que j’ai». J’ai pris ces deux pots, je me suis retourné et j’ai remarqué que de l’autre côté de la rue il y avait une belle et grande maison, et quelqu’un nous observait par la fenêtre. J’ai alors dit à cette vieille dame : «Vos voisins nous regardent, ils vont aussi apporter quelque chose». Elle a haussé les épaules : « Qui? Ces radins? Jamais ils ne donneront. Pars mon garçon, tu verras, ils ne te donneront rien». J’ai passé 20 minutes devant cette maison et j’ai bien vu qu’elle avait raison.

Voilà ce qui reste le plus souvent gravé dans ma mémoire. Des vieilles femmes comme elles qui donnent tout ce qui leur reste. Je connais aussi un groupe de femmes qui font des gâteaux pour l’armée. Elles commencent à travailler à l’aube : une femme fait la pâte, la deuxième monte les gâteaux, et la troisième les met au four—une vraie usine. Il y a une femme à l’entrée de Yagotyne qui fabrique toutes les semaines plus de 500 varenykys (un plat traditionnel ukrainien, ressemblant à des raviolis) pour le front. Voici les personnes dont je me souviens.

img_9383

À votre avis, pourquoi les gens simples ont aidé et continuent d’aider l’armée Ukrainienne?

Vous savez, nos politiciens prennent souvent les Ukrainiens simples pour des ignares. Mais les Ukrainiens ne sont pas des ignares, ils savent et comprennent tout. Quand le ministre de la Défense raconte que le ministère fait un travail merveilleux et qu’il subvient à 100% à tous les besoins des soldats, tout le monde sait pertinemment qu’il ment. Les gens le savent, car ils discutent avec les soldats qui sont font la guerre ou qui sont revenus de la guerre, ils discutent avec des bénévoles qui y vont. Et ils comprennent très bien quelle est la situation sur le front. C’est la raison pour laquelle ils continuent d’aider, de donner tout ce qu’ils ont. Car ils veulent que les soldats qui les défendent soient bien habillés, bien nourris et bien chaussés. Ce sont nos enfants, ils nous défendent de l’ennemi. Nous ne voulons pas voir les chars russes débarquer dans nos rues.

Il est vrai que l’armée recrute sur contrat; les soldats sont payés et peuvent s’acheter des vêtements, notamment des slips, des chaussettes…. Je n’envoie ce genre de choses qu’aux volontaires, comme Pravy Secteur. En revanche, la situation alimentaire est bien plus compliquée. Un soldat doit manger tous les jours, mais il ne peut pas aller à l’épicerie et laisser son poste sans défense. Les voitures des intendants ne peuvent pas toujours accéder aux positions de nos troupes à cause des attaques de séparatistes. En revanche, les bénévoles y arrivent, ils n’ont pas peur.

img_9442

Comment se déroule votre journée ordinaire?

Je commence ma journée ici, au Centre d’Aide aux Combattants de l’ATO (l’opération antiterroriste) et à leurs familles. Nous les aidons à faire valoir leurs droits et à se faire respecter par les fonctionnaires de l’administration publique. Nous organisons aussi des fêtes et des festivals pour les enfants. J’ai aussi beaucoup de travail administratif à faire même si je déteste ça, mais je n’ai pas le choix. Je ne peux pas me permettre de venir à la réunion du Conseil municipal pour discuter de projets de lois et voter si je n’ai rien examiné au préalable. L’après-midi, les équipes de bénévoles partent; je suis donc obligé de revenir au Centre pour m’en occuper. D’habitude, je quitte mon domicile vers 8 heures du matin et je reviens vers 1 heure du matin. Il m’arrive parfois de revenir vers 4 heures du matin. Ma famille ne me voit plus.

13076797_1031748683573708_5106814348420003291_n

Pourquoi avez-vous décidé de créer ce Centre et comment fonctionne-t-il?

Tout d’abord, j’ai voulu créer ici un centre de réhabilitation pour les militaires. Je voulais leur proposer des services gratuits d’un juriste et d’un psychologue, et aussi installer une salle de sport dans une pièce à côté. Mais j’ai vite constaté que les anciens combattants sont, pour la plupart, indifférents à tout. Ils ne veulent pas faire de sport, ils ne veulent pas voir un psychologue. Beaucoup d’entre eux préfèrent se renfermer, rester à la maison et boire. Donc, pour le moment, j’ai décidé de me limiter à un Centre d’aide aux combattants de l’ATO et à leurs familles.

Ensuite, j’avais besoin d’un local pour stocker les produits et les biens collectés. Avant, j’utilisais mon garage, mais il y a nettement plus de place ici et c’est plus simple d’accès car on est au centre-ville. Ce centre remplit aussi les fonctions du centre logistique. À titre d’exemple, on m’a passé 10 boites de gouttes pour les oreilles. C’est vraiment utile parce qu’il fait froid à la fin de l’automne et le vent souffle sur les oreilles. Mais envoyer les 10 boites au même endroit n’aurait aucun sens. Ce serait beaucoup trop pour une unité. Donc ce que je ferai, c’est que je passerai une boite à chaque équipe de bénévoles qui part, ainsi les 10 unités de soldats différentes auront des gouttes.

Un autre exemple : on m’a passé une machine à laver. J’ai pris mon téléphone et j’ai appelé plusieurs unités pour apprendre que la 54ème brigade basée dans la région de Chyrokino n’a plus de machine à laver. Celle qu’ils avaient avant a été transpercée par un éclat d’obus. Ils sont par conséquent obligés de laver leurs affaires à la main. Donc la première équipe qui partira à Chyrokino pour réapprovisionner la 54ème brigade leur emmènera cette machine à laver.

img_9520

Vous avez tant de choses à faire? Pourquoi avez-vous pris la décision de vous présenter aux élections et quels sont vos priorités?

À vrai dire, ce sont les bénévoles qui m’ont persuadé de présenter ma candidature. Mais un mois après les élections, j’ai été pris par une soudaine envie d’abandonner le mandat parlementaire. Je ne voulais plus rester dans ce nid de vipères. Mais seulement voilà, mon mandat parlementaire me permet de faire plus de choses et d’aider davantage les gens, aider davantage l’armée. Ma fille m’a dit : «Papa, si tu arrêtes ton mandat, tu cracheras aux visages de tous ceux qui ont voté pour toi». J’ai donc décidé de rester député.

Pour le moment, mon projet le plus important est celui qui permettra d’attribuer le titre d’anciens combattants aux membres des bataillons volontaires. Ceci est le projet le plus important. Ensuite, on travaillera sur des projets locaux. Regardez le nombre de lacs à Yagotyne: la superficie de lacs est égale à celle de la terre. En vérité, Yagotyne est une petite Venise. Et au fond de ces lacs se trouvent des couches de plusieurs mètres de sapropèle qui est un engrais organique naturel. Si nous mettons en route la production du sapropèle, cela apportera beaucoup de revenus à notre région.

Dans la région de Yagotyne, il faut tout recommencer au début. Il suffit de voir; tous les villages meurent à petit feu, il n’y a plus que des vieux qui y habitent. Et nous devons absolument attirer des jeunes gens énergiques qui sauront relancer l’agriculture.

Moi, je veux tout faire le maximum pour améliorer la vie de notre communauté, et je vais aussi taper sur les doigts de ceux qui vont nous ralentir.

img_9402

Comment faites-vous pour avoir autant de force et d’énergie?

Si on commence à faire quelque chose, il faut s’y donner à corps et âme. Si on démarre une tâche avec réticence, on n’aura jamais de bons résultats. Il faut être passionné, s’investir à fond.

Et avant tout, je dois continuer à faire ce que je fais. Il faut absolument aider notre armée qui nous protège contre la Russie. Je ne veux surtout pas voir des chars russes débarquer dans nos rues, juste ici, devant mes fenêtres. Je ne veux plus revenir à l’Union Soviétique, j’en ai eu ma claque. La Russie est aujourd’hui une nouvelle Union Soviétique avec des camps d’extermination qui sont rétablis et des prisonniers politiques. La Russie actuelle est un État fasciste.

Les Russes envahissent d’autres pays avec des armes pour tuer et humilier. Ils l’ont fait en Tchétchénie, en Ossétie, maintenant en Ukraine….

J’ai été choqué lorsqu’à la télé Russe, une femme Russe dont le fils ainé a été tué à la guerre a déclaré : «J’enverrai mon autre fils à la guerre pour qu’il tue des Ukrainiens». Comprenez-vous, elle ne regrette déjà pas son fils tué, et en plus elle veut envoyer son fils cadet.

J’ai quand même passé 3,5 ans à faire la guerre. Je sais à quel point un soldat a besoin de soutien, de chaleur, et l’assurance de ne pas être oublié.

img_9532

À votre avis, quel est l’avenir de l’Ukraine et du mouvement de bénévoles?

Je pense qu’à l’avenir le mouvement de bénévoles doit se concentrer sur l’aide aux handicapés, aux personnes sans domicile fixe, mais aussi et surtout aux enfants. Quand j’ai du temps libre, je passe dans des orphelinats, dans les écoles, je discute avec des enfants. Les enfants sont une pâte à modeler que l’on peut aider à devenir de vrais patriotes, de vrais Ukrainiens. Et il est important de le faire maintenant, car demain sera trop tard.

Pour parler de l’avenir de l’Ukraine, il faut savoir quand et comment la guerre se terminera. Pour le moment, il est très difficile de prévoir quel sera notre avenir, même dans six mois. Et fort malheureusement, cette guerre est intéressante pour ceux qui sont au pouvoir.

Je reste tout de même persuadé que l’avenir de l’Ukraine est beau et lumineux. Car l’Ukraine est un pays avec beaucoup de ressources naturelles, avec un fort potentiel agricole qui pourrait aider à nourrir toute l’Europe. Tout ce que nous avons à faire est de cesser de voler, et enfin traiter la terre avec le respect et l’amour qu’elle mérite.

Pour ceux qui souhaitent aider l’armée ukrainienne, voici les coordonnées d’ Armen Shakhariants: ПРИВАТ (Privat) № 5457 0923 0203 5070

Elena Gorkova pour l’UCMC


À lire aussi: 

Des durs aux cœurs tendres…Correspondante de guerre… La fierté d’avoir cet honneur… Un acte d’humanisme… Se dire que de loin, on peut être utile, sans pour autant comprendre l’importance de ce geste….

Les histoires venues du front: des carrés d’aneth à la frontière, des varenykys aux cerises et un gilet par-balles offert par des prisonniers. En une année depuis le début du conflit militaire dans l’est de l’Ukraine, le peuple ukrainien et  l’armée ont devenus pratiquement un TOUT. De nombreux Ukrainiens  sont partis au front avec des armes et ont formé des bataillons  de volontaires qui soutiennent et couvrent les Forces armées de l’Ukraine. Les autres, risquant leur vie,  apportent régulièrement de l’aide, de la nourriture, de l’eau, des tenues, des produits d’hygiène personnelle et d’autres articles nécessaires pour les militaires.

Plus de 4000 militaires et mercenaires russes ont été tués dans le Donbass. Elena Vasileva est une activiste civile russe, membre de la direction de l’ONG russe «Régiment oublié» et membre du «Front civil».  Au printemps 2014, elle a mis en place le projet «Cargaison- 200 d’Ukraine en Russie», dont l’objectif est d’identifier les citoyens russes tués au cours du conflit dans le Donbass.

De Kyiv- au front. Deux jours avec les bénévoles sur la ligne de front. Dès le début de la guerre, quand il est devenu clair que l’Etat était complètement impuissant face à l’agression, les ukrainiens eux-mêmes ont commencé à organiser des centres d’aide à l’armée ukrainienne.  Certains préparent l’aide, les autres collectent et emballent, d’autres au péril de leur vies et de leur santé acheminement cette aide jusqu’à la ligne de front. L’auteur de ces lignes a eu la chance  de rencontrer ces personnes et d’obtenir l’occasion unique de les accompagner dans un de leurs voyages.

De Kiev au front. Deuxième partie: Les cicatrices de la guerre. Notre voyage se poursuit. Nous avons quitté la base militaire et nous sommes dirigés vers un petit village où sont dispersées les unités du «Pravyi sector”. De temps en temps, notre route traverse les agglomérations, les petits villages, où, même si cela paraît étrange, la vie continue. Nous voyons des gens et même des enfants jouer près de leur domicile. Si la trêve fragile est violée, alors ces gens seront en grand danger.

 

 

 

 

 

Partager sur les réseaux sociaux

Twitter
Plus d’infos sur le sujet